Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


LOL - Laughing Out Loud (Lisa Azuelos)

Publié le 18 Octobre 2010, 18:05pm

Catégories : #Films (Comédie)

 

Synopsis : LOL ? Ça veut dire Laughing Out Loud - mort de rire - en langage MSN. C'est aussi comme ça que les amis de Lola l'appellent. Pourtant, le jour de sa rentrée, Lola n'a pas le cœur à rire. Arthur, son copain, la provoque en lui disant qu'il l'a trompée pendant l'été. Et sa bande de potes a le don pour tout compliquer. Tout comme sa mère, Anne, avec qui le dialogue est devenu impossible, et pas seulement parce qu'elle ignore ce que LOL signifie. Que ses parents aient divorcé est une chose. Qu'Anne traite son ado comme une enfant en lui mentant sur l'essentiel, par exemple sur le fait qu'elle revoit son ex en cachette ou qu'elle se fait draguer par un flic, en est une autre. De son côté, Anne se demande ce qui a bien pu arriver à sa douce petite fille. De la fusion à la confusion, les relations mères-filles bouillonnent d'amour et de LOL.

Film de chevet des petites mamies nostalgiques de La Boum ou des jeunes filles adolescentes qui ne jurent que par Twilight et Justin Bieber, ce LOL n'est en évidence qu'un simple film anti-prise-de-tête où toutes prises de risques scénaristiques et de mise en scène ne sont même pas envisageable. En réalisant le pseudo-remake du film de Claude Pinoteau (cité plus haut), la cinéaste Lisa Azuelos, habituée aux comédies sentimentales à l'eau de rose prenait peu de risques et pouvait sagement attendre les millions de spectateurs se ruant dans les salles. Mais quand on ne prend pas de risques, ni d'initiatives au niveau de l'histoire, le film se doit d'être intelligent, voir même subtil. Que dalle mes enfants, rien du tout. Juste une longue trame sociale et affreusement laide sur une adolescence peu crédible et franchement peu variée : tous des petits bourges avec des coiffures façon années 1980 qui passent leur temps à se vanter, à fumer clopes sur clopes et a réajuster leur mèche sur le côté. Rien d'alléchant, tout est gerbant et affreusement sérieux. Reste tout de même quelques passages amusants qui viennent combler un manque crucial d'originalité et de sens à l'œuvre commerciale personnelle de la réalisatrice de Comme t'y est belle.

A la fin du film, les seuls mots, détails qui reviennent en tête se comptent sur les doigts d'une main. La chanson du générique, Little Sister reste dans les mémoires, une chanson muy simpàtica qui trotte dans la tête pendant un bon bout de temps. Sinon, mis à part la seule réplique drôle du film (allez, comme je suis extrêmement gentil je vos la passe : « Tu sais ce que c'est qu'un ''vecteur'', Paul-Henri ? Bah oui, un ''vecteur de DVD'' » - comme vous pouvez le voir, l'intérêt comique du film est cependant limité). Rien n'est éternel, ce film le démontre avec brio. Une minute après le film, on a déjà repris le sens de nos vies. Les visages des protagonistes n'apparaissent presque plus dans nos têtes, l'histoire nous a échappé, il serait presque impossible même de se remémorer les cinq premières minutes du film. Qu'a-t-il bien pu se passer pour que ce film m'ait échappé à ce point ? Comment se fait-il qu'une comédie aussi légère en apparence soit passée aussi lourdement à travers mon estomac ? Est-ce l'hiver qui me joue des tours (personnes n'est épargné par la colique, du moins je le pense), ou serai-ce tout bêtement le contre-coup de se qui s'appelle : regarder un navet ?

Se présentant comme une adaptation de la partie ''sociale et ados'' de Plus Belle la Vie en film, LOL - Laughing Out Loud tente l'approche d'une sorte de feuilleton réaliste expédié en 1h45 chrono mais n'égale en aucun cas la puissance de la série française citée plus haut. Même si on reproche souvent le côté casse-gueule des intrigues ambiguës et tarabiscotées du feuilleton de France 3, on ne l'a jamais critiqué dans ce qu'il provoque : l'action est trépidante, les éléments anecdotiques sont drôles et bien rythmés, les acteurs sont crédibles et leurs personnalités sont très proches du personnage qu'ils invoquent. Mais LOL va trop loin dans un réalisme poussif qui met mal à l'aise. Chaque dialogue semble millimétré, or - et je parle en tant qu'adolescent - aucune des paroles citées dans le film ne correspondent à ce qui peut-être des ''causeries de djeun's''.

Dans le même genre de film, Neuilly sa mère ! exploitait les clichés hasardeux des milieux bourges de Paris en se rabattant sur un humour ravageur et poilant. Poussant la caricature à un point extrême, le film de Laferrière fut rire des milliers de français jusqu'à l'overdose, et ce sont ce genre de comédies qui donnent la patate pour tout le reste de l'été. Il était difficile de ne pas rire et même si certains passages étaient approximatifs dans la façon d'exprimer des éléments censés être réels, et même si la plupart des passages n'étaient même pas envisageables dans la real life, l'ensemble était traité avec beaucoup d'humour et c'est ce qui fit le succès inattendu de Neuilly sa mère !. Mais là, que nous offre ce LOL ? Des préjugés mélioratifs d'une société bobo d'un Paris où les jeunes trainent en bande avec leur Mac sous le bras et où les profs sont aussi coincés du cul que certains parents d'élèves, des histoires censées être drôles et moqueuses mais qui sont d'une vaste platitude (dans ce qui est de l'intelligence de la diction des évènements), des situations invraisemblables (la mère qui prend son bain en compagnie de sa petite fille de 7-8 ans et de sa fille de 17 ans, vous y croyez vous ?) et autres détails irritants. Alors on pourra peut-être vanter la prestation nette et sans bavure d'un Sophie Marceau qui, a quarante ans semble avoir retrouvé sa peau lisse de sa jeune adolescence (bottox ? chirurgie ? épingle à nourrice à la nuque ?), penser que LOL est une comédie simplette où toute prise de tête est inutile, mais le résultat demeure de piètre qualité et l'ensemble est trèèèèèèèès rapidement oubliée.

Que LOL - Laughing Out Loud puisse plaire à de jeunes ados, garçons et filles, qui passent une heure tous les matins dans la salle de bain, qui ne peuvent pas sortir de chez eux si leur fringues ne sont pas à plus de 90 € (« Évidemment, un jean Burburry à 130 €, même si c'est moche, c'est tellement mieux qu'un T-Shirt Umbro à 35 €, bande de clodos incultes de la môôôde qui savent pas s'habiller », c'est ce genre de discours que peuvent tenir certains ados en jean moulant) et qui se prennent pour des rebelles parce que l'autre jour, ils ont traversés la rue alors que le petit bonhomme était encore au rouge, ça je peux éventuellement le comprendre. Mais que la plupart des cinéphiles s'extasient devant ce film, là j'ai un peu de mal à approuver.

En résumé, que d'évènements mielleux et de blagues furtivement drôles viennent s'ajouter à un scénario bâclé et à une réalisation digne d'un Projet Blair Witch en petite forme, une grosse daube à éviter absolument.

Ma note : 3,5/10



Commenter cet article

chute 23/04/2014 13:13

Bon Film :)

copa738 20/10/2010 11:39

@Mrs A. nonyme (avec un peu de retard) : C'est vrai que la compraison entre "LOL" et "Neuilly sa mère" n'est pas évidente pour la simple et bonne raison que le premier à un ton sérieux (voir solennel) alors que le dernier est une grosse farce bourrée de stéréotypes hilarants et gros.
Et pour parler de "réalisme", le film d'Azuelos se contredit lui-même, ce pseudo-réalisme n'existe pas (t'a vu la salle de SVT qui ont ? On dirait un laboratoire pour IUT !) et surtout que les dialogues sont débiles (genre c'est le premier jour de cours et t'as Arthur qui dit à sa copine comme une fleur : "Bah j'ai couché avec une fille pendant les vacances" et elle qui répond "Ah...Ok, bah moi aussi"). Tu vois un potentiel réalisme là-dedans ?
@Pinksataniste : Ahhh, je l'attendais. L'avis du grand Pinksataniste. Et bien là je suis servi, tu n'y vas pas avec le dos de la cuillère, tu ne peut aps enchainer deux phrases sans dire "pitain" ou "bordel" mais j'adore ça. Quand on a quelque chose sur le coeur, vaut mieux l'exprimer clairement, et c'est ce que tu fais.
Pour ma part, j'aime beaucoup "Samantha Oups" et "Un gars une fille", donc tu peux remballer avec tes dessins-animés (que j'aime bien également, même si au bout de deux épisodes, je fais une crise d'hyper-tension). On a tous nos petites faiblesses. Qui n'a jamais regardé les "Feux de l'amour" pendant un après-midi pluvieux ? Qui n'a jamais trouvé un épisode de "Derrick" trépidant (nan là je déconne parce que c'est impossible) ?
En tous cas, ce film est une honte au patrimoine cinématographique français. un hymne aux petits bourges qui (lire dernier paragraphe avant la conclusion).

Bonne journée à tous ;)

pinksataniste 20/10/2010 10:57

Eh ! Twilight c'est pas non plus une purge ! Je l'ai vu défoncé et c'était... potable. Mais dans le genre, c'est déjà pas mal.

Bon, sérieusement, je valide tout, sauf la note (ba... c'est quoi c'est 3,5 ? tu les a trouvés ou ?) et Plus belle la vie également, mais bon, chacun ses vices et ses démons (je regarde régulièrement Ratz sur Gulli en me levant - il y a une camionneuse formidable, on dirait Marine Le Pen : c'est d'un burlesque ! comme la vraie (marine le pen) ; bon, Les zinzins de l'espace, juste avant, c'est encore mieux, surtout quand tes neurones n'ont pas encore tous compris quelle heure il est).

Alors, LOL, c'est vraiment LA lettre empoisonnée des vieux à leurs présumés jeunes. C'est du Charlotte de Turckheim quoi : jeunisme hors-sujet total, coolitude poussive (et à côté de la plaque).
Au-delà de la nullité invraisemblable de l'écriture, de la laideur esthétique, de l'absence d'authenticité malgré le réalisme extrême que tu stigmatise avec raison, ... ba rien justement, rien !
Ah, les dialogues ; "mais attend, cool" "cool" "cool" "cool" : mais c'est quoi, c'est censé être ça une mère idéale ?
Oh et attention, la scène ou les adultes fument un joint (et avec un flic en plus - rendez-vous compte de l'audace) : alors là, c'est un sommet de bêtise et d'hypocrisie berlusconienne (tout est reac au possible dans ce truc). Ah vraiment, putain de film de merde. Même pas de l'abrutissement industriel : je sais pas quoi en fait, je n'ai pas de mots, putain c'est quoi ce bordel ça ne m'arrive jamais, mais c'est quoi ce stéréotypage de masse fantasmé par nos grands-mères à barbes, putain, oui putain, quoi dire d'autre ! Bordel de merde, ce film est la synthèse du pire du pire, il faut en faire un cas d'école et que tous les étudiants en cinéma le voit.

C'est qui les cinéphiles qui s'extasient devant ça ? Le dégâts de la combinaison NRJ-Justin Bieber-Lil Wayn-TF1 grand cru... Quoi ? Je caricature le trait ? Mais non, même pas besoin, miss Azuelos le fait toute seule !

copa738 18/10/2010 22:35

Ah bah c'est mon paradoxe à moi : je peux crier au scnadale en voyant des films comme "LOL" et continuer à apprécier "Plus Belle la Vie" sans jamais savoir ce que je trouve à ce feuilleton. Parce que concrètement, cette série n'a rien d'extraordinaire, elle peut même paraitre insupportable parfois, mais cela fait 5 ans que je me laisse tenter tous les soirs et j'y ai pris goût peu à peu. Ca ne s'explique pas vraiment, ça ne se soigne pas non-plus. C'est, comme je l'ai déjà dit, le "paradoxe du cinéphile"...

mymp 18/10/2010 22:12

J'adore ton dernier paragraphe avant la conclusion, c'est exactement ça. J'ai vu le film d'un œil consterné, avec l'envie de prendre une mitraillette et d'aller faire un carton à la sortie d'un lycée dans le 16e. Ces jeunes péteux sont purement des têtes à claques, c'est limite insupportable à regarder (et puis j'ai un gros pathos par rapport à eux !). En tout cas, aveu surprenant (et terrible !) de ta part : Plus belle la vie c'est puissant et c'est top ! Copa, mais qui es-tu donc ? ;)

Nous sommes sociaux !