Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Fatal (Michaël Youn)

Publié le 22 Juin 2010, 17:08pm

Catégories : #Films (Comédie)

 

Synopsis : Fatal... c'est Fatal Bazooka, un rappeur bling-bling et hardcore. En fait, un personnage de sketch créé par Michaël Youn dans son show-télé "Morning Live", puis développé dans l'album "T'as vu" vendu à plus de 500 000 exemplaires. Ce film raconte ce que serait devenu ce rappeur s'il en avait vendu... 15 millions ! Fatal est désormais une énorme star. Des millions de fans, des dizaines de tubes, 4 Music Awards de la Musique du meilleur artiste de l'année, une ligne de vêtements, un magazine et prochainement l'ouverture de son propre parc d'attraction : Fataland. Il est le N°1 incontesté. En apparence tout va bien... mais en réalité, Fatal ne sait plus où il va, parce qu'il ne sait plus d'où il vient : depuis ses débuts, il fait croire qu'il a grandi dans le ghetto... alors qu'en fait, il est né dans un petit village de Savoie, en plein coeur des Alpes. Mais on ne peut pas être un "gansta" quand on est un fils de bergers de Savoie, alors Fatal a préféré cacher ses origines et oublier son passé...

Fatal Bazooka. Ceux qui nient connaître ce «groupe» ne peuvent être que d'infâmes menteurs. Pourquoi ? Parce que c'est plus de 500 000 albums vendus en France, une multitude de titres in(con)tournables (Fous ta cagoule, Parle à ma main, Mauvaise foi nocturne, J'aime trop ton boule,...). Son principal interprète n'est autre que Michaël Youn, star incontestée de la parodie et de l'humour lourd, un mec simple qui ne pense qu'a déconner. Bon, je vous préviens tout des suite, cette critique sera assez courte, et je pense que vous savez pourquoi. Non ? Bien, alors si je vous dis 0-0/2-0/2-1, Va te faire %$=§à@*# sale fils de $µ=}, 1 but en trois matchs, 19 bastons et 3,5 (qui est la note moyenne des joueurs de cette équipe de F...... durant leurs 3 matchs d'anthologie), ça vous dit toujours rien ? Bon j'arrête mon humour à deux balles. Voilà, je suis dépité, anéanti devant une telle absurdité, c'est pour ça que je n'ai pas la tête à faire de critiques aujourd'hui, mais l'envie m'a pris de parler de ce film que j'ai vu il y a presque une semaine. Je m'attendais à de la daube, je suis tombé sur un film personnel, à l'humour en dessous de la ceinture mais plein de charme.

Fatal est déjà une satire très élaborée du «star-system» de nos jours. Youn n'épargne personne : les potiches qui nous servent de présentatrices TV, la musique électronique, les clash puérils entre stars, la cupidité, la luxure, même Les Enfoirés et Paris Hilton y passent. Youn signe un film pour se faire de la pub pour exprimer sa vie de façon légèrement détournée. On découvre un Fatal menteur, méchant, bourré de fric mais pas très intelligent. Jouant son propre rôle quasi-autobiographique (à quelques million d'albums près), il sème les graine de sa connaissance du show-business. Combinant à la fois jeux de mots simplistes et humour vache qui fait mouche, son histoire se marie habilement entre le comique et l'histoire touchante d'un mec qui a préféré mentir pour sauver sa carrière.

Fatal n'est jamais en panne de vannes, accumulant de blagues pourraves toutes les 30 secondes, il tente de faire rire mais l'ensemble est un cocktail d'humour sale et franchement rabâcheur. Youn fait jouer ses amis (Desagnat, Éboué, Rousseau, Funaro qui se trouve être sa femme dans la vrai vie,...), il parle de la Savoie, inclut sa chanson fétiche «Fous ta Cagoule», histoire de ne pas sombrer dans des idées trop éloignées de son personnage, il parodie de nombreux films (comme Gladiator ou encore La Petite maison dans la Prairie). La musique est tellement utilisée fréquemment qu'on pourrait croire à une comédie musicale moderne. Mais le choix des musiques, dont certaines sont déjà cultes (C'est la fête dans mon slim, Je veux du UC, Fuck You, Tuvaferkwa, Canapi,...) est très judicieux pour la simple et bonne raison que ce sont des thèmes, des rythmes, des styles contemporains qui plairont les jeunes de nos temps (comme moi quoi).

Le problème avec ce film, c'est que des fois, ça va trop loin. Comme la note sombre (si si, celle qui fait chier tout le monde, amis au sens propre) ou encore la scène d'amour polissonne entre Fatal et son amie d'enfance. Finalement, l'ensemble reste drôle, même si au bout d'un moment, ça commence à faire légèrement chier d'entendre Stéphane Rousseau gueuler comme un putois des trucs genre «Je suis muuuuuuuuuuusic». La satisfaction finale est le générique qui reprends les clips du film, cette satisfaction viens aussi de la fin du film. Car s'il avait duré 2h30, il m'aurait fallu deux boites d'aspirines pour tenir le coup.

En résumé, bon film, un tantinet relou mais en aucun cas prétentieux, l'humour est parfois chiant mais la musique n'est pas mal du tout.

Ma note : 5.5/10



Commenter cet article

Nous sommes sociaux !