Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Aliens, le retour (James Cameron)

Publié le 9 Juillet 2010, 15:51pm

Catégories : #Films (Science-Fiction)

 

Synopsis : L'officier Ellen Ripley après cinquante ans de dérive dans la stratosphère part de nouveau en mission sur la planète Acheron. Ce n'est plus un Alien qui l'attend mais ses nombreux enfants terribles gouvernés par une reine-mère possessive.

Les Aliens sont de retour. A l'aide, aux secours, fuyez pauvre fous, pendant qu'il est encore tant, sauvez votre peau, ne restez pas là. Mouvements de panique, remues-ménages insignifiants, battage médiatique pour cette suite décevant du mythe Alien créé par Ridley Scott sept ans auparavant. Coups de feux répétitifs, action distillée, effets visuels chics et novateurs, mais dans le fond, Aliens, le retour n'est qu'un savant mélange de plusieurs genres cinématographiques made in Cameron. Savant, pas forcément, je dirai plutôt un montage peu habile de plusieurs actions dénuées d'ennuis, certes, mais qui manquent d'un certain potentiel cinéphile. En effet, il n'y a pas de grandes recherches, pas de risques de pris, de nouveaux personnages sont portés à l'écran, mais un manque de profondeur vient s'ajouter en plus de quelques aberrations.

Suite du très convoité et adulé Alien, cette œuvre bancale du génie visuel James Cameron n'est qu'une copie multipliée du premier volet. Roi du bourrinage, des effets spéciaux claquants et des images impressionnantes, le futur réalisateur de Titanic ne prend aucun risque dans son script et balance quelques idioties recopiant les trouvailles du premier épisode. Je n'ai presque rien à dire sur ce film, si ce n'est qu'il fait presque honte à l'œuvre intemporelle de Ridley Scott. Pourquoi ? Parce que Cameron n'invente rien, il veut juste montrer de l'action, de l'action et encore de l'action. Mais tout cela est fait d'une façon bâclée et insignifiante. Il ne recréer pas cette ambiance étouffante présente dans Alien, il essaie d'innover mais copie honteusement ces précédents films en incluant de nombreuses scènes à suspense dénuées d'un vrai fil conducteur qui pourrait faire croire à une œuvre futuriste. Établissant la dream-team de massacreurs d'extraterrestres, ces ghostbusters à lui, il paraît comme un gros lourdot qui dirige une série B où des gentils cyniques et bodybuildés terrassent des méchants Aliens mangeurs d'hommes.

Dans cette suite, aucune scènes choquantes, rien de spécialement flippant, pas de trouvailles jouissives, juste le lieutenant Ripley qui voit ses amis mourir alors qu'elle sort indemne d'un face-à-face vertigineux et cousu de fil blanc face à la belle-mère, le nom que j'ai donné à la reine des Aliens (excusez-moi, mais quand je m'ennuie devant un film, il faut bien que je cherche à m'amuser non? Et bien là, mon «amusement», c'était de trouver un jolie petit nom à cette créature) où tout ce fini bien dans le meilleur des mondes. Tout le monde il est gentil tout le monde il est beau tout le monde il est content. Et moi je suis en colère, j'ai passé un bon moment divertissent mais je n'ai rien ressentit. Aucune sensation, le vide intersidérale, le néant. Si personne dans l'espace peut m'entendre crier, mes voisins ont du se demander pourquoi je hurlai de colère tellement j'avais été déçu lors du générique.

Comme je n'ai rien à dire sur ce film, je vais vous parler de James Cameron, depuis le temps que j'en parle de cet énergumène. Il faut que vous sachiez que je reste admiratif de son travail. Je sais qu'un film comme Avatar est le fruit d'un labeur indéfinissable, je sais aussi que les techniques qu'il emploie peuvent paraitre révolutionnaires mais je sais également qu'il n'a jamais été le meilleur dans le domaine du scénario. Il n'a jamais brillé avec ses histoires tellement elles peuvent sembler être pathétiques. Enfin pas forcément pathétiques, ni pitoyables, mais tellement prévisibles et téléphonées que ça en devient presque lassant. Et puis Cameron à la fâcheuse habitude de recyclé ses propres idées dans tous ces films. Pour exemple : la machine qui reproduit les gestes des humains que Ripley manipule au début et à la fin du film a été reprise dans Avatar quand le général cynique combat Jake Sully qui est à ce moment là une de ces bestioles bleues. Mais, c'est bizarre, il se trouve que dans Aliens, Ripley utilise cette machine pour combattre un monstre. Quelle drôle de coïncidence. Lui qui possède les deux plus grands succès au box-office mondial, lui qui est sûrement l'homme le plus riche dans le milieu du cinéma, lui qui est une véritable poule aux œufs d'or, pourquoi n'est-il pas si fiable dans ses scripts. Peut-être parce qu'il aime ça. Sûrement car les happy-end à l'américaine le passionne. En tous cas, James Cameron est un réalisateur renommé mais sa comparaison avec Stanley Kubrick m'insupporte car, si le réalisateur de Shining maîtrisait le visuel de chacun de ses film tout comme le fait le metteur en scène de Terminator, ses mises en scènes sont de meilleurs qualités contrairement à Cameron.

En résumé, film insignifiant, suite décevante du chef d'œuvre de Ridley Scott, Aliens, le retour copie froidement le premier volet de la saga mais instaure une ambiance inédite mais beaucoup trop anecdotique. Le divertissement est là et le suspense est maintenu même si le scénario est trop prévisible.

Ma note : 5/10



Commenter cet article

pinksataniste 11/07/2010 22:19

Ah, merci ! Je suis totalement d'accord, c'est une suite frustrante parce qu'aussi forte en gueule (enfin...) que pauvre dans le fond. Et là ou je suis encore plus d'accord, c'est que cet "aliens 2" n'est qu'une déclinaison du 1 ; c'est "alien", en mode bourrin, c'est tout (pour schématiser, en abusant un peu). Aucune inventivité et prise de risques, on est d'accord (rien de "cinéphile", je ne sais pas, mais dans l'ensemble c'est vrai) ; c'est aussi pour cela que concernant Cameron (et malgré, sans doute, des exceptions notables -mais ce "Terminator", je ne l'ai pas vu), je ne suis pas admiratif. Respectueux, tout au plus, mais comme quelqu'un qui s'en fout.

MillionDollrasBaby 10/07/2010 16:57

Alien 3 te remettra d'aplomb ;)

Nous sommes sociaux !