Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


L'étrange histoire de Benjamin Button (David Fincher)

Publié le 28 Décembre 2009, 09:16am

Catégories : #Films (Drame)

Synopsis : "Curieux destin que le mien..." Ainsi commence l'étrange histoire de Benjamin Button, cet homme qui naquit à 80 ans et vécut sa vie à l'envers, sans pouvoir arrêter le cours du temps. Situé à La Nouvelle-Orléans et adapté d'une nouvelle de F. Scott Fitzgerald, le film suit ses tribulations de 1918 à nos jours. L'étrange histoire de Benjamin Button : l'histoire d'un homme hors du commun. Ses rencontres et ses découvertes, ses amours, ses joies et ses drames. Et ce qui survivra toujours à l'emprise du temps...

Adaptation adulée d'une nouvelle fantastique et originale signé par le grand David Fincher, Benjamin Button est une petite pépite de bonté, d'humanité et éveil en nous une liste grande comme le bras sur l'existence même de l'homme et de son ordre de passage dans la vie. Doté d'une durée intimidante de 2h35, ce film miraculeux du réalisateur de Fight Club est une grande épopée dramatiquement riche en dialogues et en trouvailles jubilatoires. Parfumé avec une légère pointe d'humour, parsemé de moments historiques et servi par des acteurs remarquables, Benjamin Button est une magistrale leçon de cinéma à prendre au sérieux.

Commençant de façon sobre, le film progresse dans une lenteur fascinante et déroutante. Le rythme ne s'essouffle jamais, on suit celle idylle impossible entre un être timide et paumé (interprété par Brad Pitt, au sommet de son art) et une femme au caractère brut et qui ne fait pas dans la dentelle (interprétée par Cate Blanchett, débordant de finesse, de grâce et de vitalité) avec une attention particulière. Longs silences stylisés, séquences impressionnantes (celle de la bataille navale reste parfaite aux niveaux esthétiques et sonores), décors scrupuleusement respectés (malgré quelques faux raccords) et photographie sublimement féérique, on ne peut que s'agenouiller devant ce bijou cinématographique. La mélancolie et l'ennuie sont appuyés grâce à cette musique triste signée Alexande Desplat, personnalisée pour chaque protagoniste, elle trotte dans la tête des heures après la vision du film. Ne cherchant jamais à ce précipiter, Fincher s'appuie sur des détails qui peuvent paraître superflus mais qui apportent un lien humaniste à cette œuvre. Se servant d'un nouveau system d'effets visuels bluffants (effets vieillissants ou rajeunissants des acteurs), Fincher sensibilise le public en apportant un effet très réaliste à travers son film.

Traversant les États-Unis à travers une épopée de presque un siècle, l'histoire prend petit-à(petit de l'ampleur par son côté tragique. Les retours furtifs sur des lieux antérieurs amènent une sorte de nostalgie primitive. Fincher, lui le roi du thriller et des effets spéciaux clinquants, lui le roi des twist-ending surprenants et envoutants se lançait dans un pari fou qu'était de faire un film à la fois personnel et mélancolique. Bouleversant alors d'un coup de ballet tout les préjugés à son égard, il trompe tout le monde et arrive à faire sortir son acteur fétiche (Brad Pitt) de tous ces rôles de playboy misogyne bourré de fric. Là il trouve un rôle touchant et bouleversant, sans jamais désespéré, toujours dans la confiance, il donne au film ses lettres de noblesses pour son interprétation fulgurante et terriblement délicate. Réagissant à la perfection comme son rôle, hanté par ce personnage qui se vit rajeunir au lieu de vieillir. Un film de ce genre ne pouvait éveiller que des questions de ce genre : Faut-il vieillir ou rajeunir ? Serai-t-il mieux de vire sa vie à l'envers ? Quels sont les avantages, le inconvénients ? Pas de réponses, juste une larme à l'œil à la vue de cette fin tragique mais si prévisible qu'elle en devient charmante pour la simple et bonne raison que l'idée qui nous vient est que la vie est tellement belle qu'on devrait éviter de se poser de questions et foncer tête baissé. Cet homme anormal, cet aliéné a vécu une vie ordinaire dans un contexte extraordinaire, une grande leçon de morale qui suscite bons nombres de commentaires. Les larmes séchés (je sais, j'ai une fâcheuse tendance à être sensible devant les films émouvants, j'y peut rien, c'est un réflexe hormonal, croyez-bien que je m'en passerai vivement de chialer comme une madeleine au cinéma, ça fait vachement viril ça), je suis reparti de la salle complètement déboussolé avec à mes côtés des spectateurs silencieux, fascinés par ce moment intense et émouvant. Sortant, j'ai appris que la vie était ce qui a le plus d'important. Peut importe si on vieillit à l'envers, l'important est de vivre chaque moment présent (comme le disait si bien Marilyn Monroe), sortez de chez vous, prenez un grand bol d'air et dites-vous que le vie est un moment court et bref qu'il faut savourer jusqu'au dernier souffle.

En résumé, œuvre poignante d'un réalisateur de grande qualité, servi par des acteurs au poils et dont le scénario clasique mais émouvant fera fondre tous ces petits cœurs fragiles, Benjamin Button est un chef d'œuvre.

Ma note : 8.5/10



Commenter cet article

Silice 28/12/2009 13:10

Ouais un chef d'oeuvre à voir une seule fois malheureusement.
La magie ne fait effet qu'une seule fois ! A moins que ce soit de le voir sur une télé plutot que dans une salle de cinéma...

Nous sommes sociaux !