Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Le Crocodile du Botswanga (Fabrice Eboué, Lionel Steketee)

Publié par copa738 sur 18 Mars 2014, 16:54pm

Catégories : #Films (Comédie)

Le Crocodile du Botswanga (Fabrice Eboué, Lionel Steketee)

Synopsis : Leslie Konda, jeune footballeur français talentueux, repéré à son adolescence par Didier, un agent de faible envergure qui a su le prendre sous sa coupe, vient de signer son premier contrat d’attaquant dans un grand club espagnol. Dans le même temps, sa notoriété grandissante et ses origines du Botswanga, petit état pauvre d’Afrique centrale, lui valent une invitation par le Président de la République en personne : Bobo Babimbi, un passionné de football, fraîchement installé au pouvoir après un coup d’état militaire. Leslie se rend donc pour la première fois dans le pays de ses ancêtres accompagné par Didier pour être décoré par le Président Bobo qui s’avère rapidement, malgré ses grands discours humanistes, être un dictateur mégalomane et paranoïaque sous l’influence néfaste de son épouse. À peine ont-ils débarqué que Bobo conclut un deal crapuleux avec Didier : faire pression sur son joueur afin que celui-ci joue pour l’équipe nationale, les Crocodiles du Botswanga…

La bande-annonce annonçait un comédie originale, différente de ce qui se fait en France en ce moment. Le rythme semble ici plus posé, la trame de l'histoire un peu obscure, et les blagues subtiles. Une fois dans la salle, l'illusion se dissipe en quelques minutes. Clichés, scénario en carton, blagues redondantes : Le Crocodile du Botswanga est un film dans la continuité de Case départ (presque les mêmes acteurs, thème similaire), qui n'était déjà pas vraiment brillant. On y verra quelques belles allusions (à Hitler, à la Guerre d'Algérie, au FN) quoiqu'un peu faciles. On appréciera les quelques blagues bien senties et le jeu des acteurs qui n'est pas déplaisant, mais c'est peu, trop peu. Une heure et demi de film et finalement pas grand chose à se mettre sous la dent. Ce qui est vraiment dommage, c'est que la scène d'entrée est intéressante (mais spoilée par la bande-annonce) car l'ambiance est étrange (rythme lent, et cette sensation ''d'explosion imminente'' que l'on peut retrouver dans les films de Tarantino – à moindre mesure, bien évidemment). Mais le film s'embourbe ensuite dans un enchaînement de scènes qui ont peu de cohérence entre elles. Au final, on n'aura pas vu une vraie histoire, juste des sous-intrigues qui se résolvent et qui se recréent au fil du temps. Pas forcément désagréable, Le Crocodile du Botswanga n'apporte rien de nouveau, et c'est franchement barbant de payer neuf euros pour voir les mêmes comédies françaises à chaque fois.

En résumé, quelques sourires, une morale à trois sous, un scénario en roue libre : bienvenu dans le cinéma comique hexagonal.

2 étoiles

Commenter cet article

selenie 06/04/2014 12:29

Le vrai problème c'est que j'ai pas ri, plaisant comme ça vite fait mais pas assez punchy

Nous sommes sociaux !