Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Cloverfield (Matt Reeves)

Publié le 17 Novembre 2010, 12:14pm

Catégories : #Films (Horreur)

 

Synopsis : New York - Une quarantaine de ses amis et relations ont organisé chez Rob une fête en l'honneur de son départ pour le Japon. Parmi eux, Hub, vidéaste d'un soir, chargé d'immortaliser l'événement. La "party" bat son plein lorsqu'une violente secousse ébranle soudain l'immeuble. Les invités se précipitent dans la rue où une foule inquiète s'est rassemblée en quelques instants. Une ombre immense se profile dans le ciel, un grondement sourd se fait entendre... et la tête de la Statue de la Liberté s'effondre brutalement sur la chaussée. L'attaque du siècle vient de commencer. Au petit matin, Manhattan ne sera plus qu'un champ de ruines...

Un pitch digne d'une grande Guerre des Mondes ou d'un I am a Legend. Un univers post-apocalyptique donc, parsemé d'effets gores, de fantastique, de psychologie et surtout d'action. Mais tout cela fait dans une réalisation ''amateur'', comme si le film était une sorte de documentaire saisissant. Des films d'horreur de ce genre-là, il y en a déjà eu : C'est arrivé près de chez vous, Cannibal Holocaust et surtout Le Projet Blair Witch avaient déjà fait jaser à leur époque. Controverse, succès inattendu au box-office, tous avaient finalement créer le buzz (mot très à la mode en ce moment). Suivront ensuite quelques films remarquables dans leur façon de filmer, des sortes de faux-documentaires qui allaient faire un gros boom au box-office et devenir des films rentables à un point que personne n'aurait parié sur eux : [Rec], Paranormal Activity (le fameux Paranormal Activiy) ou plus récemment Le dernier Exorcisme. Cloverfield n'a en aucun cas renouvelé le genre. Il a juste permis d'avoir une toute autre approche de ce genre de films. Car les trois films cités plus haut, antérieurs à l'œuvre de Matt Reeves, étaient fait pour ce genre de mise en scène. Blair Witch filmé en professionnel, ça aurait été plus une comédie burlesque qu'autre chose. Là, il est présenté une toute nouvelle chose : un film qui aurait pu être mis en scène de façon ''propre'' mais qui a préféré l'option ''caméra à l'épaule''. Et c'est là que le projet devient intéressant, voir même fascinant.

Qu'aurait pu être le film s'il avait été réalisé d'une autre manière ? Cette question a peu d'importance. Et c'est quand on voit nos poils se hérisser lors de nombreuses scène de Cloverfield que l'on comprends très rapidement que ce n'était pas une blague. Le film est scotchant, peu réaliste, mais scotchant. Impossible de décrocher ses yeux de l'écran, c'est tout simplement 1 h 20 de frissons intenses, d'une lutte acharnée que l'on vit avec les protagonistes. Si Blair Witch Project vous fera refuser de camper en forêt, que Paranormal Activity vous fera grincer des dents à chaque claquements de porte, que [Rec] vous fera abandonner l'idée de dormir dans une cage d'escalier (ce qui est peu courant de nos jours), Cloverfield, quant à lui, ne vous donnera une peur phobique de... rien. Mais c'est ça sa vrai force, c'est le fit de faire peur dans de nombreux cas de figure, sans trop se baser sur des faits trop précis.

Le film commence un peu lentement : une fête qui honore le départ de Rob au Japon, des couples qui se forment et se cassent, des jeunes qui picolent, mangent et s'amusent. Rien d'excitant, mais rein d'ennuyant non-plus. Et puis un grand tremblement qui fait sursauter. Et le tout s'embraye très vite. Chaque mètre parcourut est un pas vers la mort imminente qu'attend nos personnages. Tous périront dans d'atroces souffrances. Et puis il y a ce monstre, gigantesque comme un immeuble de 30 étages, un alien qui lâche d'autres petites bestioles, comme les arachnides de Starship Troopers. La façon dont est dévoilé ce monstre est comparable à celle utilisée pour Jaws. On ne sait pas exactement ce que c'est. Nous savons juste que c'est immense, que c'est dangereux et qu'il faut courir le plus vite possible pour en échapper. On voit le monstre par petits bouts, sans jamais vraiment le distinguer. Et c'est finalement dans un finale particulièrement palpitant que la bête est dévoilée en entier (comme Jaws). Mais l'aspect bien trop pixelisé du monstre gâche en effet le plaisir que l'on avait de se faire une opinion plus ou moins fausse de l'aspect physique de cet extraterrestre.

Il y a peu de points négatifs à ce film. Peut-être la VF, qui contient des voix qui ne collent pas très bien, ou peut-être le manque de crédibilité dans certains passages (le crash de l'hélicoptère, le passage d'un immeuble à l'autre, …). Mais sinon, je n'ai rien du tout à reprocher à Cloverfield qui reste pour moi un film aboutit et un incontournable du genre. Si les critiques ont été divisés quant au potentiel du film, jamais la frayeur qu'il donne n'a été mise en cause. Dire que c'est un chef d'œuvre serait de l'exagération, voilà pourquoi je dis bien que c'est une œuvre complète, fertile, et particulièrement réussie. Il revient en ma mémoire, entre autres, la fabuleuse scène (spoiler) de la ligne de métro, où le passage à la vue nocturne permet d'apercevoir au-dessus (avec un gros sursaut à la clé) les mygales géantes qui faisaient fuir les rats. Une scène saisissante qui vous saute à la gorge sans prévenir, comme tout le reste du film en fait.

En résumé, filmé avec un bout de ficelle et une boucle de sandale, mais doté d'effets spéciaux corrects et le tout emmené avec une idée de base tout sauf conne, Cloverfield est une réussite dans le genre, assez réaliste en apparence et bien ficelée dans son ensemble ; il reste un film divertissant, percutant et doté de quelques coups de génie plutôt bien exploités.

Ma note : 8/10



Commenter cet article

copa738 18/11/2010 18:41

"Piranha 3D", j'espère sincérement que t'as pas aimé !

Magusneri 17/11/2010 15:46

Merci pour ton commentaire sur The Social Network, qui me touche beaucoup.
C'est vrai que j'ai été absent un bon bout de temps. J'étais très occupé entre un stage à plein temps et le montage d'un court-métrage.
Mon stage est maintenant terminé et mon montage touche aussi à sa fin, du coup je me remets à la critique de films. Je vais bientôt publier les critique de Piranhas 3D, Elle s'appelait Sarah et Le Village des ombres, ainsi que quelques autres films que j'ai pu voir en DVD (Destination Finale, Battle Planet, Une Vie toute neuve, The Wrestler, Cashback...). Je ferai en sorte d'être très régulier à partir de maintenant.
Je vois que ton blog s'enrichit de plein d'articles intéressants sur une foule de films ! Tu continues sur une belle lancée :) Je tâcherai de tous les lire dans les jours qui viennent. A très bientôt !

Nous sommes sociaux !