Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Harry, un ami qui vous veut du bien (Dominik Moll)

Publié le 6 Juillet 2010, 09:50am

Catégories : #Films (Thriller)

Synopsis : Les vacances de Claire et Michel s'annoncent plutôt difficiles. Entre leurs trois enfants, énervés par l'infernale canicule qui sévit sur la ville, et cette maison de vacances qui est en chantier depuis cinq ans, le couple est sur les nerfs. C'est alors que Harry débarque inopinément dans leurs vies, prêt à tout pour faire le bonheur de son ami Michel, dont il bouleversera l'existence.

Film sorti en 2000, Harry fut l'énorme succès surprise de cette année. Recevant pas moins de 4 Césars (meilleur réalisateur pour Dominik Moll, meilleur acteur pour Sergi Lopez, meilleur montage et meilleur son), ce film ambitieux et original marquait son époque en bouleversant une grande partie du public grâce notamment à son aspect oppressant et son développement millimétré de la psychologie. Vu hier sur France 4, je partais vers ce film les yeux fermés, sans rien savoir, ni le synopsis, encore moins les acteurs que je découvraient en direct live pendant le générique de début. J'en profite aussi pour remercier titusdu78 de m'avoir conseillé de voir Harry, ça m'a évité La Soupe aux Choux qui devait être un film un peu lourd à digérer.

Commençant son film par une scène banale d'une famille dans leur voiture. Moll présente son film comme une étude plus ou moins élaborée sur les mœurs familiaux et amicaux. Et puis, il y a cette rencontre avec Harry, un homme qui n'apparait pas comme une personne intelligente (sa dégaine, son look m'ont de suite faits penser à Dustin Hoffman dans Rain Man, même si c'est un tout autre registre de film) mais qui semble être doté d'une meilleur mémoire que Michel qui ne souvient pas l'avoir déjà rencontré. Dès lors, le film s'enfonce dans une atmosphère sombre et pleine d'interrogations. Quelles-sont les réelles intentions de Harry ? Pourrir la vie de Michel ? Pourquoi ? Ces questions se posent facilement surtout si l'on a pas lu le synopsis. Harry est très énigmatique. Parlant sans tabou de ses expériences sexuelles à Michel (alors qu'il ne se «connaissent» que depuis deux jours), et faisant son rituel qui consiste de gober un œuf cru après chaque orgasme, il instaure une sorte de capital confiance auprès de la famille qu'il prend pour cible. Il s'impose de plus en plus, Prune (femme de Harry)est même préférée des enfants à leur propre mère. Mais que cherchent-ils à faire. Plus tard on comprendra que Prune n'a rien à voir avec ce que peut faire Harry.

Dans le fond, le personnage incarné par Lopez est un esprit torturé. Capable de s'énerver à cause d'un dialogue mal pris. Il prend au pied de la lettre tout ce que dis Laurent, sans réfléchir aux conséquences. Il suffit (les propos que je vais écrire n'ont rien à voir avec le film, pour éviter les spoilers, ce sont justes des exemples) que Laurent Lucas dise que la forêt en face de sa maison ne lui plaise pas pour que Harry déclenche un incendie dedans pour rendre service à son copain d'enfance. Laurent est dans l'incapacité de chasser Harry qui devient possessif et imposant.

Moll fait fort dans sa manière de faire se succéder les événements. Tout se fait très rapidement mais le réalisateur fait un contre-poids en incluant de nombreux silences religieux plutôt dérangeants (qui nous font tous penser aux longs silences des repas de familles quand on a plus rien à se dire) et en faisant de son film un long trajet bourré de lenteurs presque rageantes. Bains de sangs répétitifs, scènes de folie, psychologie intense, Moll ne lésine pas son public dans la mesure où chaque détail de l'esprit tordu du personnage joué à la perfection par Sergi Lopez est exploité jusqu'au bout. Harry devient alors notre pire ennemi, on ne saura jamais, quelles étaient ses réelles intentions. Visiblement on s'en fiche. Harry est une sorte de cocotte minute, une bombe à retardement qui peut exploser à tous moments, chaque faux pas, lapsus ou autres boulettes orales peuvent avoir des conséquences dramatiques suite à la réaction de Harry. Au final, il n'aura juste voulut faire que du bien, ce qu'il arrive en partie. Après une multitude de meurtres, et de persévérance pour que Michel se remette à l'écriture. Finalement, Michel restera chamboulé mais finira d'écrire son roman (du nom « Les Œufs » qui s'inspire du rituel très spécial de Harry) et sa situation familiale s'est stabilisée et a progressé. Malgré quelques scène prévisibles et deux ou trois clins d'œil furtivement inutiles, Harry, un ami qui vous veut du bien est un thriller haletant où suspense et psychologie s'accouplent parfaitement.

En résumé, une satire sur la famille très élaborée ainsi qu'une grosse étude de la psychologie de certains esprits étriqués font de ce film français une œuvre particulièrement énigmatique et sournoise.

Ma note : 7/10



Commenter cet article

MillionDollrasBaby 07/07/2010 11:09

J'aime pas ce film =/

Nous sommes sociaux !