Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Astérix et Obélix : au service de sa majesté (Laurent Tirard)

Publié par copa738 sur 5 Novembre 2012, 11:10am

Catégories : #Films (Comédie)

asterix14.png

Synopsis : 50 avant Jésus Christ. César a soif de conquêtes. A la tête de ses glorieuses légions il décide d'envahir cette île située aux limites du monde connu, ce pays mystérieux appelé Brittania, la Bretagne. La victoire est rapide et totale. Enfin... presque. Un petit village breton parvient à lui résister, mais ses forces faiblissent. Cordelia, la reine des Bretons, décide donc d’envoyer son plus fidèle officier, Jolitorax, chercher de l’aide en Gaule, auprès d’un autre petit village, connu pour son opiniâtre résistance aux Romains… Dans le village gaulois en question, Astérix et Obélix sont déjà bien occupés. Le chef leur a en effet confié son neveu Goudurix, une jeune tête à claques fraîchement débarquée de Lutèce, dont ils sont censés faire un homme. Et c'est loin d'être gagné. Quand Jolitorax arrive pour demander de l'aide, on décide de lui confier un tonneau de potion magique, et de le faire escorter par Astérix et Obélix, mais aussi Goudurix, car ce voyage semble une excellente occasion pour parfaire son éducation. Malheureusement, rien ne va se passer comme prévu...

Après deux premiers volets ayant connu le succès, et un dernier épisode un peu bordélique, drôle, mais un peu raté, malgré un immense budget, on retrouve nos deux héros préférés, avec Baer en nouveau Astérix, un coût moindre et un rythme bien plus cool. Seulement, à vouloir prendre leur temps, Tirard et son équipe en oublient de nous raconter leur histoire, quand bien même il y en ait une. Tout est mou, fade, répétitif (Obélix donne une droite à un mec et ce dernier se retrouve propulsé dans les airs, et atterrit dans l'herbe pour une glissade, et on a eu le droit à ça une bonne dizaine de fois), absolument pas drôle (deux timides sourires durant 1h50, c'est peu, surtout lorsque le film s'affiche comme étant une comédie). Un manque de cohérence avec la BD (le Astérix surexcité de Goscinny paraît foncedé h24, la faute à Edouard Baer, qui reste très fin dans son style, mais qui ne convient pas au personnage), une sensation que tout semble foiré (même Depardieu n'arrive pas à faire le bourré, c'est un comble), que l'humour tombe à plat et que les quelques moments recherchés au niveau de la réalisation (la scène où les Normands sautent de la falaise) n'arrivent pas à dépêtrer le film de sa médiocrité ambiante, font que ce dernier opus d'Astérix est peut-être l'un des films les plus ratés que l'on a pu voir ces dernières années.

Difficile d'analyser ce cataclysme, cet effondrement. Le contraste évident avec le troisième opus n'est en aucun cas bénéfique : faire dériver une intrigue en la faisant partir dans diverses chemins, c'est bien, mais le faire en y instaurant un rythme lent, ça l'est un peu moins. L'accent anglais exagéré à l'extrême, irrite. Les gags téléphonés exaspèrent, les tentatives d'hommages ou de références sont mal orchestrées. On a l'impression que l'idée est là, mais que tout est mal transformé (« Donne-leur l'Eden, ils t'en font un enfer »). Les acteurs s'en donnent à cœur-joie (on pense à Luchini, irrésistible en César), mais la faiblesse du développement des protagonistes qu'ils jouent, et de leur direction, rendent leurs rôles fades, sans intérêts. Sans oublier un manque cruel d'action, un scénario vide, des scènes inspirant l'indignation (le voleur de charrette, le clandestin au maquillage flagrant, Dany Boon qui passe du gros lourd au plus grand des gentleman), et peu de critiques, juste des clins d'œil ne prenant aucune position. C'est donc une certaine neutralité qui ressort de ce quatrième et dernier (du moins, c'est ce que l'on espère tous) opus des aventures d'Astérix et Obélix, mais une neutralité à tous points de vue.

En résumé, un bon gros navet, ça ne fait de mal à personne.

0 étoile

Commenter cet article

ASBAF 12/11/2012 09:50

Ouh, une critique où le mot foncedé est employé. On est toujours en 2010 ?

selenie 06/11/2012 14:04

Wouah t'es dur. Pour ma part ça reste un bon divertissement (sans plus) et reste un des deux meilleurs à ex aequo... 1/4

Nous sommes sociaux !