Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Annabelle (John R. Leonetti)

Publié par copa738 sur 7 Novembre 2014, 16:26pm

Catégories : #Films (Horreur)

Annabelle (John R. Leonetti)

Synopsis : John Form est certain d'avoir déniché le cadeau de ses rêves pour sa femme Mia, qui attend un enfant. Il s'agit d'une poupée ancienne, très rare, habillée dans une robe de mariée d'un blanc immaculé. Mais Mia, d'abord ravie par son cadeau, va vite déchanter. Une nuit, les membres d'une secte satanique s'introduisent dans leur maison et agressent sauvagement le couple, paniqué. Et ils ne se contentent pas de faire couler le sang et de semer la terreur – ils donnent vie à une créature monstrueuse, pire encore que leurs sinistres méfaits, permettant aux âmes damnées de revenir sur Terre : Annabelle…

 

Prequel du brillantissime et pétrifiant Conjuring, Annabelle s'installe dans la lignée de ces films d'épouvante récents qui utilisent les vieux pots pour faire de la meilleure soupe. Mais à l'inverse des Insidous ou autre Sinister, le film de John R. Leonetti n'est qu'un tiède et fade potage, à peine meilleur que celui de la cantine du centre de loisir.

 

On admettra, pour commencer, que certaines scènes sont relativement effrayantes. La scène du meurtre par les satanistes, la petite fille qui se transforme en spectre, ou encore cette course-poursuite de la cave jusqu'à l'escalier d'un immeuble : l'aspect horrifique du film se repose sur ces trois scènes qui donnent un sacré coup de chaud. Coup de chaud d'une trop courte durée. La forme et le fond n'étant pas très originaux, Annabelle se devait d'être accrocheur, structuré, palpitant. Et c'est pourtant tout le contraire qui se dévoile sous nos yeux.

 

Déjà, difficile de comprendre cette manie du pastiche, surtout quand on cite dans le même film Scream (les pop-corn qui brûlent), Destination Finale (prédiction de l'accident de camion) ou L'Exorciste (occupation importante de la religion). Difficile de comprendre, aussi, comment James Wan a pu oser laisser passer un scénario si prévisible, si vide, et si peu mystérieux. Difficile d'accepter qu'un film de cette ambition horrifique puisse être si mal interprété, avec des acteurs mous du bulbe et qui n'y croient pas eux-mêmes. Difficile d'imaginer ce genre de films sans un bon twist ending, sans suspense, sans rythme ni musique atroce, et pourtant... Difficile, enfin, de rentrer dans cette histoire tant il y a de coupures, de changements de rythmes et de facilités, sans parler de ces ignobles clichés qu'on ne détaillera pas ici par peur d'être grossiers.

 

En résumé, malgré quelques frissons, Annabelle demeure un film d'horreur mainstream de piètre qualité, avec des sursauts mais sans un bon fonctionnement de base, pour les rendre terrifiants : une laitue sans vinaigrette.

 

2 étoiles

Commenter cet article

Denver 10/11/2014 18:41

Le film d'horreur des 2010's semble devenir presque théorique au dépend d'un savoir faire sur la réalisation ciné de l'horreur, dommage, même si des films arrivent à concilier les deux (La cabane dans les bois).

Je t'invite à découvrir ce tumblr rétro et participatif autour des années 90's. Nous avons une partie cinéma en développement, si tu souhaites écrire un article, tu peux nous joindre par mail, un lien vers ton blog sera fait !

http://merci90s.tumblr.com/

Bonne soirée

Nous sommes sociaux !