Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


La Vie rêvée de Walter Mitty (Ben Stiller)

Publié par copa738 sur 8 Janvier 2014, 20:53pm

Catégories : #Films (Comédie Dramatique)

La Vie rêvée de Walter Mitty (Ben Stiller)

Synopsis : Walter Mitty est un homme ordinaire, enfermé dans son quotidien, qui n’ose s’évader qu’à travers des rêves à la fois drôles et extravagants. Mais confronté à une difficulté dans sa vie professionnelle, Walter doit trouver le courage de passer à l'action dans le monde réel. Il embarque alors dans un périple incroyable, pour vivre une aventure bien plus riche que tout ce qu'il aurait pu imaginer jusqu’ici. Et qui devrait changer sa vie à jamais.

 

Entré rêve et réalité, Ben Stiller nous emmène dans son univers. Résultat : son film est un tantinet niais, un peu ''perché'', poétique, envoûtant, et un peu fouillis par moments. Non dénuée d'imperfections, La Vie rêvée de Walter Mitty est une œuvre à part entière, loin de ce que l'on a pu voir auparavant. Son originalité est sa force... et aussi sa faiblesse. Son côté quasi-expérimental peut énerver, lasser, tout comme il peut émerveiller et susciter de l'admiration.

 

Le film est à mi-chemin entre aventures extraordinaires et auto-dérision. On frôle la parodie par moment, puis tout redevient sérieux en deux coups de cuillère à pot, c'est pour cela qu'on oscille fréquemment entre un style Indiana Jones et un style A la poursuite du diamant vert. Mais il ne ressemble à aucun autre film. Ce n'est pas vraiment le scénario qui est inédit, c'est surtout cette atmosphère très spéciale, ces plans larges et ces couleurs qui créent un mini-malaise. Entre instants ridicules (les collègues moqueurs, le jeune PDG, le mythe du ''rat de laboratoire'' épuisé jusqu'à la corde : on n'évite pas les clichés), et moments de grâce (un fantastique Space Oddity dans un pub au Groenland, une rencontre absolument saisissante avec le personnage joué par Sean Penn), on ne saurait vraiment dire si le film nous plaît ou non. C'est constamment à la limite du chef d’œuvre tout en étant au bord de l'essai raté. Ça se prétend comédie et ce n'est finalement pas si drôle que ça.

 

La Vie rêvée de Walter Mitty est une énigme, un voyage en quatre dimensions qui fait la nique au spectateur en lui faisant perdre sa logique. La fin du film en est l'exemple parfait. C'est comme s'il restait une pièce au puzzle mais que celle dans notre main ne rentre pas dans le trou. Elle est incohérente, anachronique selon un certain point de vue (si on réfléchit trop), mais formidable pour les autres (ceux qui ne se posent pas de question). Et c'est peut-être ça, le message que Stiller veut véhiculer : peut-être que tout ceci est le fruit de son imagination, mais Walter s'est laissé aller, n'a pas réfléchi, et a vécu quelque chose de sensationnel. Qu'il soit vrai ou faux, son parcours est héroïque et peu importe si c'est une altération de la réalité du rêve qu'il a réellement vécu ou autre truc compliqué. Les lumières se rallument et on sent que quelque chose s'est passé. Mais le manque de signaux qui pourraient nous faire comprendre ce que l'on a vécu durant deux heures de film, nous montre que La Vie rêvée de Walter Mitty n'est qu'un essai, porteur de quelque chose de fort. Cette chose forte ne semble être qu'illusion, lorsque quelques minutes après la fin du film, son contenu nous soit brusquement sorti de la tête.

 

En résumé, on tenait quelque chose durant la projection, puis elle nous a lâché à peine le générique de fin débuté : premier film de 2014, et déjà un OCNI.

 

3 étoiles

 

 

Commenter cet article

Zogarok 14/02/2014 19:17

OCNI de petit calibre.. Ma première souffrance ciné de l'année.
Indépendamment de mon avis sur le film, ta critique est très juste. Je ne suis pas du tout ce que tu décris dans le dernier paragraphe, c'est tout le malheur. Ben Stiller est plus émouvant simplement comme comédien qu'en tant que générateur d'idées.

Nous sommes sociaux !