Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Freddy - Les Griffes de la nuit (Samuel Bayer)

Publié le 15 Mai 2010, 10:45am

Catégories : #Films (Horreur)

 

Synopsis : Nancy, Kris, Quentin, Jesse et Dean habitent Elm Street, au cœur d'une banlieue résidentielle semblable à des milliers d'autres - paisible, proprette et sans histoire... Mais depuis quelques temps, ces cinq jeunes sont hantés chaque nuit par le même cauchemar oppressant : un homme à la voix caverneuse surgit des ténèbres. Vêtu d'un t-shirt rouge et vert lacéré, il dissimule sous un vieux chapeau son visage atrocement brûlé et défiguré. Sa main droite, gantée, est munie de quatre longues griffes d'acier plus tranchantes que des lames de rasoir...

Remake, remake. Les américains ne savent décidément plus quoi faire pour effrayer le jeune public, au lieu d'innover, on reboot, on recycle, on reprends. Ainsi, depuis quelques temps, on retrouve bons nombres de remake de films d'épouvantes cultes, on a eu le droit au remake de Wolfman (Joe Jonhston) de La dernière maison sur la gauche (Dennis Iliadis), de Vendredi 13 et de Massacre à la tronçonneuse (Marcus Nispel), du Bal de l'horreur (Nelson McCormick), d'Halloween (Rob Zombie), de La Colline à des yeux et prochainement du mythe Piranhas(Alexandre Aja), de La Malédiction (John Moore), de Fog (Rupert Wainwright), d'Amityville (Andrew Douglas), de La maison de cire (Jaume Collet-Serra), de Zombie rebaptisé L'armée des morts (Zack Snyder), de Ring (Gore Verbinski) et j'en passe. Dans tous ces remake plutôt hués par les spectateurs, seul quelques uns ont su sortir leur épingle du jeu. Certains réalisateurs contemporains sont des pionniers du remake de films d'horreurs comme Alexandre Aja ou Marcus Nispel. Les deux réalisateurs de films d'horreurs originaux les plus touchés par cette vague infernale de nanars de remake sont Wes Craven (La dernière maison sur la gauche, La Colline à des yeux et enfin Freddy dont je parlerai après) et John Carpenter (Fog et Halloween). Pourquoi tous ces réalisateurs acceptent qu'on ridiculisee leurs films cultes originaux, heureusement que certains remake (selon la critique tiennent le route comme Halloween, La Colline à des yeux ou encore The Ring. Surement l'envie de faire du bénéfice ou autre chose comme ça, mais ce qui m'inquiète, c'est que tous ces remake ont été réalisés en l'espace de 10 ans à peine.

Nous voilà maintenant en 2010, année où la 3D est présente au cinéma comme à la télévision, là où ont peut faire des Ipod plus petits qu'un trombone, là où notre temps nous dépasse, là où le cinéma se dégrade à cause d'un foutu film du nom de Avatar qui, avec son succès attendu et insolent, à incité tous les cinéastes à faire leurs film en 3D uniquement pour se faire du blé. Et oui, notre cinéma d'aujourd'hui va mal, heureusement que l'homme a inventé le DVD, qui permet de (re)voir des films cultes du 20ème siècle. Cette année, il y a Freddy – Les Griffes de la Nuit, remake du chef d'œuvre d'horreur de l'inépuisable Wes Craven, Samuel Bayer prenait un gros risque de faire paraître à l'écran ce boogeyman horripilant. Allait-il faire mieux que l'original, peu probable, allait-il faire peur ? C'est ça la vrai question. La réponse est négative, enfin pas totalement du moins. Non, je n'ai pas eu peur, pour moi avoir peur c'est rester tétanisé 2 heures après la vision du film dès que je vois une ombre menaçante ou que j'entends un grincement. Freddy ne m'a pas marqué, le peu de photos que j'ai pu voir de lui dans le film original n'a rien à voir avec celui du remake. Sa tête est presque anecdotique, l'acteur qui joue ce rôle n'est pas fait pour avoir la tête d'un monstre sanguinaire défiguré. L'intrigue du film est rondement menée, on s'identifie à l'angoisse des adolescents qui ne semblent pas vraiment à leur aise. Aucune recherche au niveau de la réalisation, c'est très plat, sans aucune prise de risque, Freddy avance dans la pénombre faisant crisser ses lames qui devraient déjà être rouillées à cause des quelques dizaines de litres d'hémoglobines qui lui ont rendu visite. Ses lames provoquent une pluie d'étincelle lors du contact avec du fer (étrange le coup des étincelles, peut-être un point de vue esthétique intéressant, mais logiquement c'est bidon).

Freddy est un cauchemar, une sorte d'apparition lugubre et morbide durant les rêves, symbolisant une sorte d'humour noir très incisive, il joue avec les nerfs des personnages mais aussi avec celles du spectateur. Bayer accentue des bruitages grotesques mais percutants, il provoque de nombreux sursauts qui sont prévisibles mais tellement efficaces, mais quand le sursaut commence à être une habitude, Bayer tente de répugner en montrant du sang à l'écran, pas très convainquant tout ça. Si on oublie le côté teen-movie benêt et simplet, Freddy se laisse regarder avec un sourire malsain à la vue de la scène finale qui laisse un grand goût pâteux et amer dans la bouche, n'ayant pas vu le film original de Wes Craven, j'ai forcément été surpris par ce final magistral qui perturbe tout ce côté happy-end foireux qu'on pouvait croire à l'approche du final. C'est quand on voit les images du film qu'on se dit qu'on est vraiment con dans nos rêves, certaines situations sont prévisibles et même peu crédibles, mais là où le rêve et la réalité ne font presque plus qu'un et apportent une confusion macabre, les images et le son du film restent très réussit par l'effet provoqué : le sursaut.

Amis et fans de la série Veronica Mars, vous avez forcément reconnu le jeune acteur découvert via cette série nommé Kyle Gallner. Si, si, celui qui jouait le petit larbin à la tête d'ange dans la saison 2, celui qui en fait, l'air naïf et inoffensif avait commandité l'attentat à un bus scolaire, tout est réfléchi moi je vous dit. Cette acteur est surement le meilleur de ce remake un peu laborieux, il n'est pas brillant mais reste le plus sobre et le moins «belle gueule».

Ce film ambitieux et palpitant saura faire passe un bon moment complètement dénué d'ennui, le film passe très vite et diverti par son caractère horrifique prononcé. Même si la réalisation n'est pas soignée, que les acteurs sont novices et que le scénario est téléphoné, le moment passé est agréable et plutôt efficace, on oublie vite quand même, ce film n'est pas très marquant.

En résumé, pas très inventif, bourré de clichés et pas très bien servi, ce remake de film d'horreur est un peu comme les autres du genre, divertissant mais décevant.

Ma note : 6/10



Commenter cet article

copa738 30/01/2011 09:07

L'original est plus convaincant, mais pour moi, ce n'est pas un chef d'oeuvre.

Topic 30/01/2011 08:35

Ce remake est une franche déception.
Freddy a vraiment une tête comique, le scénario est particulièrement chiant et redondant, vraiment rien à voir avec l'original.

copa738 17/05/2010 18:45

Après tout chacun ses gouts, moi j'avoue avoir passé un bon moment, d'un point de vue technique (réalisation, scénario, tempo, dialogues, casting) c'est un peu la catastrophe. Mais finalement on se rends vite conte que c'est juste un teen-movie ambitieux (voir prétentieux) qui tente en vain d'égalé la puissance filmique de l'original de Craven. Niveau frissons, je pencherai lus sur le film de Bayer (je pense que les moyens techniques et économiques ne sont pas comparables).

pinksataniste 17/05/2010 11:38

Je suis plutôt d'accord avec toi, sur les défauts évoqués plus que sur les conclusions tirées. Le matériau original, à la réputation incroyablement surfaite encore aujourd'hui, ne laissait rien augurer de fulgurant au départ. Je voulais croire à un remake plus sombre, sans les excès tape-à-l'oeil surannés du film de Craven ; au final, c'est plus ou le moins cas. Je ne suis pas d'accord pour parler de "film ambitieux" ici, tant ce remake ne fait qu'aligner les poncifs du genre, avec un souci d'efficacité indéniable mais bien trop appuyé, qui réduit vite ce grand projet en petite bagatelle quasi-audiovisuelle. Je n'ai pas détesté, mais le résultat est tout de même très pauvre... et plus qu'anecdotique, la preuve, je n'arrive pas à me rappeler de la fin que tu évoques, alors que j'ai vu le film il y a à peine une semaine...

Nous sommes sociaux !