Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Camping 2 (Fabien Oteniente)

Publié le 23 Avril 2010, 09:47am

Catégories : #Films (Comédie)

Synopsis : Arcachon. Mois d’août. Jean-Pierre Savelli, employé aux Mutuelles d’Assurances de Clermont-Ferrand, apprend que Valérie, sa fiancée, veut faire un break. Pour se ressourcer et retrouver calme et sérénité, il décide de changer de destination de vacances... Il atterrit au Camping des Flots Bleus et tombe sur Patrick Chirac et sa bande de campeurs irréductibles. Les vacances peuvent commencer ! Apéro !

Suite du très acclamé Camping, Camping 2 est une pâle copie du premier opus. Scénario bâclé, humour un peu lourds, dialogues moins appliqués et moins croustillants qu'avant. Camping 2 n'est qu'un pur produit commercial qui vends les bienfaits du premier volet pour en faire cet énorme gâchis qu'est ce film.

Les acteurs s'en donnent toujours avec la bonne humeur, mais la chaleur humaine présente dans le premier volet est certes, réelle dans ce deuxième film, mais elle trouve un impact beaucoup moins conséquent que ce que pouvait faire le film original. C'est vrai qu'il y a des moments très drôles, c'est vrai qu'on passe quand même un bon moment, mais est-ce que ce film valait-il vraiment la peine d'être réalisé ? Beaucoup de doutes à ce sujet en tous cas. Suivant une intrigue qui part dans tous le sens, le spectateur est aveuglé par l'humour qui se gagne facilement, il faut le dire, mais le manque de fond du film est dilué. Oteniente voulant se consacré le plus possible aux personnage oublie l'essentiel : les clichés du bon campeur. Ce sont ces nombreux préjugés hilarants qui ont fait de Camping un film culte. Là, plus rien, juste l'impression de revoir le premier volet, un mélange de la trilogie des Bronzés avec du gros recyclage bien flagrant. Pour revenir aux personnages, ils sont de moins en moins performants : les Gatineau (Antoine Duléry et Mathilde Seigner) sont dans une énième crise de couple aiguë. Comme dans le film précédant, Sophie fait une crise, dans le 1 c'était au restaurant, là c'est dans un parking.

Au bout d'un moment, le film en devient même catastrophique, et qui pour sauver le navire qui est en train de couler ? Richard Anconina et Franck Dubosc viennent limiter les dégâts importants par le jeu simple et drôle. Malgré bons nombres d'incohérences, le personnage d'Anconina et celui de Dubosc forment un duo homogène qui redore en quelques sortes le blason du film. On peut dire que les producteurs du film prenaient des risques en faisant la suite d'un film qui a réunit plus de 5 millions de français dans les salles, mais prendre des risques ne signifie pas bâcle le film. Là où on prenait un malin plaisir à s'identifier aux personnages et à leurs galères en camping dans le 1, le 2 offre une copie bien pâles qui ne va même pas au bout de ses pensées. Vous l'aurez compris, on a une sèche et vaste impression de déjà vu, mais une fois qu'on a vidé tous ces petits désagréments de nos têtes, on rigole dans la salle pour oublier les grandes faiblesses du scénario.

Malgré quelques répliques déjà cultes et des trouvailles jouissives, le film peine à trouver un vrai fond, faute de mieux, le scénario n'est pas à la hauteur du premier opus.

En résumé, conçut pour faire du fric, Camping 2 n'arrive en aucun cas à la cheville du premier volet, du recyclage d'autres films du genre, des acteurs moins persistants, on en ressort en se disant qu'on aurait mieux fait d'aller voir autre chose. Une heure après la vision du film, j'avais déjà tout oublié, grande preuve de l'incapacité des scénaristes de marquer le spectateur.

Ma note : 4,5/10



Commenter cet article

titusdu78 02/05/2010 18:37

Je suis pas vraiment d'accord avec tes arguments, j'ai trouvé que "Camping 2" était très divertissant, plein d'humour, de tendresse et de gentillesse, et que au final la mayonnaise tournait pas si mal que ça. Mais il vrai que le scénario est catastrophique, et le bon jeu des acteurs ne suffit aps à le rattrapper. 2/4

Nous sommes sociaux !