Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Saw (James Wan)

Publié le 26 Novembre 2010, 20:32pm

Catégories : #Films (Horreur)

 

Synopsis : Deux hommes se réveillent enchaînés au mur d'une salle de bains. Ils ignorent où ils sont et ne se connaissent pas. Ils savent juste que l'un doit absolument tuer l'autre, sinon dans moins de huit heures, ils seront exécutés tous les deux... Voici l'une des situations imaginées par un machiavélique maître criminel qui impose à ses victimes des choix auxquels personne ne souhaite jamais être confronté un jour. Un détective est chargé de l'enquête...

Un synopsis alléchant, un gros buzz et une multitude de suites qui suscitèrent l'engouement des fanatiques de gore, Saw a défrayé la chronique partout où il est passé. Il a fait peur, a renouvelé le genre du survival et a enterré définitivement les films d'épouvantes à deux balles de la même époque. On a toujours refusé de penser un seul instant que ce film était une œuvre terrifiante avec sursauts et tout le bataclan, non. Bons nombres de préjugés néfastes et franchement hasardeux ont laisser comprendre que c'était, grossomodo, du gore pour du gore, du dégueulasse pour du dégueulasse, du glauque, du morbide, du sang de la chique et du mollard... Mais au diable ces vieux clichés qui pourraient vous faire réfléchir à deux fois avant de regarder Saw, c'est tout de même l'un des films d'horreur qui a fait le plus jaser ces derniers temps. Certes, plus pour le nom du sixième épisode de la saga (phonologiquement, Saw 6 = saucisse), mais aussi pour le public qu'il s'est trouvé, pas que des gothiques assoiffés de sang, mais aussi pas mal d'adolescents en quête de sensations fortes. Et je peux vous dire qu'avec ce film, il va y en avoir.

Réellement, Saw est un chef d'œuvre. Il met en scène habilement quelques images alléchantes qui marient à la fois psychologie, gore, frissons, sursauts et intrigue bien menée. Car cette histoire, ce n'est pas uniquement une femme qui déchiquette le ventre d'un pauvre innocent (vivant) au canif pour sauver sa peau, ce n'est pas qu'un mec qui plonge sa main dans de la merde pour trouver une clef, ce n'est pas que du sang qui gicle sur les murs. C'est un film très malin, astucieux, habile et dangereusement efficace. Là où certains films comme Cannibal Holocaust choquaient par leur gore, là où Shining accentuait la peur par une psychologie intense, là où les films de Carpenter ou de Craven vous faisaient à la fois peur et sursauter, là où de nombreux films policiers vous laissaient perplexes devant de magnifiques twists finals, Saw combine le tout, en fait une pâte bien molle et déverse le tout dans des petits pots. Le contenu de ces pots est fertile et nous est dévoilé durant tout le film, pour le grand bonheur du public, qui voit enfin ce qu'est le vrai cinéma de genre.

Après, il y a ce style propre au film, presque indescriptible. Semblable à un clip un peu glauque, Saw est très bien filmé, très constructif et utilise très bien la musique. Une musique très spéciale, des airs très durs, entre le punk-gothique et le hard rock. Et pour l'anecdote, j'ai vraiment eu l'impression d'entendre les mêmes musiques que celles qu'écoute Abby (NCIS) dans son laboratoire. Il y a des accélérations de rythmes, et d'images, des successions de reprises de scènes pour expliquer la psychologie et les raisonnements des personnages. Il y a bons nombres de choses à décrire dans ce film, ce qu'il faudra retenir, c'est que jamais une réalisation aussi dérangeante n'avait été signalée dans un film gore.

Quoi d'autre à dire sinon ? Le pitch initial ? Deux mecs emprisonnés dans une salle de bain délabrée doivent déchiffrer un code pour s'en sortir. Même s'ils ont peu de chance, l'un a une autre option, tuer l'autre et il sera libre. Enchainés, obligés de se couper la pied pour se détacher (reprise non-avouée de Mad Max), les deux ''héros'' se bouffent la gueule pendant 1 h 30, et malgré de jolis flashbacks évoquant les ''exploits'' du tueur, l'intrigue reste essentiellement basée sur cette fameuse salle de bain. Une bougie qui enflamme un homme vif, un gars qui se tuent en voulant sortir d'une prison faite en fils barbelés, une machine rouillée qui casse la mâchoire au bout d'une minute, voilà en quelques exemples les idées tordues de notre cher tueur au puzzle, qui joue avec les nerfs des personnages et nous invite à se prendre au jeu. Et on s'y prend figurez-vous. Toute la durée du film est faite de trouvaille jouissives, dégoutantes, mais vraiment inventives. Les scénaristes ouvrent un coffre à jouets et les transforment en une machine à tuer, perverse, et complètement barge.

Par delà le gore, l'intrigue et les trouvailles, se cachent une véritable épreuve de force où nous attendent sursauts, hémoglobine et véritables moments de panique. Impossible de ne pas voir nos poils se hérisser lors de nombreux retours en arrière où Jigsaw capture les deux cobayes. Impossible de ne pas repenser à notre chère enfance lorsque la fille du docteur voit le tueur caché dans son armoire à peluches. Jouant avec des contrastes, jeux de lumière et ''paysages'' lugubres, James Wan nous fait trembler, et c'est là le point fort du film. C'est qu'il arrive presque parfois à se prendre en dérision, mais fait peur, donne envie de vomir, dérange, et oublie diaboliquement toute logique, ce qui permet à l'intrigue de se développer à sa guise.

Reste finalement cette fin, tellement imprévue qu'elle provoque à coups sûrs un « Non, c'est pas possible ! ». L'un des plus grands coups de théâtres de l'histoire du septième art, et je ne mâche aucunement mes mots. Un twist ending qui tue, percute et donne une seule envie, voir Saw 2 pour en apprendre un peu plus sur le tueur qui attise presque la sympathie du spectateur, éberlué par ces ''prouesses''. Car à force de nous mener dans d'incalculables fausses pistes, le spectateur s'est perdu dans les rouages machiavéliques de Saw, mais en ressort totalement essoufflé, subjugué parce qu'il vient sûrement d'assister au renouveau de l'horreur : Saw, c'est l'épanouissement du cinéma d'horreur contemporain qui ouvrira de nombreuses portes et permettra aux autres de pousser encore un peu plus loin dans l'insoutenable. Amateurs de gore et de grand cinéma suffocant, ce billet était pour vous...

En résumé, provocant une révélation chez moi, je vais m'empresser d'aller voir le 2, pour frissonner encore plus et pour voir si, oui ou non, il est possible de faire plus sadique et plus tordu que le premier opus.

Ma note : 9/10



Commenter cet article

copa738 29/11/2010 18:00

On m'a surtout dit que le concept, "pacte" instauré dans le premier "Saw" qui consistait au fait que les victimes devaient choisir entre la mutilation corporelle ou la mort n'est p^lus respecté à partir du 3. En gros, tout le monde meurt sans pouvoir changer les choses (une clé qui n'ouvre pas tout, un temps beaucoup trop court, des défis impossibles,...).
Bref, je prend tout en note mais j'aimerai quand même tous les voir, pour me faire une idée globale. Mais ce soir, je me regarde la "Colline à des yeux" d'Aja...

pinksataniste 29/11/2010 07:28

Je ne serais pas aussi enthousiaste, mais c'est effectivement tout à fait brillant. Je préfère encore DEAD SILENCE du même réalisateur, à la fois plus libre et plus "old school", validant tout le bien qu'on pouvait penser de James Wan à la vue de SAW.
Pour la saga, c'est une autre chose. Ne t'attends pas à retrouver le même choc. Quoique. J'avais vu SAW 2 en premier, il y a quelques années ; il m'avait beaucoup plu à l'époque -malgré sa philosophie contradictoire, son côté "pétard mouillé"-, c'était une bonne surprise, et bien, comme on le dit, une sorte de "Fort Boyard gore". Ou de Survivor, pour être plus précis.
Ensuite, c'est l'hécatombe. SAW 3, tout puissamment glauque qu'il est, n'est qu'un condensé d'inepties putassières ; quelques visions très violentes, mais une noirceur totalement surfaite. Ce "nihilisme" m'a fait penser aux nanars italiens d'exploitation, comme on en concevait dans les 70's surtout.
SAW 4, film le plus chiant du monde, alambiqué pour rien. SAW 5, la seule suite des deux premiers opus valant la peine. A voir de préférence dans un état comateux. Ca fait l'effet d'un double épisode de série policière US, en "bien gratiné". SAW 6, tout à fait vain et puéril, mais bon : "pas pire". Saw 7/SAW 3D, le dernier sorti, le chapitre final, paraît-il : un divertissement grand-guignol cynique au possible, assumant sa bêtise pour donner vie à de beaux effets de bravoure. Ca revient, pour ce dernier, à passer une heure et demie devant Secret Story, ce genre de choses. C'est une espèce de sadisme contrasté et consentant ; ça manque de vigueur, c'est pas crédible, mais une petite dose d'idiotie outrée n'a jamais fait de mal à personne.
Comme TITUS (nom de chien et d'empereur romain, au choix), je te recommande donc SAW 2... et puis, bonne chance pour la suite, et vive l'accéléré !

copa738 27/11/2010 18:28

@MDB : C'est loin d'être le film ultra-gore qu'on à tendance à décrire. le film est regardable, fout bien les boules mais reste intelligent. Si tu aimes les clips ou peu gothiques, tu adorera ce film (réalisation tordue, très accélérée qui joue beaucoup avec la lumière et les contrastes).

@ Titus : Je serai tenté de suivre ton conseil, puisque tu est loin d'être le seul à me dire ça. Mais je risque de ne pas t'écouter, puisque je me suis tellement bien mis dans le bain de l'intrigue (sérieux, si tu vois "Saw", tu me diras des nouvelles du twist final) qu'il est impossible pour moi de m'arrêter là-dedans. Après, si je vois et que je déteste, je suivrai sûrement tes conseils. mais je suis tombé dans la marmite, et j'ai pas envie d'yb ressortir...
Sinon, j'avoue avoir bien eu peur devant ce film. Comme dit plus haut, ce n'est pas qu'un film sadique où des boyaux vollent en éclats et ça s'arrête là (mais peut-être que c'est ce qui fait des suites de "Saw" un carnage filmique...), non. c'est un film inventif, très sombre et particulièrement flippant par moments.

Merci de vos commentaires !!!

titus, le seul, l'unique 27/11/2010 17:42

C'est cool si t'as bien aimé!! Perso, j'ai toujours pas vu celui-là, alors que j'en ai déjà quatre autres. Parait que c'est celui-là le meilleur. Il fait vraiment peur? Et est-il aussi sadique dans son suspense que "Le silence des agneaux" ou "Shutter island (même si à la fin de ce dernier, je commençais à ma faire chier!)?
Enfin, un petit conseil, si tu veux continuer la série: à la rigueur, regarde le deux. Si t'y as trouvé un soupçon d'intelligence, embraie avec le 3. Mais arrête tout de suite, parce qu'après, c'est de la daube intersidérale!!

MillionDollrasBaby 27/11/2010 11:39

Je n'en ai vu aucun, mais à vrai dire, je n'ai pas vraiment envie de les voir ... Peut être ai-je tord ? Vu ton article sans doute !

Nous sommes sociaux !