Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


2010 au Cinéma : Un Bilan

Publié par copa738 sur 31 Décembre 2010, 23:01pm

Catégories : #Classements-Tops

null

 

Fin 2009

La fin 2009 avait été marquée d'une immense pierre bleue : Avatar envahissait nos salles et les spectateurs s'arrachèrent leur place pour assister à un événement de l'envergure du sacre de Charlemagne. Faisant monter les prix à coups de lunettes 3D, le dernier bébé de James Cameron changea le monde en quelques semaine : le cinéma en relief, perçu comme une révolution chez certains, pour un cadeau empoisonné chez les autres, allait en quelques semaines devenir une routine dans les sales obscures et les pigeons spectateurs ne s'en privèrent pas. Avatar allait marquer aussi le record absolu (2,7 milliards de dollars de recettes au final) et donner au cinéma une chance inespérée de se moderniser.

De mon point de vue : Avatar n'a été en fait qu'un film fait pour réussir, un point c'est tout. J'ai trouvé ce film royalement simpliste au niveau du scénario, même si les effets visuels étaient impressionnants. Et encore, s'il n'y avait eu que ça. Mais il y a cette foutue 3D qui vient nous emmerder dans les salles. Les films d'animations sortent en relief et en 2D désormais, et monopolisent donc deux salles et empêchent certains autres films de voir le jour dans les petits cinémas. Scandaleux donc, mais je m'arrête là, j'en garde sous la pédale pour un autre article qui se consacrera entièrement à ça : Cinéma is my drug.

Awards et festivals

Pour ce qui est des récompenses cinématographiques de l'année (les awards, avec l'accent américain), Avatar s'impose aux Golden Globes avec les deux plus belles récompenses (film et metteur en scène), les autres (Crazy Heart, Là-haut) se partagent les miettes restantes. In the Air (1 récompense pour 6 nominations) et Nine (reparti bredouille avec pourtant 5 nominations) sont les grandes désillusions de cette 67ème cérémonie.

Aux Oscars, Démineurs écrase la concurrence (9 nominations et 6 récompenses obtenues dont meilleur film et meilleur réalisatrice). Derrière, Avatar récolte 3 récompenses techniques, suivant la logique. Crazy Heart, Precious et Là-haut gagnent chacun 2 récompenses. Inglourious Basterds, nominé 8 fois repart avec une seule statuette et In the Air, nommé 6 fois repart bredouille.

Aux Satellite Awards, Démineurs (4 récompenses sur 5 nominations) et Nine (3/11) se taillent la part du lion tandis que Precious (2/6) et 2012 (2/4) se contentent de suivre.

La 63ème cérémonie des BAFTA Awards a été marquée par l'énorme domination de Démineurs (6/8). Avatar récolte 2 récompenses tout comme Là-haut. District 9 (0/7), Une éducation (1/8), In the Air (1/6) et Inglourious Basterds (1/6) sont les déceptions de cette année.

Pour ce qui est de l'international, on retiendra la grosse domination de Démineurs, suivis de près (ou de loin) par Avatar. Là-haut, Precious et Crazy Heart sont les outsiders de toutes ces cérémonies. In the Air et Inglourious Basterds, partis favoris ne sont repartis qu'avec peu de récompenses par rapport aux nombreuses nominations. Mo'nique (Precious) a écrasée la concurrence dans la catégorie Meilleur actrice dans un second rôle. Les récompenses pour le Meilleur second rôle masculin a été marqué par la grande domination de Christoph Waltz (Inglourious Basterds).

Aux Césars, en France, Un prophète rafle la mise en gagnant pas moins de 9 récompenses. Une belle moisson qui ne laissera pas une miette aux autres films en compétition.

Au Festival de Cannes, la Palme d'Or est décernée à Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures d'Apichatpong Weerasethakul. Le Grand Prix du Jury est atribué à Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois. Javier Bardem (Biutiful) reçoit le Prix d'interprétation masculine. Le Prix d'interprétation féminine est décerné à Juliette Binoche dans Copie conforme. Prix de la mise en scène : Mathieu Amalric pour Tournée. Prix du scénario : Lee Chang-dong pour Poetry. Prix du Jury : Un homme qui crie de Mahamat Saleh Haroun.

La Berlinale 2010 s'est vue offrir l'Ours d'or du meilleur film à Miel de Semih Kaplanoglu. Ours d'argent (Grand prix du jury) : Eu cand vreau sa fluier, fluier de Florinerban. Ours d'argent du meilleur réalisateur : Roman Polanski pour The Ghost Writer. Ours d'argent de la meilleure actrice : Shinobu Terajima dans Caterpillar. Ours d'argent du meilleur acteur Grigori Dobrygin et Sergei Puskepalis dans Kak ya provel etim letom. Ours d'arg ent du meilleur scénario : Wang Quan'an et Na Jin pour Tuan Yuan.

A la Mostra de Venise, le jury présidé par Quentin Tarantino décidèrent d'attribuer le Lion d'or à Somewhere de Sofia Coppola. Grand Prix du Jury : Essential Killing de Jerzy Skolimowski. Lion d'argent du meilleur réalisateur : Álex de la Iglesia pour Balada triste de trompeta. Coupe Volpi pour la meilleure interprétation féminine : Ariane Labed pour Attenberg. Coupe Volpi pour la meilleure interprétation masculine : Vincent Gallo pour Essential Killing. Prix Osella pour le meilleur scénario : Álex de la Iglesia pour Balada triste de trompeta.

Décès dans le milieu du cinéma

  • 11 janvier : Éric Rohmer, 89 ans, réalisateur (Ma nuit chez Maud, Conte des 4 saisons, ...) français, figure majeure de la Nouvelle Vague.

  • 20 mai : Dennis Hopper, 74 ans, acteur (Apocalypse Now, Blue Velvet, True Romance, ...)et réalisateur américain.

  • 17 juillet : Bernard Giraudeau, 63 ans, comédien et acteur (Les Spécialistes, Ridicule, ...) français.

  • 7 août : Bruno Cremer, 84 ans, acteur (la série Maigret) français.

  • 24 aout : Satoshi Kon, réalisateur (Perfect Blue, Paprika, ...) de films d'animations japonais.

  • 29 août : Alain Corneau, 67 ans, réalisateur (Police Python 357, Tous les matins du monde, ...), scénariste et producteur français.

  • 12 septembre : Claude Chabrol, 80 ans, réalisateur (Le Boucher, Merci pour le chocolat, ...), scénariste, producteur et acteur français.

  • 28 septembre : Arthur Penn, 88 ans, réalisateur (Bonnie and Clyde, Little Big Man, ...) américain.

  • 30 septembre : Tony Curtis, 85 ans, acteur (la série Amicalement vôtre, Spartacus, Certains l'aiment chaud, ...), et réalisateur américain.

  • 6 octobre : Colette Renard, 85 ans, chanteuse et actrice (la série Plus Belle la Vie, ...) française.

  • 27 novembre : Irvin Kershner, 87 ans, réalisateur ( Star Wars, épisode VI : Le retour du Jedi, Robocop 2, ...) américain.

  • 28 novembre : Leslie Nielsen, 84 ans, acteur (Y a-t-il un pilote dans l'avion ?, ...) canadien.

  • 15 décembre : Blake Edwards, 88 ans, réalisateur (Diamants sur canapé, La Panthère rose, La Party, ...) américain.

Une décennie qui s'achève

Et une décennie pleine de bonnes et de mauvaises choses. Pour tâcher de faire vite, je dirai juste que cette décennie fut riche et variée. Des trilogies Seigneur des Anneaux et Pirates des Caraïbes en passant par des film d'horreur (Saw, Hostel, La Colline a des yeux, …) aux grands buzz comme Paranormal Activity, Cloverfield ou encore District 9, les années 2000 étaient particulièrement chargées. Les années 2010 s'annoncent bonnes, malgré l'avènement honteux de la 3D et la chute progressive et lente des grands studios d'Hollywood. On espère que le cinéma français, concentré sur des comédies à l'humour potache et bon enfant (Brice de Nice, Podium ou Camping) dans les années 2000 saura nous faire rêver comme il l'a fait à (trop) peu de reprises ces dix dernières années (Les Choristes, A bout portant, …). A noter aussi le renouveau des films de super-héros (Spider-Man, Watchmen, The Dark Knight) et de nombreux films d'auteurs qui ont ravis les jurys dans les nombreux festivals qui arpentent cette belle planète cinéma.

Quelques faits marquants de cette année

  • L'affaire qui accusait Roman Polanski de viol fit couler beaucoup d'encre. C'est le cas de le dire lorsque l'on voit le succès de The Ghost Writer, dernier film du réalisateur qui suscitera un engouement critique et spectateur très positif envers cette œuvre. Polanski sera finalement blanchit après des mois d'enquêtes.

  • A Serbian Film, sorti cette année a été considéré comme l'œuvre la plus gore et violente de tous les temps. Un film controversé qui a su faire parler de lui notamment à cause d'une fameuse scène où un bébé se fait violer (bon appétit bien sûr).

  • La double anecdote basée sur les anciens couples au cinéma : Kathryn Bigelow et James Cameron, anciennement ensembles se sont retrouvés à la tête des deux grands succès (en terme de récompenses) de cette année à savoir Démineurs et Avatar (sortis en 2009, mais comptant pour toutes les cérémonies de récompenses de 2010). L'autre anecdote nous vient de Venise, où Sofia Coppola a remporté le Lion d'or pour son film Somewhere. Or, il se trouve que le jury était présidé par un certain Quentin Tarantino, ancien compagnon de la gagnante de cette Mostra 2010.

  • Les malheurs de Mel Gibson, avec l'échec de ses derniers films et l'affaire qui le soupçonnait de battre son ex-femme. Le début de la fin pour Mad Mel.

  • L'annonce du prochain épisode de Spider-Man, dirigé par Marc Webb avec Andrew Garfield dans le rôle du super-héros.

  • Le scandale : Les distributeurs et l'attaché de presse du film The Expendables interdisent au magazine Studio Ciné Live de publier la critique de ce film avant une date que les distributeurs veulent imposer. Dès lors, le magazine refuse de publier cette critique, des blogueurs suivront le mouvement.

  • Le record de Toy Story 3, premier film d'animation de l'histoire à passer la barre du milliard de dollars de recettes dans le box-office mondial.

  • Les échecs de Jerry Bruckheimer qui ne parvient plus à créer d'aussi bons succès qu'avec la trilogie Pirates des Caraïbes (Prince of Persia et L'Apprenti sorcier, deux productions de Jerry ont été des échecs).

  • L'annonce de la sortie du quatrième volet de Pirates des Caraïbes, prévu pour mai 2011.

  • L'annonce du cancer de la gorge du célèbre acteur Michael Douglas en début septembre 2010.

  • 15 octobre : c'est officiel, Bilbo le Hobbit qui sera réalisé par Peter Jackson (Guillermo Del Toro a quitté le projet) commencera son tournage en février 2011.

  • L'arrivée sur Canal + Family de la dernière merveille de Michel Ocelot en fin d'année : une série de 10 épisodes qui reprend le même concept que Princes et Princesses (Deux enfants curieux se retrouvent tous les soirs dans un cinéma désaffecté et, avec l'aide d'un vieux technicien, ils inventent et se déguisent puis vivent des histoires dont ils sont les héros. Les contes sont dessinés en théâtre d'ombres, des silhouettes noires et un fond coloré d'une beauté sans pareil). Avec une technique encore plus approfondie que dans son film de 1998, Ocelot prévoit une sortie en salles de 5 de ses 10 contes au cinéma au printemps 2011 (7 contes ayant déjà été diffusés sur Canal + Family).

Tops Films 2010

Les 5 meilleurs films de 2010

1. Buried (Rodrigo Cortés) est un film étouffant qui paralyse son spectateur qui subit ce film de la première à la dernière seconde ; c'est aussi un film d'une rare intensité qui joue sur un scénario parfaitement maitrisé et une réalisation osée et suffocante.

null

2. Inception (Christopher Nolan) est décoiffant et fascinant par sa justesse et par sa façon de faire hérisser les poils d'un spectateur dont les yeux restent ébahis devant ce festival d'effets spéciaux, le tout mêlé à une intrigue complexe et rondement menée.

null

3. Shutter Island (Martin Scorcese) est un labyrinthe où s'entremêle magnifiquement ambiguïtés scénaristiques, une ambiance pesante et une belle intrigue policière, le tout servi avec la fabuleuse performance d'un Léonardo DiCaprio fiévreux au sommet de son art.

null

4. A bout portant (Fred Cavayé) est le renouveau du cinéma français, c'est-à-dire un film bourré de poursuites haletantes, de rebondissements perpétuels et d'une violence scotchante : un film qui rivalise avec Hollywood.

null

5. Toy Story 3 (Lee Unkrich) / Moi, moche et méchant (Pierre Coffin, Chris Renaud) sont deux grands monuments de l'animation avec une bonne grosse dose d'humour, des images de synthèses bluffantes et des histoires prenantes.

null

Les 5 plus mauvais films de 2010

1. Le voyage extraordinaire de Samy (Ben Stassen) est un de ces ersatz bien connus qui tentent comme ils le peuvent de rivaliser avec Pixar et Dreamworks ; cette pâle copie du Monde de Némo est un gros navet soporifique qui se moque ouvertement de son spectateur.

null

2. Piranha 3D (Alexandre Aja) est une grosse farce de l'ami Alex qui préfère se branler derrière sa caméra plutôt que de donner un bon vieux film d'horreur comme il sait si bien le faire ; on a donc le droit à des dialogues niais, à un suspense bâclé, à de la donzelle siliconée en string et à du gore extrêmement vomitif.

null

3. Alice au pays des Merveilles (Tim Burton) est un suicide artistique de l'ami Tim qui se contente d'offrir un conte graphiquement intéressant mais dont le fond est particulièrement plat et dont le dénouement prévisible et pompeux est indigne du génie du metteur en scène de Edward aux mains d'argent.

null

4. Camping 2 (Fabien Oteniente) est une suite sans grand intérêt où l'humour, la bonne humeur et les subtilités – contrairement au premier épisode – ne sont pas de la partie.

null

5. Potiche (François Ozon) est une comédie bien plate qui se veut originale et engagée mais qui n'offre que du déjà vu et des blagues dont la corde a depuis longtemps été usée.

null

 

 Les autres films vus en 2010

 

Splice (Vicenzo Natali)  est un récit fantastique improbable qui joue sur des couleurs froide et des scènes d'horreur particulièrement éprouvantes.

null

Les Petits mouchoirs (Guillaume Canet)  est une œoeuvre profondément humaine qui a réunit la France entière pour un moment plein d'humour, de tendresse et de larmes.

    null

Des hommes et des dieux (Xavier Beauvois)  est, malgré sa lenteur une œuvre forte d'une beauté visuelle paralysante qui a su convaincre plus de trois millions de spectateurs de se réunir dans les salles.

null

Le Choc des Titans (Louis Leterrier)  est un pétard mouillé divertissant qui, malgré ses effets spéciaux, peine à sortir du lot à cause d'un scénario bâclé et de piètres performances d'acteurs.

null

Crime d'amour (Alain Corneau)  est une magistrale leçon de cinéma qui réinvente le polar dans une formidable histoire de harcèlement et de crime qui trouve sa voie dans un formidable duo Scott Thomas-Sagnier.

null

Freddy – Les Griffes de la Nuit (Samuel Bayer)  est un film d'horreur assez plaisant mais qui pêche par des approximations scénaristiques et par une peur organisée d'une façon bien trop saccadée (sursauts, et plus rien).

null

Fatal (Michaël Youn)  est une comédie à l'humour vache qui se laisse regarder mais qui commet de nombreuses erreurs dans quelques moments vulgaires et superflus et par quelques faiblesses au niveau du scénario.

null

Arthur 3 La Guerre des deux Mondes (Luc Besson)  est une grosse surprise ; un film d'animation rythmé, inventif et drôle qui ravira les petits comme les grands.

null

Harry Potter et les Reliques de la Mort - partie 1 (David Yates)  est sans contestation le pire épisode de la saga, lent, chiant et surtout réalisé dans un but 100% mercantile : décevant et affligeant pour une saga qui frôlait presque le sans faute avant que les numéros 6 et 7 ne viennent gâcher la fête.

null

Iron Man 2 (Jon Favreau)  est un grand show dont seuls les américains ont le secret : cascades, humour et effets spéciaux déroutants en font un excellent divertissement.

null

Machete (Robert Rodriguez, Ethan Maniquis)  est une comédie d'action complètement déjantée qui arrive à vous faire rire tout en laissant le spectateur apprécier les nombreux détails gores du film et en parvenant à captiver le public avec un scénario inventif riche en rebondissements.

null

La Tête en friche (Jean Becker)  est un film léger et subtil qui captive son spectateur avec de l'humour, de la tendresse et beaucoup d'émotion ; à noter la superbe performance de Gerard Depardieu.

null

Invictus (Clint Eastwood)  est une histoire hors du commun d'un homme, d'une équipe, d'un pays, d'un peuple, d'un continent ; une formidable épopée historique qui brille par sa musique, sa photographie et par son duo d'acteurs Damon-Freeman.

null

Shrek 4, il était une fin (Mike Mitchell)  est la clôture définitive d'une saga qui avait su nous faire rire au début, et qui s'est lamentablement essoufflé vers le fin ; on retiendra ce dernier film comme un divertissement simpliste et assez drôle, mais dénué d'intérêt et de bonne humeur.

null

Cette année, j'ai vu en tout 25 films au cinéma, ce qui plutôt pas mal pour un collégien comme moi. C'est vrai qu'à côté de certains blogueurs qui regardent plus de 100 films par ans dans les salles obscures, je peux paraître un peu ridicule, mais j'ai trouvé cette année 2010 riche, malgré le flop du Festival de Cannes et le vide sidéral des sorties de films en décembre.

Box-Office France 2010 (arrêté au 28 décembre 2010)

1. Les Petits Mouchoirs de Guillaume Canet (5 214 374 spectateurs)

2. Harry Potter et les Reliques de la Mort-1ère partie de David Yates (5 108 770 spectateurs)

3. Inception de Christopher Nolan (4 915 637 spectateurs)

4. Shrek 4 : Il était une fin de Mike Mitchell (4 615 636 spectateurs)

5. Alice au pays des merveilles de Tim Burton (4 530 532 spectateurs)

6. Toy Story 3 de Lee Unkrich (4 342 825 spectateurs)

7. Camping 2 de Fabien Onteniente (3 977 872 spectateurs)

8. Twilight - Chapitre III : Hésitation de David Slade (3 930 577 spectateurs)

9. La Princesse et la Grenouille de Ron Clements (3 841 979 spectateurs)

10. L'Arnacœur de Pascal Chaumeil (3 736 253 spectateurs)

11. Shutter Island de Martin Scorsese (3 113 153 spectateurs)

12. Invictus de Clint Eastwood (3 110 394 spectateurs)

13. Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois (3 065 576 spectateurs)

14. Arthur 3 : la Guerre des deux mondes de Luc Besson (3 055 706 spectateurs)

15. Moi, moche et méchant de Chris Renaud et Pierre Coffin (2 927 001 spectateurs)

16. Océans de Jacques Perrin (2 865 006 spectateurs)

17. La Rafle de Roselyne Bosch (2 851 122 spectateurs)

18. Iron Man 2 de Jon Favreau (2 575 265 spectateurs)

19. Raiponce de Byron Howard et Nathan Greno (2 510 411 spectateurs)

20. Robin des Bois de Ridley Scott (2 337 160 spectateurs)

Top Blogs 2010

Les 3 meilleurs blogs Allocine

null

1. Seuil Critique(s) de Mymp

null

2. Lait Caillé du Cinéma de MillionDollarsBaby

null

3. The Screen Addict de Magusneri

 

Les 3 meilleurs blogs cinéma sur les autres plateformes

null

1. Entrons dans l'imaginaire de Silice & Jag (Blogspot)

null

2. Sympathy for the Grotesque de Pinksataniste (Canalblog)

null

3. Le Cinéma de Bastien de Cinemaniaque (Blogspot)

 

Les 5 films que j'attends en 2011

null

 

Harry Potter et les reliques de la Mort - partie 2 (David Yates) car, malgré un septième épisode peu convaincant, il serai vraiment dommage de passer à coté du dénouement de l'une des meilleurs sagas de tous les temps.

Dragons et Princesses (Michel Ocelot) car c'est tout de même du créateur de Kirikou et de Princes et Princesses qui est aux commandes et parce que la ''mise en bouche'' diffusée en fin d'année sur Canal + Family m'a particulièrement convaincu.

True Grit (Joel Coen, Ethan Coen) car le casting est particulièrement alléchant et que l'on a la vague impression que les frères Coen nous offriront un spectacle du même acabit que No country for old men : ça promet.

127 Heures (Danny Boyle) car le synopsis fait étrangement penser à un excellent film de 2010 (Buried) et qu'on a tous hâte de voir le retour du réalisateur du génial Slumdog Millionaire.

Pirates des Caraïbes : La Fontaine de Jouvence (Rob Marshall) car pour rien au monde je ne manquerai les (dernières ?) aventures de Jack Sparrow au cinéma et aussi parce que la trilogie qui précède ce film est l'une des plus réussies de tous les temps.

Et ce sera tout pour cette année. Sur ce, bonne année 2010 et vivement 2011. Et ne l'oubliez pas : vive le cinéma !

Commenter cet article

goodfeles 14/01/2011 11:47

Excellent article même si parfois je ne suis pas d'accord sur certain choix et goûts (normal ^^)

Le résumé est fort complet et hélas résume pas mal de pertes du cinéma qui commence a s'amplifier ! La bonne nouvelle aussi pour les fans est le lancement de Bilbo le Hobbit avec Peter Jackson aux commandes !

Bref un trés bon bel eventail qui donne bien envie d'aller au cinéma et à la fois rester dans le cours du cinéma !

Bonne continuation !

copa738 08/01/2011 18:21

J'ai surtout vu que "Saw 3" avait fait parlé de lui (interdit aux moins de 18 ans quand même), et que tous les autres se contentaient d'offrir du gore, sans psychologie ni intelligence.

pinksataniste 08/01/2011 14:01

Eh bien, merci alors ! Je t'ai déjà dit ce qu'il en était pour ton blog, c'est l'un de mes préférés, avec celui de Mymp notamment. J'admire le travail et l'énergie que tu déploie pour ton blog, tu est très réactif, très analytique... Mais ça, tu le sait déjà.
Bronson c'est le complexe du dictateur dans toute sa splendeur ; l'homme qui réveillait le dictateur en lui. C'est forcément fascinant.
The Invention of Lying n'est pas du tout connu, c'est un petit film britannique, mais j'espère qu'une diffusion TV avantageuse, par exemple, pourra lui permettre de se révéler. Ca se déroule dans un monde régit par la vérité absolue, ou le mensonge n'existe pas, jusqu'à ce qu'un... "bonhomme" le mette au point. C'est le divertissement total : profond, bouffon, aérien...
Et puis Saw 2, c'est le premier que j'ai vu, il y a longtemps (j'avais 14 ou 15 ans, donc il y a 5 ans ou un peu moins). Je te rejoins parfaitement disons, sur "la grille d'évaluation", la philosophie de Jigsaw (un peu piège-ado, mais amusante) est largement développée, le concept est cohérent, le film est concis et radical (le leitmotiv, "surmonter sa peur", prend un sens)... La fin était un peu pourrie je crois, non ? Il me faudrait le revoir. Bon, la psychologie, ça doit être niveau "CUBE" en effet, je ne sais plus trop... Attention à la casse pour la suite de la saga (le 4 est à mourir d'ennui, c'est au-delà de ce que la raison peut admettre) !

copa738 08/01/2011 12:12

"Bronson" je l'ai chez moi, mais pas encore vu. Refn à l'air d'être un sacré cinéaste qui ose tout. Je préfère me concentrer sur un cinéma plus "populaire", même si certains films "d'auteurs" m'intéressent.
"The invention of flying" : désolé, mais j'en ai même pas entendu parlé. Comme t'as pu le voir, mon gros choc de l'année reste "Buried" qui a redéfini à lui seul ma passion pour le cinéma : original, prenant, étouffant, suffocant. Tout ce qui faut au cinéma d'aujourd'hui, c'est juste un peu de courage, il faut que les réalisateurs osent, comme à pu le faire Nolan avec son "Inception" qui est devenu à lui tout seul un phénomène. Et c'est ça que j'ai reproché à "Avatar", le fait de ne pas avoir eu assez les couilles d'oser, de proposer quelque chose de peu anodin, de prendre des risques.
Pour la citation de ton blog : c'est assez logique vu que j'y vais en gros 3 fois par jour. Et puis, on a presque les mêmes gouts surtout quand on parle de films d'horreur.
Je viens de voir "Saw 2", j'en ferai un article bientôt. mais je voulais d'abord savoir ce qaue tu en penses... Pour ma part, j'ai trouvé que l'intrigue prenait une immense ampleur (motivations de Jigsaw, dialogues sur la vie et la mort) et que le film devenait très intelligent. Par contre, il n'y a plus de frissons, plus de sang, plus de trouvailles, moins de psychologie. Et le twist final est moins convaincant que celui de "saw".

pinksataniste 08/01/2011 11:57

Bonne année, et merci de l'honneur !! Si c'est une tentative de corruption, sache que j'y suis sensible !
Bon, sérieusement, ces 2.7 milliards pour Avatar, est-ce bien raisonnable ? Positif tout de même de savoir qu'aux Etats-Unis, IN THE AIR a été nominé, alors qu'ici, le film est jugé assez sévèrement ou laisse indifférent...

Je met THE INVENTION OF LYING en tête (j'ai l'impression de marteler ça sans cesse), film incroyable, modeste mais génial. ESTHER suit (tu va adorer, j'en suis sûr) ; Valhalla Rising, A Single Man, Inception.
Eh oui, j'ai finalement vu INCEPTION, et je reconnais, c'est assez grandiose et j'aurais du m'y précipiter au lieu de laisser la blogosphère s'agiter autour du phénomène sans daigner m'informer sur la marchandise. Complexe effectivement, mais limpide, et c'est admirable ; Nolan est de ces cinéastes qui savent vous donner l'impression de réfléchir intensément alors que la mécanique est somme toute, très simple. Mais qu'importe : le spectateur est actif. 5 millions d'entrées pour celui-là, c'est un minimum. Je pense que le cinéma mainstream de demain pourra ressembler à ça ; le modèle est, tout de même, suffisamment brillant pour qu'on puisse s'en réjouir. Je crois qu'Hollywood aura moins peur de ce genre d'intrigues "complexes" ou "à tiroirs", ou de "métaphysique cheap" (c'était déjà le cas depuis Matrix, etc.) ; le spectateur a quelques chances d'être (un peu) moins pris pour un abruti de base, c'est déjà pas mal...

Et précipites-toi sur Valhalla Rising, et plus encore sur le reste de l'oeuvre du real (BRONSON, trilogie PUSHER). Winding Refn est "ma révélation" de l'année écoulée.

Nous sommes sociaux !