Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


La Garçonnière (Billy Wilder)

Publié par copa738 sur 8 Février 2011, 17:50pm

Catégories : #Films (Comédie Dramatique)

null

 

Synopsis : C.C. Baxter est employé à la Sauvegarde, grande compagnie d'assurance. Dans l'espoir d'un avancement il prête souvent son appartement à ses supérieurs qui y emmènent leurs petites amies. Un jour le chef du personnel le convoque et lui apprend qu'il sait tout et lui demande aussi sa clé. Baxter est enfin promu. Mais ce qu'il ignorait c'est que le chef du personnel emmenait dans son appartement la femme dont il était amoureux.

La Garçonnière est un film qui mélange les genres et les sous-genres. On débute en fanfare avec une comédie pétillante, intelligent, jouant sur des quiproquos, répliques et jeux d'acteurs (ce Jack Lemmon est un pur génie du cinéma). Cette première partie est également une satire parfaite de la société américaine : grosses entreprises, infidélité, cupidité, machisme et mauvaises manières. De nombreux clichés sur le célibat, les chefs d'entreprises, les périodes de fêtes et les couples viennent s'ajouter à tout cela pour donner un peu de tonus à une première partie qui s'annonce particulièrement hilarante et pleine de surprises. On en sortira pas déçu, mais ce qui suivra viendra peut-être un peu gâcher (légèrement, hein) tout ce qui avait été accompli au début. On se lance donc dans une semi-tragédie parfumée à l'eau de rose, avec un zeste de chaleur humaine et un vague sentiment de désespoir. La solitude, les dépits amoureux, les tentatives de suicide, tout semble être moins rose au pays de Wilder. Les oiseaux qui chantaient et se fendaient la poire sont recroquevillés sur eux-mêmes, attendant la fin de l'orage en pleurnichant dans les chaumières. En passant brutalement de la comédie à la tragédie, Wilder commet une petite erreur : il n'avait pas remarqué qu'il était un génie pour les gags, les dialogues rigolos et les situations cocasses (cf : Certains l'aiment chaud), et que son niveau de mise en scène pour les situations plus mélancoliques (que je ne remet aucunement en cause) était légèrement en-dessous que pour les passages drôles. Et c'est ce petit écart entre les deux sous-genres qui fait que la seconde partie semble un peu plus lente et amère. Cette sensation de pénétrer dans l'intimité des gens, de leurs malheurs jusqu'à leur désespoir, créer un malaise chez le spectateur qui n'avait pas été préparé à cela. Comment allaient-on se douter que cette comédie revigorante, cette farce qui se laissait savourer avec plaisir allait virer à tous ces évènements tragiques ? Peut-être que c'était l'effet escompté, mais Wilder ne se rend pas vraiment compte que cela peut être brutal pour le public, qui, en voyant toutes ces tristes nouvelles, est déjà nostalgique de la période où Lemmon mangeait ses cuisses de poulet avec un regard affligé devant une télévision qui ne propose que des programmes qui ne l'intéressent pas (le seul qui l'intéresse étant retardé par des ''conneries'' télévisuelles).

L'aspect comique de La Garçonnièrerepose lourdement sur les épaules de ce fabuleux acteur qui remplit à merveille le contrat qui est de faire rire (la façon dont il donne du volume aux répliques, l'expression de son visage en font un acteur unique, souvent imité, jamais égalé). Cependant, on remarque que par la suite, l'aspect triste de La Garçonnière dépend finalement de son actrice principale, Shirley MacLaine. Et ça s'annonce déjà plus compliqué que pour Lemmon. Voyez-vous, quand un film a la chance d'avoir l'un des meilleurs acteurs du monde dans l'un des meilleurs rôles possibles et dans l'une de ses meilleurs formes (ce qui est le cas pour Jack Lemmon dans ce film), les autres acteurs paraissent vachement fades à côté. Prenez l'exemple de Shiningoù Jack Nicholson étouffe de son talent la jeune Shelley Duvall qui a tout de même fait une belle interprétation. Mais lorsqu'on a quelqu'un comme Lemmon ou Nicholson avec vous, vous aurez du mal (et disons-le, surtout si vous êtes une femme) à ne pas passer pour la potiche de service. MacLaine paraît donc bien nunuchecomparée à Lemmon, et le personnage qu'elle incarne n'est pas des plus travaillés, on a presque envie de la gifler par moments. Heureusement, le final de La Garçonnière sonne comme le retour de l'Age d'Or chez les Romains. Un petit et bref retour aux belles origines, quelques traits comiques et un joli happy-endpour terminer en beauté. On pourra dire ce qu'on veut, je pense que j'aurai du mal à me lasser de Lemmon qui égoutte ses spaghettis avec une raquette de tennis, du fameux dernier rebondissement avec le bouchon de champagne, ou de Shirley MacLaine qui joue aux cartes tout en parlant de ses malheurs et signe alors une superbe réplique de fin : « On lui enverra un cakeà Noël » donnant alors un vrai sens à cette pseudo-idylle ? future idylle ? entre ce couple qui fonctionne incroyablement bien, malgré les critiques.

En résumé, une première partie hilarante, une deuxième un peu plus lente, et un final très efficace et bien ficelé, voilà en quelques mots, ce qu'il faut retenir de La Garçonnière, sans oublier la mise en avant (il ne méritait que ça) du talent indéniable de Jack Lemmon.

3 étoiles et demi-copie-1

Commenter cet article

copa738 21/02/2011 17:24

Je retiendrai surtout la magnifique et hilarante performance de Jack Lemmon...

Bob Morane 20/02/2011 21:19

Vu, il y a des années (où j'étais beaucoup plus jeune) et j'en garde un excelllent souvenir, avec cette petite rouquine en liftière absolument attendrissante (la soeur de Waren). Et j'adore Jack Lemmon, autant que son compère Walter Mataus ou, loin d'eux un Ernest Borgnine000

copa738 19/02/2011 09:25

La VF n'est pas mauvaise, mais je dirai juste que la voix doublée de mclaine est ratée ! C'est surement ça qui m'a fait détester son personnage !

titusdu78 19/02/2011 09:06

Et bah moi, j'ai adoré ce film! Il est fin, élégant, léger, drôle, touchant... C'est du Lubitsch, si ce n'est mieux. Bref, c'est excellent.

@Plume: moi, même si j'aurais préféré le voir en VO, je n'ai pas trouvé la VF dégueulasse, elle est plutôt bien même!

copa738 10/02/2011 17:21

Il est vrai que voir ce film en VO me ferait forcemment changer d'avis. Rendez-vous dans quelques années, donc...

Nous sommes sociaux !