Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Alien³ (David Fincher)

Publié le 13 Juillet 2010, 12:30pm

Catégories : #Films (Science-Fiction)

Synopsis : Seule survivante d'un carnage sur une planète lointaine, Ripley s'échoue sur Fiorina 161, planète oubliée de l'univers, balayée par des vents puissants. Une communauté d'une vingtaine d'hommes y vit. Violeurs, assassins, infanticides, ce sont les plus dangereux détenus de droits communs de l'univers. L'arrivée de Ripley va les confronter à un danger qui sera plus fort qu'eux.

Troisième volet de la saga de Science-Fiction la plus terrifiante de tous les temps, Alien3 reste pour moi une réussite en tous points de vue. Pas aussi palpitant et malsain que le premier volet, mais tellement mieux qu'un second épisode bâclé et sans intérêt. Je vais maintenant, si vous voulez me suivre, établir un résumé critique global de la trilogie entamée par Ridley Scott en 1979 ainsi que mes attentes et mes appréhensions à l'approche d'un quatrième épisode dont je vais m'empresser de voir dans les jours qui suivent. Mais tout d'abord, voici ma critique (toujours sans aucune prétention ni autre projet publicitaire superflu, juste avec l'envie de m'exprimer au sujet d'un film qui m'a passionné) détaillée et subjective su troisième épisode de la saga Alien.

On me l'avait annoncé, ce troisième épisode relevait largement le niveau du précédent volet. Cette fois, pas d'armes technologiques censées nous exploser la rétine, pas d'Aliens énormes dont le nombre de créatures et l'équivalent du nombre de coureurs présents dans le Tour de France. Cette fois, pas de coups de chances imprévus, pas d'approximations, pas de happy-end foireux. Juste un film qui se rapporte à merveille au premier volet de la saga Alien. Dans Alien3, la psychologie est abordée avec beaucoup de recul, de constance et de sérénité. Cette fois, un seul Alien, différent des autres dans ses déplacements (normal, il est né dans l'organisme d'un chien) vient enquiquiner l'héroïne la plus dévouée et la plus courageuse de toutes les sagas de SF : Ellen Ripley.

Sachez tout d'abord que le metteur en scène de ce film d'horreur est David Fincher, l'un des réalisateurs les plus pointilleux au niveau de l'esthétisme. Dans l'un de ces plus beau film, le futur réalisateur de Fight Club prends son temps pour dévoiler tout son talent. Il faut aussi avouer qu'il est aidé par un scénario au suspense haletant et aux trouvailles novatrices et particulièrement jouissives. Porté par une atmosphère crade et sombre, le chef d'œuvre de Fincher se démarque des deux autres volets en changeant complètement de route et de signification. L'intrigue lancée en 1979 gagne en profondeur, on assiste impuissant à ce massacre perpétuel des anciens meurtriers qui ne tentent de s'en sortir en priant ou en fuyant pendant que l'extraterrestre finit de déchiqueter sa dernière victime. On assiste aussi à une incompréhension totale : le fait que l'Alien ne veuille pas tuer Ripley perturbe cet équilibre constant qui règne depuis le début. La nouvelle coiffure de Sigourney Weaver est très significative. Elle lui donne des airs plus sérieux, plus aventurière, l'héroïne chanceuse et fougueuse des deux premiers volets a totalement disparu. On retrouve une Ripley métamorphosée, assagie, plus hargneuse, plus calme. Cet effet de changement ne passe pas inaperçu et Fincher développe le mental de ses protagonistes. Là où le film de Cameron (Aliens, le retour en 1986) traine en longueurs (près de 2h30 de film), celui de Fincher prends son temps pour tout dire mais accélère les événement dans un rythme posé et régulier. On ne s'ennuie pas, l'action n'est jamais répétée, pas d'effets de styles tape-à-l'œil, pas de coups de feux incessants. Mais il faut savoir également que l'ambiance étouffante, le style huit-clos présent dans le premier volume est absent. Ici, il est question de survie non contre un Alien, mais contre soi-même aussi. Jamais Fincher ne s'essouffle, jamais il ne perd de vue ses personnages, jamais il ne se détache de son intrigue est à son apogée avec cet épisode 3. Avec une photographie étonnamment bien soignée, des dialogues efficaces et malgré des effets spéciaux un peu moins percutants que dans les deux premiers épisodes (la bête est un peu trop pixelisée à mon goût), Alien3 est un grand film qui n'a quasiment aucune faille.

Petit récapitulatif maintenant de la trilogie Alien qui se terminera avec Alien résurrection de Jean-Pierre Jeunet (film que je vais regarder prochainement). L'une des saga de SF les plus marquantes de l'histoire débute en fanfare avec un film lent et fascinant de Ridley Scott. Alien, le huitième passager est un film aux effets visuels impressionnants, au rythme ininterrompu malgré quelques longueurs à peines péjoratives et est doté d'une intrigue qui ne s'arrête jamais, de l'action, du suspense, et une Weaver en pleine forme qui brille notamment dans la scène finale où elle combat l'Alien dans ses derniers retranchements. Ça ne paraît pas comme ça, mais ce film frise la perfection, il fait désormais partie du patrimoine mondial cinématographique et reste un pilier de la Science-Fiction. Pour le deuxième épisode peu marquant de James Cameron, la saga s'essouffle littéralement, ce qui donne un incompréhension globale. A vouloir faire plus de morts, faire des Aliens plus nombreux et plus gros, des armes plus performantes, une ambiance plus sombres, plus de sang. Cameron s'enfonce finalement dans un discours prétentieux et un peu trop ambitieux. Je ne dis pas qu'il fait honte à la saga, au contraire, il lui donne un aspect de renouveau, mais exploité d'une façon bourrine et pas assez réfléchie. A voir quand même pour les effets spéciaux et pour l'action. Enfin, dans ce troisième et avant-dernier épisode, l'intrigue prend une ampleur cruciale pour la quadrilogie. Tout change, l'Alien est différent, les personnages changent, les mentalités et les coupes de cheveux aussi. Le final est peut-être prévisible au fur et à mesure que l'intrigue se profile, mais il reste magistral dans sa mise en scène et dans son esthétisme. Pour ce qui est de l'intrigue de la trilogie, véritable fil rouge des trois épisodes, je reste partagé au niveau des films.

Je préviens ceux qui n'ont pas encore vu ces trois films, je vais dévoiler des moment clés de l'histoire. Dès le premier volume, tout se profile, l'ensemble s'éclaircit d'épreuves en épreuves. Dans le film de Scott, on apprends que des espèces de grosses tarentules jaunes sortent d'œufs pour pondre un embryon dans le corps d'un être humain. Cet embryon fera naitre une bestiole plus grande, susceptible et très dangereuse qui conserve ses aliments dans une sorte de muqueuse semblable à une toile d'araignée gluante. La bestiole jaune meurt après avoir pondu dans le corps de quelqu'un Inutile de préciser que la naissance est fatalement mortelle pour la personne qui porte le «bébé». Dans Aliens, le retour, on prends connaissance de la «mère pondeuse» qui ponds ces fameux œufs où sortent les géniteurs d'Aliens. Enfin dans le 3, on se rend compte que les Aliens ne veulent pas tuer Ripley car ils sont fascinés pas celle qui les a battus par deux fois. On apprends aussi que les Aliens ont un comportement, une apparence, des capacités qui varient selon l'organisme où se développe l'embryon. Après ça, je ne sais pas ce que le quatrième épisode nous réserve, autant dire que j'appréhende le moment surtout qu'il est dit un peu partout que c'est l'épisode de trop à la saga. Dans tous les cas, je reste partagé dans mes avis sur cette quadrilogie. Il y a du bon (Alien, le huitième passager, Alien3) et du moins bon (Aliens, le retour, Alien résurrection ?). Si ce fameux dernier épisode fait progresser l'intrigue d'une façon conséquente, je pourrai trouver en ce film mes marques et je pourrai apprécier le moment. Si le scénario se détache de l'histoire des autres épisodes, je pense que j'aurai du mal à y trouver mon bonheur.

En résumé, ce troisième épisode est excellent, il se démarque des autres par son côté sombre et inquiétant, l'intrigue de la trilogie prend des allures titanesques, vivement le dernier film.

Ma note : 9/10



Commenter cet article

Morgane 27/12/2010 15:58

Très bon film mais pas aussi bien que le tout premier.
Film aussi beaucoup plus sombre. Mais j'ai bien aimé.

MillionDollrasBaby 16/07/2010 16:27

Ouai voilà c'est a peu près ça, le 2 de toutes façons est milles lieues en dessous des trois autres pour moi.

copa738 15/07/2010 21:16

Ah, donc il est mieux que le 2. Si j'ai bien compris, les 4 épisodes se démarquent autant les uns que les autres. Les athmosphères sont différentes dans chaque film ...

MillionDollrasBaby 15/07/2010 16:03

J'ai maté Alien 4 hier, c'est de loin le plus étrange, il pousse les limites de la SciFi assez loin, et offre une vision assez chaotique de notre avenir, très sympathique

copa738 14/07/2010 14:37

Oui, exact. Ces espèces de (censuré) de la compagnie qui préfèrent envoyé des armées entières se faire massacre pour récolter ne serai-ce qu'un seul échantillon de l'Alien que d'avoir des solutions plus diplomates. Je vais voir "Toy Story 3" cet après-midi. Et je regarderai sûrement "Alien 4" de Jeunet dans la semaine.

Nous sommes sociaux !