Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Eden Lake (James Watkins)

Publié par copa738 sur 23 Novembre 2011, 18:10pm

Catégories : #Films (Horreur)

-hjjh.jpg

Synopsis : Jenny est maîtresse d'école. Son petit ami et elle quittent Londres pour passer un week-end romantique au bord d'un lac. La tranquillité du lieu est perturbée par une bande d'adolescents bruyants et agressifs qui s'installent avec leur Rottweiler juste à côté d'eux. A bout de nerfs, ces derniers leur demandent de baisser le son de leur radio. Grosse erreur !

La seule idée qu'un enfant puisse être capable de torturer physiquement un inconnu effraie, et cela, les producteurs de Eden Lake l'ont bien compris. Oubliez les monstres à tentacules et au sang jaunâtre, oubliez Norman Bates, Jack Torrance et John Kramer. Ici, ce sont des ados qui terrorisent de pauvres innocents, à coups de cutter dans la bouche et de couteau dans le ventre. On pourra être complètement traumatisé, apeuré, paralysé devant tant de violence, on en ressortira brouillé, mais conscients d'avoir assisté à l'une des expériences les plus déroutantes de la décennie.

Dans Eden Lake, on sent dès le début que les limites seront forcement dépassées, tant l'évocation du ''monstre humain'' dérange. De plus, et malgré un gore modéré, il y a dans ce film une réelle envie de montrer ''l'inmontrable'', de pousser encore plus loin dans le morbide. C'est ainsi que nous assistons, effarés, à un enchainement d'une violence inouïe où même les enfants ne sont pas épargnés. Après les avoir vu emmerder, pourchasser, torturer, c'est leur mise à mort que nous regardons. Nous savons pertinemment qu'ils méritent ce qu'ils viennent de subir, mais ce sont des enfants, et le film joue sur le choc que peut provoquer la vision d'un jeune brulé vif ou d'une adolescente mal dans sa peau, renversée par une voiture. D'un autre coté, il y a les deux victimes. Après avoir passé de longues minutes dans leur intimité, nous devons les aider à survivre à cette bande de jeune qui manifeste de plus en plus un comportement violent. Et là, sans prévenir, arrive l'une des scènes les plus marquantes de ces dernières années : l'homme, hurlant de douleur, attaché par des barbelés et blessé par des jeunes qui le saignent à tour de rôle. Derrière, nous vivons la scène à travers les yeux de la femme, des yeux qui pourraient très bien être les nôtres. Là où l'horreur semble atteindre les sommets, le film s'engage dans un schéma de film course-poursuite, qui emmènera notre héroïne au fond d'une poubelle pleine de merde, l'obligeant également à se cacher dans l'eau du lac et à s'enlever un immense clou enfoncé profondément dans son pied.

Là où le film tire son épingle du jeu, c'est dans la réussite de l'organisation des personnages (on a une profonde compassion pour les gentils, et presque pitié des méchants). L'excellent jeu des acteurs et la belle écriture de leurs rôles rend le film bien plus vivant, bien plus réel. Le film repose sur une sorte de communication forte entre lui et les spectateurs. Eden Lake semble vouloir surenchérir dans ce fameux système où il ne faut pas avoir peur de montrer ce que les gens n'aiment/ne veulent pas voir, comme pour les impressionner. L'effet est immédiat : on n'arrive pas à se sortir de ce climat nauséabond, à se débarrasser de cette immense boule dans notre ventre. Insidious, Shining ou Paranormal Activity nous ont rendu phobiques des fantômes, Alien et Cloverfield des extraterrestres et Les Griffes de la Nuit du boogeyman ; Eden Lake, lui, fait peur tout court, pour la seule raison que ce genre de tueurs (enfants turbulents) peut se croiser à chaque coin de rue, dans le monde réel, le nôtre. Psychologiquement insoutenable, le film de James Watkins est peut-être l'un des plus traumatisant de sa génération, et d'ores et déjà un pilier du cinéma d'horreur. Le monde n'est pas prêt d'oublier la scène finale (dans la salle de bain), véritable épreuve pour les nerfs, suivi d'un plan énigmatique où le ''monstre'' se regarde dans le miroir, sans remords, fier. La simple idée d'un meurtrier sans cœur en dit long sur le message du film, qui, en plus d'être un tour de force chamboulant, est une véritable œuvre dénonçant la nature humaine.

En résumé, quand je disais, en début d'article « Oublier John Kramer », c'était, bien sûr, une blague.

4 e¦ütoiles et demi

Commenter cet article

ffred 30/11/2011 00:57

Ah oui Funny games est un modèle du genre. Mais attention voir la version originale avant le remake (bien que très bien)...

Squizzz 26/11/2011 23:53

Le meilleur survival que j'ai vu. "Eden Lake" est une vraie claque parce qu'il est totalement plausible et pourrait se retrouver dans la colonne faits divers d'un journal. Il est aussi très juste
car il est plus nuancé que gentils vs. méchants. Les victimes finissent par eux aussi péter un câble et devenir aussi violents que les agresseurs qui eux ne sont pas (tous) dénués de doutes par
rapport à ce qu'ils font. Le film est flippant parce que ça pourrait nous arriver à tous, mais aussi parce qu'on ne sait pas si on ne finirait pas par réagir comme l'héroïne. Et Kelly Reilly... que
dire si ce n'est qu'elle est la meilleure actrice anglaise de sa génération.

selenie 26/11/2011 18:22

Tout commence par une sorte de mésentente générationnelle qui va aller crescendo avec un élément déclencheur vers la boucherie. La fin est un poil trop poussif mais tellement efficace qu'on excuse.
Bon, point pour la psychologie (lui veut être fort pour elle mais... Et elle plus forte qu'on pourrait le croire). 3/4

mymp 24/11/2011 19:43

Flippant de chez flippant. Et puis Reilly et Fassbender sont vraiment bons dans des rôles vraiment physiques et très durs psychologiquement. Si tu ne l'as pas vu, je te conseille Funny games
d'Haneke ou deux gosses s'amusent à torturer une famille ordinaire. C'est aussi glacial qu'Eden Lake...

Nous sommes sociaux !