Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Les Contes de la Nuit (Michel Ocelot)

Publié par copa738 sur 11 Août 2011, 13:34pm

Catégories : #Films (Animation)

null 

Synopsis : Tous les soirs, une fille, un garçon et un vieux technicien se retrouvent dans un petit cinéma qui semble abandonné, mais qui est plein de merveilles. Les trois amis inventent, se documentent, dessinent, se déguisent. Et ils jouent toutes les histoires dont ils ont envie dans une nuit magique où tout est possible...

Des couleurs magnifiques de Kirikou à l'exploit visuel (ombre chinoises sur fonds colorés) de Princes et Princesses, en passant par la performance hybride de Azur et Asmar, Michel Ocelot regroupe tout ce qui caractérise son cinéma dans son nouveau bijou : Les Contes de la Nuit. On pourra jubiler devant le rendu visuel et un peu botter en touche en ce qui concerne les histoires, Michel Ocelot demeure tout de même, quoiqu'il arrive, le grand maître de l'animation personnelle et artistique. Et l'exploit visuel qu'il vient d'accomplir pourrait bien faire de l'ombre a Miyazaki, Lasseter & co.

On étant plus sérieux, on pourra dire que Ocelot parvient à faire rayonner son cinéma. Il le fait avec plus (couleurs saisissantes, mêlées à des ombres chinoises encore plus détaillées) ou moins (contes très moralisateurs, destinés à un public relativement jeune) de réussite, offrant au spectateur le même (fabuleux) concept que dans Princes et Princesses, les mêmes genre de (superbes) décors de ses Kirikou, et la même technique que Azur et Asmar (3D). Tout ce qui bonifie son œuvre est présent dans son dernier film, ainsi que les petits points négatifs essentiellement présents dans ses deux derniers films (Kirikou et les bêtes sauvages et Azur et Asmar), à commencer par une certaine naïveté et un contenu de plus en plus orienté ''enfants''. Ainsi, on retrouve dans les histoire contées avec toujours autant de justesses par Ocelot, une multitude de valeurs qui sont bonnes à enseigner aux enfants (ne jamais mentir, vivre heureux, snober la cupidité, n'écouter que son cœur, ne pas être méchant), mais déjà connues des ''adultes'' et donc inutiles pour eux. Voilà ce qu'il faut reprocher dans l'immédiat à ces Contes de la Nuit, le reste n'étant que des détails superflus et peu importants.

Peu emballés par les histoires (mis à part celle avec Ti'Jean qui est une véritable bombe – et c'en est presque un euphémisme – et la dernière qui trouve sa force grâce à un magnifique twist ending), il reste cependant les graphismes, hauts en couleurs, particulièrement propres et fascinants, avec au premier plan, des silhouettes, détaillées, sombres, pour établir un splendide contraste avec l'arrière plan. Du grand art comme on en voit rarement, voilà ce que produit Michel Ocelot. On pourra critiquer ses contes, niais et capilo-tractés comparés à ceux de Princes et Princesses. On pourra se plaindre des ''entre-actes'', beaucoup moins surprenantes qu'en 2001 vu que le réalisateur n'a rien changé pour ce qui est du concept. On pourra aussi, pourquoi pas, se lasser des décors tape-à-l'œil proposés dans le film, mais ce serai chercher la petite bête. Finalement, on pourrait presque comparer Les Contes de la Nuit à Avatar. Dans le sens où les deux films détiennent une technique parfaite, des images sublimes et des décors somptueux, mais qui, de l'autre côté, offrent du spectacle mais aussi un résultat assez niais et enfantin (quoique Ocelot ne se contente pas de nous offrir un combat entre le bien et le mal, il préfère brouiller les pistes et faire brusquement changer les personnages). La différence ? Ocelot n'est pas Cameron (ne serai-ce que pour le compte en banque et la notoriété) et Avatar nourrissait plus d'attentes que les Contes de la Nuit. Et, à ''niaiserie'' égale, l'un offre un film pour petits, et l'autre est grand public...

En résumé, pas aussi étincelant qu'à ces grandes heures, Michel Ocelot nous livre cependant un film d'une beauté rare ; moins divertissant qu'un Kirikou et bien moins régulier qu'un Princes et Princesses, il parvient cependant à faire vivre son film, la preuve étant enfouie dans les yeux brillants d'une multitude d'enfants, venus assister au spectacle.

3 étoiles et demi

Commenter cet article

Squizzz 17/08/2011 22:50

D'accord avec ta critique. Pour revenir sur les entractes, ils sont carrément loupés, on a l'impression d'être devant une espèce de série télé ludique pour enfants.

Christophe 12/08/2011 11:29

J'adhère complètement, même si ma préférence va aux contes médiévaux... A bientôt sur OverBlog !

Nous sommes sociaux !