Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Carnets de voyage (Walter Salles)

Publié par copa738 sur 25 Février 2011, 13:26pm

Catégories : #Films (Historique)

null

 

Synopsis : En 1952, deux jeunes Argentins, Alberto Granado et Ernesto Guevara, partent à la découverte de l'Amérique latine. Ils débutent leur périple sur une vieille moto baptisée "La Vigoureuse". La confrontation avec la réalité sociale et politique des différents pays visités altère la perception que les deux amis ont du continent. Cette expérience éveillera de nouvelles vocations associées à un désir de justice sociale.

De ses débuts en médecine jusqu'à ce fabuleux voyage, Diarios de motocicleta (son titre original) évoque, à travers un road-movie passionnant le petit passage de la vie du futur Che, avant que ce dernier ne devienne ce qu'il est devenu. Une grande leçon d'humanité et d'altruisme se dégage de ce film, mais pas seulement dans son récit. Carnets de voyage fait réfléchir, fait penser les spectateurs, le but historique étant bien moins important que le but humain. Le spectateur fait presque abstraction du personnage de Ernesto, qu'on a du mal à croire comme futur révolutionnaire, lui qui est plutôt direct et naïf. Emportant avec lui ses souvenirs, une moto et son ami, Fuser (son surnom de l'époque) s'en va vers d'autres horizons, visiter des paysages magiques (merveilleuse photographie signée Éric Gautier) et inconnus dans toute l'Amérique latine, pour nous faire part de leurs instants de gloire, et parfois, leurs malheurs. A travers ce fabuleux périple aux allures de voyage prophétique, nos deux compères sillonnent le continent, pour apprécier les autres, aider les plus démunis, se rendre compte de l'horreur du monde dans lequel ils vivent, dans lequel nous vivons.

Ainsi, après de nombreuses étapes où la misère des gens se fait de plus en plus ressentir, le regard de Ernesto, jeune étudiant qui voyait tout en rose, commence à se modifier, comme si son corps venait de se rendre compte de quelque chose, comme s'il avait atteint un taux de maturité assez important pour prendre conscience des injustices dans le monde. Son copain, Alberto, jeune don juan charmeur à la voix cartoonesque apporte un peu plus d'humour à cette histoire, il est presque le contraire de son ami (l'un est posé, l'autre est tout le temps excité) mais les deux collent bien ensemble, et on a vraiment envie de vivre ce voyage avec eux.

Le plus important dans Carnets de voyage, ce n'est pas le fait de savoir ce qui va se passer par la suite, de se dire : « Putain, il était comme ça le Che quand il était jeune ? », non. Nous sommes là pour vivre une aventure hors du commun, une belle leçon de partage, de générosité. Guevara n'est pas le révolutionnaire que tout le monde connait, il est presque un Robin des Bois des temps modernes, un bienfaiteur qui pense aux autres avant de penser à lui. Préférant donner de l'argent à un pauvre mineur plutôt que d'acheter un cadeau qu'il avait promis à sa fiancé, le Guevara de Walter Salles n'est rien d 'autre qu'une personne qui pourrait vous faire la morale, mais ne le fait qu'avec de nombreux exemples inspirant le respect (la longue séquence dans la zone des lépreux est un grand moment de cinéma, plein d'émotions). Au final, on pourra toujours dire ce qu'on voudra sur les médecins, les révolutionnaires ou même sur le Che lui-même, Carnets de voyages fait l'éloge de la mentalité (qui évolue au fil du film) de ce personnage devenu sacré, et il le fait d'une manière juste et justifiée. Une grande leçon qu'est ce film.

En résumé, oubliez tout ce que vous savez du Che, n'essayez même pas de penser à lui en voyant le personnage joué par Gael García Bernal (l'un de ses meilleurs rôles), car Carnets de voyage n'est pas un film en l'honneur du Che, c'est juste un film en l'honneur de la paix et du partage.

3 e¦ütoiles et demi

Commenter cet article

emule 27/02/2011 15:19

pas mal le film

copa738 26/02/2011 10:55

Surtout que c'est pas un film très connu et que je suis pas un grand fan des films hispaniques. Mais j'ai comme toi apprécié l'humanité qui déborde de ce film.

Ben 26/02/2011 10:18

J'adore ce film, tellement humain. C'est une invitation à l'amour de l'autre, à la nature, à ce qui reste de beau dans ce monde abject.
Un bijou, Garcia Bernal est assez génial aussi !
Content qu'il t'es plu !

Nous sommes sociaux !