Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Critique express n°7

Publié par copa738 sur 19 Mai 2012, 14:04pm

Catégories : #Critiques express

large_405961.jpg

Fish Tank (Andrea Arnold) - 2009

Synopsis : A 15 ans, Mia est une adolescente rebelle avec une unique passion : la danse hip hop. Un jour d'été, sa mère rentre à la maison avec un nouvel amant, Connor, qui s'installe chez elles. Est-ce enfin une promesse de bonheur ou bien un leurre ?

La détresse d'une famille pauvre dans la banlieue de Londres, une jeunes fille qui danse pour tout oublier et tombe amoureuse de son beau-père, l'enlèvement de la fille de ce dernier et une claque du père enragé, au beau milieu d'un champ, la nuit ; les moments-clés de l'intrigue de Fish Tank se comptent sur les doigts de la main, mais ils sont si bien orchestrés qu'on a la véritable impression d'assister à un pur chef d'œuvre. Le scénario n'est peut-être pas croustillant sur le papier, et pourtant, il possède une hargne, un truc qui nous dépasse tellement il est fort. Fait avec le cœur et les tripes, Fish Tank donne le cafard, mais aussi une rage sans barrières, un film qui réunit riches et pauvres, hommes et femmes, enfants et parents, pour un moment de bravoure exceptionnel, porté par une réalisation inspirée (jeu des couleurs, subjectivité de la ''fille'' qui se ressent à l'écran) et des acteurs plus que brillants. Une œuvre poignante, et simplement belle, tant au niveau du message qu'au niveau de l'image.

5 e¦ütoiles

 

proie.jpg

La Proie (Éric Valette) - 2011

Synopsis : Un braqueur s’évade de prison pour traquer son ancien codétenu, un tueur en série qui a entrepris de lui coller ses crimes sur le dos. Une policière de la Brigade des Fugitifs se lance à la poursuite du braqueur, devenu bien malgré lui l’ennemi public numéro 1. Quand chacun des protagonistes aura été au bout de lui-même, qui sera le chasseur, et qui sera la proie ?

Dupontel joue le ''gentil trop bon trop con'' pour la première fois de sa vie, mais curieusement, son rôle lui colle à la peau. On écarte directement la crédibilité du scénario (jambe cassée, balle dans le bras, chute de 50 mètres, et notre Dupontel tient toujours debout), et quelconque prise de risque au niveau de la mise en scène. Mais l'action est là, et le scénario est assez imprévisible pour nous scotcher définitivement sur notre fauteuil. On a l'impression de voir du Bebel, ou de revivre le A bout portant de Cavayé, sorti un an plus tôt, donc on repassera pour l'originalité. On tremble tout de même, sans ennuie (le film ne présente aucun temps-mort, ne laissant aucun répit au spectateur), et la pauvreté des dialogues passe presque inaperçue. La fin est en trop, et décrédibilise un film déjà peu réaliste à la base. On reste un peu sur notre faim, mais le moment passé est agréable. Un bon film pour se vider la tête.

3 étoiles

 

jl.jpg

Orange Mécanique (Stanley Kubrick) – 1972

Synopsis : Au XXIème siècle, où règnent la violence et le sexe, Alex, jeune chef de bande, exerce avec sadisme une terreur aveugle. Après son emprisonnement, des psychanalystes l'emploient comme cobaye dans des expériences destinées à juguler la criminalité...

Dingue, violent, scandaleux, tragique, comique, philosophique, cruel. Une liste longue comme le bras d'adjectifs très contrastés pourrait définir Orange Mécanique, tant la complexité de l'œuvre en fait un film si spécial. Très controversé à l'époque de sa sortie, Orange Mécanique est aujourd'hui plus facilement abordable, la télévision, les jeux vidéos, banalisant chaque jour un peu plus la violence. Considéré à tort comme l'apologie cinématographique de la violence, le film de Stanley Kubrick est en fait une œuvre très intelligente, avant-gardiste et magnifiquement orchestrée. On pense à cette réalisation, qui expérimente sans cesse (la scène du ''plan à trois'' en accéléré, la scène de la bagarre des Droogs dans la rivière au ralenti), et nous offre un résultat stupéfiant, indescriptible à l'œil nu, et qui laisse au spectateur le choix de prendre parti (haine ou pitié envers Alex ?). Tous ces éléments font de Orange Mécanique une œuvre complète et surtout unique en son genre : une véritable leçon de cinéma.

5 e¦ütoiles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Wilyrah 28/05/2012 12:56

Fish Tank méritait un article rien qu'à lui. Un des meilleurs films de 2009.

L'accro aux dvd 22/05/2012 17:29

Fish Tank est un film coup de poing. Un film qui montre que la vie londonienne ne se résume pas à la visite de chez Harrods et aux flâneries du côté de Picadilly Circus. Il réunit toutes les
générations comme tu le soulignes pour le meilleur mais parfois pour le pire même s'il nous semble inconcevable de l'accepter.

Orange mécanique est quant à lui intouchable. J'ai du mal avec les personnes qui ne le considèrent que comme une apologie de la violence gratuite. Les faits sont là aujourd'hui, la violence est
partout, banalisée de tous les côtés. Kubrick a simplement eu l'audace de la mettre en scène et de la dévoiler un peu plus tôt que prévu. Visionnaire mais également génie de l'esthétique, le film
restera une référence pendant encore de longues années!

Zogarok 20/05/2012 11:04

Orange Mécanique dans une compilation "express" ! Les gardiens du temple vont te tomber dessus !

Bob Morane 19/05/2012 18:01

Comme toi j'ai adoté Fish tank qui m'avait remué aux tripes
J'avais beaucoup aimé aussi La proie même si quelques petites défaillances
Par contre Orange mecanic, je l'avais commencé il y très longtemps et très vite arrêté. Sans doute à revoir maintenant que je suis plus mûr...

Nous sommes sociaux !