Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Le Cuirassé Potemkine (S.M Eisenstein, Grigori Aleksandrov)

Publié le 3 Février 2010, 16:03pm

Catégories : #Films (Drame)

Synopsis : En janvier 1905, éclate la première révolution russe, suivie le 14 juin de la révolte des marins du "Potemkine". Ce qui au départ s'annonçait comme une petite protestation d'un équipage lassé et furieux de n'avoir à manger que de la viande pourrie a dégénéré en une véritable insurrection dans le port d'Odessa.

Considéré comme l'un des tous premiers films dotés d'un montage astucieux et renversant, Potemkine est aussi une œuvre complète dirigée par l'un des réalisateurs les plus sous-estimés de tous les temps. C'est aussi un film révolutionnaire, à commencer par une technique futile de l'ajout de couleurs au pochoir dans du noir et blanc. Souvenez vous... Plus récemment, des films comme Rusty James ou La Liste de Schindler ont suscités de nombreuses interrogations. Pourquoi ? Parce que ces deux films (et plein d'autres) ont un point commun avec Le Cuirassé Potemkine : ils sont tous les trois tournés en noir et blanc. Oui et après ? Ils incluent un seul élément de couleur dans leur film incolore. Le film que je critique dans cet article montre un drapeau rouge hissé en haut du mat d'un bateau, l'œuvre de Coppola inclut un poisson rouge coloré et celui de Spielberg le manteau rouge d'une petite fille. A tous ceux qui croyaient que Spielberg a inventé ce procédé, je vous demande pardon de révéler cette intolérable vérité (qui n'en est pas une vu que je ne suis pas le seul à avoir sur le film d'Eisenstein). Mais Potemkine est-il réellement le premier film à utiliser ce procédé ? Pas certain, seul l'avenir (enfin, le passé) me le dira.

Sans plus attendre, voici mes quelques impressions au sujet de ce fameux cuirassé, le film violent de toute une époque, le film qui choqua les gens à sa sortie, l'un des films les plus étranges et les plus indéchiffrable de l'histoire du cinéma.

Tout d'abord, je tiens à dire à tout le monde que ce drame sur fond de révolution n'est pas une seule scène. On connait surtout Potemkine pour sa scène mythique du landau qui descends de l'escalier rempli de cadavres d'Odessa. On le connait surtout pour la violence des corps gisant sur le sol bétonné devenu rouge (enfin gris foncé à la vue des images), pour ces meurtres choquants d'enfant et de vieillards. On connait par sa cruauté, sa démarche et son montage déroutant, ses images dures et suffocantes de visages ensanglantés, de ce pas forcé des meurtriers qui pillent et saccagent la population à coups de baïonnettes et de fusils. Mais Le Cuirassé Potemkine n'est pas que ça. C'est aussi un film complet, rempli de trouvailles toutes plus explicatives que les autres. Ce n'est pas parce qu'un film brille par une scène aussi mythique que le reste n'est qu'un vaste néant (bon d'accord, le néant ne peut être vaste puisque le néant c'est rien). Si c'est le cas, alors pourquoi ne pas garder uniquement la scène de l'hélicoptère dans Apocalypse Now ou encore la causerie-beuverie des Tontons Flingueurs. Pourquoi ne pas garder que la scène de la douche dans Psychose et celle de l'attaque de l'avion dans La Mort aux Trousses. Si une scène de film devient mythique, c'est parce que les éléments du reste du film font que cet instant est abordé dans des conditions qui font de la scène un enchantement. Une organisation minutieuse est la recette d'une scène réussite, et cette organisation ne se fait pas que pendant la scène, elle se fait aussi avant et après.

Donc comme j'ai l'ai si bien expliqué, Le Cuirassé Potemkine ne joue uniquement sur une scène aussi populaire que l'escalier d'Odessa (même si j'avoue que sans cette scène, je ne serai sûrement pas là à vous rabâcher que ce film est une œuvre culte), il se repose aussi sur d'autres éléments cruciaux à la réussite du film (asticots sur de la viande, visages détaillés, pas de réels personnages principaux, plans larges harmonieux, organisation de l'intrigue, scène finale pleine de suspense). Et même qui quelques passages ont un peu vieillis, on reste émerveillé devant une telle performance graphique. L'ensemble reste cependant lent et parfois incompréhensible. De toutes manières, Potemkine est un film qui inspire le respect et tant pis pour les imperfections et son rythme excessivement lent, tant pis pour toutes ces petites choses qui font que ce film n'est pas réellement un chef d'œuvre, ce drame est puissant par son évolution, pour le symbole qu'il dégage et pour toutes ces choses qui ont fait que le cinéma à évolué.

En résumé, je ne considère pas vraiment ce film comme un chef d'œuvre, je pense juste que c'est une expérience à vivre une fois dans sa vie et que c'est un film qui a marquer son époque et qui a permis d'embellir le cinéma, rien que pour cela, Eisenstein et Aleksandrov méritent un grand coup de chapeau.

Ma note : 6,5/10



Commenter cet article

Chippily 07/06/2010 14:56

J'ai été plutôt partagée après avoir vu "Le Cuirassé Potemkine" : d'un côté, il y a le film de propagande bien lourd (et bien lent aussi ^^) mais de l'autre certaines séquences sont assez époustouflantes visuellement, et en terme de rythme aussi. On parle beaucoup de celle de l'escalier, mais je préfère celle sur le bateau, au moment où l'on croit que les marins vont se faire fusiller.
Pour ce qui est de ta question, je ne me souviens plus exactement de la scène dans le film et je ne peux te dire s'il y a eu des films plus vieux que celui-ci qui ont déjà utilisé ce procédé, désolé :s

Nous sommes sociaux !