Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Mommy (Xavier Dolan)

Publié par copa738 sur 17 Octobre 2014, 12:06pm

Catégories : #Films (Drame)

Mommy (Xavier Dolan)

Synopsis : Une veuve mono-parentale hérite de la garde de son fils, un adolescent impulsif et violent. Au cœur de leurs emportements et difficultés, ils tentent de joindre les deux bouts, notamment grâce à l’aide inattendue de l’énigmatique voisine d’en face, Kyla. Tous les trois, ils retrouvent une forme d’équilibre et, bientôt, d’espoir.

Adulé au festival de Cannes, applaudi pendant la séance et plus de 10 minutes à l'issue du générique, Mommy est un succès annoncé, un chef d’œuvre forcé qui a bénéficié d'une campagne de communication disproportionnée. En moins d'une semaine, Mommy pulvérise des records au box-office de la jeune carrière de Xavier Dolan. Lui, l'enfant prodige, narcissique selon les mauvaises langues, mais terriblement talentueux. Il nous avait surpris dans ses précédents films, imparfaits, certes, mais porteurs d'une envie folle de faire du cinéma, de l'art, de créer de la passion et de bonnes émotions. Après un virage vers le thriller (et le géniallissime Tom à la ferme), le réalisateur québécois retourne aux sources, offrant un presque-remake de son premier film J'ai tué ma mère. Verdict ? Le succès critique et populaire est justifié. Le terme de chef d’œuvre est peut-être trop fort, mais Mommy possède une force dans l'émotion, dans l'image. Une force tout court.

Le dernier film de Dolan est du vrai Dolan. Beaucoup de musique, de relations humaines, et cette figure maternelle imposante, ces amours impossibles qui obsèdent le réalisateur : on reconnaît sa pâte, celle qui énerve mais émerveille. Et puis il y a ce format carré, étrange, signe (peut-être) d'une ambition pas très claire, mais qui s'avère être une force pour le film. Faire joujou avec les formats, c'est également du Dolan. Mais là où il renfermait le cadre dans les scènes oppressantes dans Tom à la ferme, il finit par l'ouvrir dans Mommy. Une ouverture qui décrit parfaitement le film.

Ce film. Si émouvant qu'on n'a pas la force de pleurer, si classique et prévisible qu'on est surpris par les différents rebondissements, si banal qu'on n'arrive pas à le mettre dans une case. Mommy est un film hors du commun, une tranche de vie, une bouffée d'oxygène. Les acteurs sont absolument géniaux et les personnages qu'ils incarnent sont de vraies pépites. La façon dont cette histoire est mise en scène tient du prodige, et les mots manquent pour exprimer ce que l'on ressent en le regardant. Malgré un début de film un peu mou, malgré quelques scènes faciles (l'instant clippé sur Wonderwall d'Oasis), une influence un peu trop J'ai tué ma mère (engueulades en argot québécois), le film tient vraiment la route et présente toutes les qualités nécessaires pour en faire un grand film. Car Mommy l'est, en témoigne ces nombreuses scènes déjà mythiques. Danse sur du Céline Dion, nombreux ralentis et scènes musicales, instants de tension sexuelle : les différentes séquences créant la force du dernier film de Dolan sont la marque de fabrique de ce dernier. Mais il faut avouer que 2014 est l'année de sa plus grande progression, et qu'il se perfectionne de jours en jours.

En résumé, pas parfait, le dernier Dolan est tout de même une œuvre géniale d'un réalisateur encore en rodage mais dont le style s'affine de plus en plus.

4 étoiles-copie-1

 

 

Commenter cet article

selenie 28/12/2014 16:42

Pas parfait mais on est pas loin ! Dolan offre une oeuvre cohérente et même son plus mauvais film est un grand film... 5/5

Nous sommes sociaux !