Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Saw 4 (Darren Lynn Bousman)

Publié par copa738 sur 6 Juin 2011, 16:34pm

Catégories : #Films (Horreur)

null

 

Synopsis : Le Tueur au puzzle et sa protégée, Amanda, ont disparu, mais la partie continue. Après le meurtre de l'inspectrice Kerry, deux profiler chevronnés du FBI, les agents Strahm et Perez, viennent aider le détective Hoffman à réunir les pièces du dernier puzzle macabre laissé par le Tueur pour essayer, enfin, de comprendre. C'est alors que le commandant du SWAT, Rigg, est enlevé... Forcé de participer au jeu mortel, il n'a que 90 minutes pour triompher d'une série de pièges machiavéliques et sauver sa vie. En cherchant Rigg à travers la ville, le détective Hoffman et les deux profiler vont découvrir des cadavres et des indices qui vont les conduire à l'ex-femme du Tueur, Jill. L'histoire et les véritables intentions du Tueur au puzzle vont peu à peu être dévoilées, ainsi que ses plans sinistres pour ses victimes passées, présentes... et futures.

On a toujours critiqué les suites de Saw d'abord parce qu'il était difficile (voire même impossible) d'égaler la qualité du premier opus, et ensuite parce que les limites du gore ont été repoussées à chaque parution d'épisodes (ce qui n'a pas plu à tout le monde). Provoquant un malaise collectif, le troisième épisode était, pour toute la plèbe cinéphile, l'épisode de trop de la saga (tout le contraire de mon avis, en fait). A la vue de ce gigantesque bain de sang qui nous sert de quatrième opus, on aurait pu dire stop définitivement. Mais au final, cette immense boucherie dont la violence surpasse les épisodes précédents donne encore plus de volume à la saga. Du suspense, de l'horreur, une vraie inventivité dans les pièges, ce Saw 4 est sûrement l'un des épisodes les plus aboutis de la saga, aussi bien dans le contenu de l'intrigue que dans les scènes d'horreur (pour n'en citer que deux, il y a celle où un homme doit actionner un mécanisme qui lui enfonce deux piolets dans les yeux avant qu'il ne soit écartelé par les chaines qui le maintiennent sur un lit ; il y a aussi celle où deux hommes, l'un avec les yeux cousus, l'autre la bouche, doivent s'entretuer pour se libérer d'un mécanisme qui rembobine la chaine avec laquelle ils sont attachés).

Le film puise sa force dans une intrigue qui consiste à faire douter le public sur la véritable identité du ''nouveau Jigsaw'', mais aussi dans les nombreuses épreuves passées par Rigg, jusqu'à un final imprévisible et carrément jouissif (qui nous rappelle étrangement le twist de Saw). Bousman, assez contesté dans la réalisation des anciens épisodes, surprend une nouvelle fois tout le monde en apportant une réalisation presque aussi nerveuse et prodigieuse que celle de James Wan. Il s'aide notamment des changements d'ambiances et de couleurs (sépia dans la scène d'ouverture, rouge pour les scènes de l'hôtel, vert dans la salle où Hoffman et Matthews sont enfermés, sombre et violet dans la maison de Rigg) et filme d'une manière instinctive, pour dévoiler un par un les éléments importants, tout en trompant et surprenant le spectateur en même temps. Avec tout cet ensemble très positif, et malgré quelques petites erreurs laissées au passage (la confusion provoquée par un nombre incalculable de flashforward est agréable au début, mais laisse pourtant très con à la fin), ce Saw 4 tient plutôt bien la route et vient se mettre aux côtés de son prédécesseur pour deux points essentiels : le gore, et la qualité du film qui flirt entre le sublime et la lourdeur. On sera passé pas loin de l'insupportable pour les scènes d'horreur, et jamais le suspense n'avait été aussi grand. C'est donc un épisode ''charnière'' pour la saga, à savoir un excellent film qui marie tous les ingrédients de la franchise, sans décevoir, mais sans non-plus arriver au sommet du cinéma. Et c'est avec une grande envie que l'on ressort, l'envie de vite se plonger vers la suite, et donc de voir immédiatement Saw 5. Parce qu'aucune saga (et d'horreur, en plus) ne peut se vanter de tenir en haleine toute une foule de spectateurs, et de les rassasier amplement en offrant un spectacle d'une qualité indéniable, qualité qui commence sérieusement à me plaire.

En résumé, sans vraiment toucher les sommets, ce quatrième volet est à la hauteur des ambitions et nous met dans de bonnes conditions pour apprécier la suite de la saga.

4 e¦ütoiles 

Commenter cet article

titusdu78 13/06/2011 19:36

Ah non. 7,5/10, ça fait 15/20... Ah non, là je dis non! ^^

Nous sommes sociaux !