Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Critique Express n°11 + Mon Humble Hommage

Publié par copa738 sur 11 Octobre 2012, 17:50pm

Catégories : #Critiques express

mart.jpg

Martyrs (Pascal Laugier) - 2008

Synopsis : France, début des années 70.

Lucie, une petite fille de dix ans, disparue quelques mois plus tôt, est retrouvée errant sur la route. Son corps maltraité ne porte aucune trace d'agression sexuelle. Les raisons de son enlèvement restent mystérieuses. Traumatisée, mutique, elle est placée dans un hôpital où elle se lie d'amitié avec Anna, une fille de son âge. 15 ans plus tard. On sonne à la porte d'une famille ordinaire. Le père ouvre et se retrouve face à Lucie, armée d'un fusil de chasse. Persuadée d'avoir retrouvé ses bourreaux, elle tire.

On a toujours eu le reflex de caractériser tous ces films d'horreur interdits aux moins de 16 ans (et plus) comme des œuvres sans âme, gratuites, méchantes, cruelles, subversives pour choquer uniquement. Or, à 90% des cas, les gens se trompent. Martyrs, sans être le film le moins bourrin du monde, tape là où ça fait mal pour pouvoir faire passer son message. Les sensibles seront répugnés (il faut dire qu'il nécessite des nerfs d'acier pour pouvoir le regarder jusqu'au bout), mais les autres y trouveront une magnifique façon de dénoncer la violence, et de revisiter l'histoire et ses souffrances. Il est vrai que des fois, ça va trop loin (beaucoup de scènes sont vraiment à la limite du soutenable, et parfois, c'est franchement inutile), mais cette histoire nous prend tellement aux tripes qu'on ne peut que fixer l'écran, même si ça nous démange de partir en courant. La dénonciation des sectes, des bourreaux, la portée divine, la recherche de l'au-delà : tout cela est traité avec une justesse remarquable. Après, on peut tout de même se demander s'il était nécessaire d'autant choquer pour faire réfléchir...

3 étoiles-copie-1

 

presume-coupable-7.jpg

Présumé coupable (Vincent Garenq) – 2011

Synopsis : Le film raconte le calvaire d'Alain Marécaux - "l'huissier" de l'affaire d'Outreau - arrêté en 2001 ainsi que sa femme et 12 autres personnes pour d'horribles actes de pédophilies qu'ils n'ont jamais commis. C'est l'histoire de la descente en enfer d'un homme innocent face à un système judiciaire incroyablement injuste et inhumain, l'histoire de sa vie et de celle de ses proches broyée par une des plus importantes erreurs judiciaires de notre époque.

Imaginez-vous deux secondes, dans votre lit, en pleine nuit. On frappe violemment à la porte. Une horde de policiers et de magistrats entrent dans votre domicile, vous écarte de vos enfants, vous menotte, et vous accuse de pédophilie. L'ennuie, c'est que vous êtes innocents. Et que toutes les années de galère en prison, au tribunal, loin de tout ce qui vous est cher, sont issus d'un mensonge de parents ''simples d'esprit'' qui accusaient une dizaine de personnes alors qu'ils étaient seuls à violer leurs enfants... Ceci, c'est l'affaire d'Outreau, remarquablement illustrée dans ce film qui se concentre sur un des accusés (le fameux huissier filmé en larmes après sa libération), pour comprendre cette affaire de l'intérieur, et non dans sa globalité. La réalisation très simple et réaliste ainsi que la formidable interprétation de Philippe Torreton, font de Présumé coupable, un film engagé, qui permet d'en savoir beaucoup plus sur l'affaire en elle-même, mais aussi sur le calvaire qu'ont vécu ces gens accusés à tort (oui, car, même si Garenq le dément, le film adopte la position la plus logique : l'innocence de Maréceaux et de tous les autres).

3 étoiles et demi-copie-1 

 Sans-titre-copie-1.jpg

 

Je souhaiterai dédier un court texte, à un certain Frédéric, plus connu comme étant le rédacteur du blog Mon Humble Avis. Il avait 22 ans, et s'est éteint cette semaine. Il laisse derrière lui sa famille, ses amis, et toute une blogosphère malheureuse. Il n'avait peut-être pas le plus beau style d'écriture, ni les mêmes goûts que tout le monde. Il faisait de très longues et trop rares critiques, mais ses articles-marathon se lisaient avec beaucoup de plaisir. Il respectait l'avis de tout le monde, et me soutenait, personnellement, souvent, même s'il n'était pas forcement d'accord. Il aimait le cinéma et sûrement beaucoup d'autres choses. Il est parti trop tôt et sa mort a créé un vide difficile à combler. Je lui laisse un dernier hommage. Repose en paix Frédéric.

Commenter cet article

Wilyrah 24/10/2012 22:54

Bel hommage. J'ai envisagé un temps d'en faire un aussi.
Pour moi sa plume était très appréciable, il faisait partie des blogueurs que je prenais le plus de plaisir à lire. Esprit analytique, écriture soignée et argumentée. Un régal. Repose en paix
humble cinéphile qui gagnait à être connu.

pierreAfeu 13/10/2012 15:47

Très joli texte, Bastien.
La manière dont je percevais Frédéric rejoins celle évoquée par Mymp. Il lisait beaucoup les critiques des autres, et intervenait toujours brillamment, qu'il soit d'accord ou pas.
Nous sommes désormais quelques-uns à nous connaître sans vraiment nous connaître, que ce soit via les blogs, le groupe Facebook ou bien en réel. Cette disparition est donc à la fois extraordinaire
et dramatiquement ancrée dans le réel, plus encore bien sûr pour ceux qui avaient rencontré Frédéric.

mymp 12/10/2012 13:20

Ah si, il avait un des plus beaux styles, il écrivait vraiment très bien (la preuve, il écrivait pour Trois couleurs) ! Ces critiques étaient très longues effectivement, mais parfaitement
structurées.

Et puis oui, il avait ses goûts à lui qu'il défendait très bien tout en respectant ceux des autres, même quand il n'était pas d'accord (et on était rarement d'accord !). Il commençait à devenir un
chouette ami, on allait au ciné avec d'autres blogueurs, ça fait bizarre maintenant, ce vide soudain et inconcevable...

copa738 13/10/2012 11:09



Je ne le connaissait pas personnellement, mais en tant que blogueur, c'était un grand homme.


Et sur les réseaux sociaux, il défendait ses points de vue avec sang-froid, sans s'énerver, et était très à l'écoute. On le respectait tous autant qu'il nous respectait.


Il est parti bien trop tôt.



ASBAF 12/10/2012 10:58

Ah putain, le mec de ce blog est dead, c'est sale. Il lui est arrivé quoi ?

copa738 13/10/2012 11:07



Je n'ai pas eu d'informations sur la cause du décès...



ffred 12/10/2012 06:40

Oui très beau Bastien...

Nous sommes sociaux !