Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Critique Express n°12

Publié par copa738 sur 25 Novembre 2012, 15:09pm

Catégories : #Critiques express

mi4.jpg

Mission Impossible : Protocole Fantôme (Brad Bird) – 2011

Synopsis : Impliquée dans l'attentat terroriste du Kremlin, l'agence Mission Impossible (IMF) est totalement discréditée. Tandis que le président lance l'opération "Protocole Fantôme", Ethan Hunt, privé de ressources et de renfort, doit trouver le moyen de blanchir l'agence et de déjouer toute nouvelle tentative d'attentat. Mais pour compliquer encore la situation, l'agent doit s'engager dans cette mission avec une équipe de fugitifs d'IMF dont il n'a pas bien cerné les motivations…

Gardons cet esprit intact : celui de repousser la bizarrerie et l'auto-dérision à son paroxysme pour donner un concentré de gadgets sophistiqués qui accompagnent des héros stéréotypés dans des aventures mêlant action... et action. Dans ce quatrième volet de la saga qui a fait que Tom Cruise ne peut plus sortir dans la rue sans se faire accoster, on a toujours le droit à une intrigue complexe (on se demande si ce n'est pas volontaire), à des séquences mémorables, pourtant anecdotiques (en apesanteur dans un ''four'', escalader la tour de Dubaï à mains presque nues, improviser une tyrolienne avec un câble électrique et une ceinture). Au final, ça ne sort pas de l'ordinaire, ce n'est ni très drôle, ni forcement haletant, et les effets visuels n'ont rien d'extraordinaire. Mais le temps passe vite, et il n'y a aucun passage en trop. On se contente donc du strict minimum, pas de prises de risques pour Bird et son équipe. On n'en sortira pas bredouille, semi-contents mais contents tout de même.

3 étoiles-copie-1

 

braveheart-3.jpg

Braveheart (Mel Gibson) – 1995

Synopsis : Évocation de la vie tumultueuse de William Wallace, héros et symbole de l'indépendance écossaise, qui à la fin du XIIIe siècle affronta les troupes du roi d'Angleterre Edward I qui venaient d'envahir son pays.

Film à grand spectacle mêlant traits d'humour, bons sentiments, action, suspense, et émotions, Braveheart n'a pas volé ses quelques 5 Oscars, et mérite amplement son statut d'œuvre culte. Là où le film de Gibson touche, c'est dans sa dimension épique, dans le fait que chaque élément semble être travaillé et re-travaillé pour donner à chaque fois, un rendu parfait. Le film se boit d'une traite, et on n'en redemande : les scènes de batailles sont très impressionnantes (vision d'horreur en voyant tous ces corps et ce sang, mais aussi la mise en relief des grandes stratégies), la musique nous entraine, les personnages nous font ressentir exactement ce que Mel Gibson voulait que l'on ressente (empathie pour les gentils, haine envers les méchants). C'est donc un film très maitrisé, sans aucune faiblesse. Les mots manquent pour définir cette épopée joliment orchestrée par un réalisateur-acteur dont la passion se ressent à chaque plan.

5 e¦ütoiles

 

500.jpg

500 jours ensemble (Marc Webb) – 2009

Synopsis : Tom croit encore en un amour qui transfigure, un amour à la destinée cosmique, un coup de foudre unique. Ce qui n'est pas du tout le cas de Summer. Cela n'empêche pourtant pas Tom de partir à sa conquête, armé de toute sa force et de tout son courage, tel un Don Quichotte des temps modernes. La foudre tombe le premier jour, quand Tom rencontre Summer la nouvelle secrétaire de son patron, une belle jeune fille enjouée.

Le film se définit comme étant tout, sauf un film d'amour. Faux. Première et dernière erreur de Marc Webb : son film traite d'une histoire d'amour (publicité mensongère), mais peut-on la définir comme étant ''comme les autres'' ? Il est très difficile, en effet, de classer cette sorte de mini-OCNI : sa chronologie non-linéaire, ses effets de montage allant même jusqu'à un split-screen rassemblant expectations et reality, ces deux acteurs principaux jouant chacun un rôle étrange (JGL en romantique un peu naïf, Zoey Deschanel en jeune fille au visage arrogant), font que 500 jours ensemble est un film à part entière, avec beaucoup de bonnes trouvailles, une histoire simple et légère, et 0% de prétentions. Au final, on pourra le considérer comme un feel-good movie, traitant de l'amour en humour, en couleur, avec beaucoup de choses intéressantes, dont on prend un malin plaisir à se remémorer.

4 étoiles

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !