Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Dennis Hopper

Publié le 31 Mai 2010, 18:01pm

Catégories : #Acteurs

Amis blogueurs, cinéphiles ou tout simplement tous ces gens qui tombent sur cet article plus ou moins par hasard, vous n'êtes sûrement pas passez à côté de cette information qui a fait frémir bons nombres de cinéastes et experts du septième art. Cette information est la mort de l'acteur-réalisateur du nom de Dennis Hopper. Né dans le Kansas, ce comédien talentueux aux multiples facettes commença sa brillante et ininterrompue carrière aux côtés de James Dean, idole des jeunes de l'époque, symbole de virilité et d'insouciance. Trouvant des rôles très contrastés, il a su marquer sa génération par ses rôles variés. Voilà en quelques sortes un hommage à ce grand homme du cinéma en détaillant une filmographie selective de Dennis Hopper.

La Fureur de Vivre (1955) : Hopper aux côtés d'un "géant" : James Dean qui décedera un mois après la sortie du film épique de Nicholas Ray, symbolisant à lui tout seul les voyous de l'époque, la fougue et l'insouciance.

Géant (1956) : Toujours aux côtés de James Dean, Hopper signe un rôle de grande classe dans ce grand opéra romanesque façon Autant en emporte le vent dirigé par George Stevens.

Easy Rider (1969) : Film révolutionnaire, antisocial, où Hopper est placé devant et derrière la caméra. Véritable "Mai 1968" du cinéma, Hopper signe avec son film une œuvre emblématique de sa carrière. Devenu lui-même un symbole pro-hippie, il joue au côté de Jack Nicholson (son grand copain) dans ce film qui marquera à jamais son époque.

L'Ami Américain (1977) : Mis au premier plan dans ce film épique de Wim Wenders, Hopper signe une belle interprétation dans ce film policier rondement mené.

Apocalypse Now (1979) : Dans ce grand film de guerre de Francis Ford Coppola, Hopper signe un rôle discret mais très impressionnant. Jouant à la perfection le photographe déboussolé et perdu dans cette jungle hostile, il rempli à merveilel son contrat. Mention spéciale pour ce rôle très impressionnant de rigueur.

Rusty James (1983) : Deuxième collaboration entre Coppola et Hopper, ce film en noir et blanc reste un grand moment de cinéma.

Massacre à la tronçonneuse 2 (1986) : Rôle principal dans cette suite du film d'horeur le plus controversé de tous les temps, il joue avec une grande maîtrise ce rôle de lieutenant et contribue largement à l'aspect horrifique de ce film de Tobe Hooper.

Blue Velvet (1986) : Dans ce film culte des années 1980 (film que je trouve particulièrement malsain et superficiel), Hopper joue les méchants en incarnant ce rôle oppressant et électrisant d'un psychopathe. Pour les fans de Lynch uniquement, ce film controversé fut acclamé notament grâce à cette prestation épousatouflante de Dennis.

True Romance (1993) : Dans ce thriller implacable au scénario de Quentin Tarantino, Hopper joue correctement et forme une parfaite osmose avec cette atmosphère sanglante de ce film de Tony Scott (le frère de Ridley, off course).

Speed (1994) : Mené tambour-battant, ce film d'action roulant à 2000 km/h signé Jan de Bont (Twister, Hantise,...) Hopper joue une nouvelle fois le méchant dans un jeu du chat et de la souris implaccable.

Waterworld (1995) : Aux côtés de Kevin Costner pour ce film post-apocalyptique de SF, Hopper relève le niveau bancal de cette œuvre cinématographique qui fut un échec commercial (175 millions de dollars de budget pour des recettes bien insuffisantes). Démoli par la presse, Waterworld fut un mauvais souvenir à cause d'un tournage catastrophique.

Le Territoire des Morts (2005) : Quatrième volet de la saga des Zombies créée par George A. Romero, ce film d'horreur brille par son originalité et Hopper joue le rôle d'un richissime homme d'affaire qui a bien du mal à garder son sang-froid devant une horde de zombies.

A noter aussi des apparitions plus ou moins furtives dans Règlement de compte à OK Corral (1957) de John Sturges, dans Luke la main froide (1967) de Stuart Rosenberg, dans Pendez-les haut et court (1968) de Ted Post, dans The Indian Runner (1991) son ami Sean Penn, et dans la Saison 1 de la série TV 24 heures chrono.

Mort un certain 29 mai 2010 suite à un cancer de la prostate découvert en 2002 à l'age de 74 ans, Dennis Hopper a su marquer sa génération et a brillé par sa capacité à jouer de façon remarquable les méchants, il a su prouver au monde entier qu'il savait aussi jouer les gentils avec toujours autant d'enthousiasme.

En résumé, Hopper était un mythe, un acteur au grand cœur qui a prouvé à nombreuses reprises qu'il était un géant, sa mort a été une véritable "amputation" pour la cinéma mondial.



Commenter cet article

film streaming 25/01/2011 21:30

films en streamingslt ac ma cpos on doi faire des recherche sur se film , si tu pourais menvoyer des info ect... se serai bien merci mon adresse c'est the-miss-93@hotmail.fr

Nous sommes sociaux !