Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Machete (Robert Rodriguez, Ethan Maniquis)

Publié par copa738 sur 12 Décembre 2010, 17:02pm

Catégories : #Films (Action)

null

 

Synopsis : Ils ont cru qu’il était un simple ouvrier, un bouc émissaire idéal pour porter le chapeau d’un assassinat politique. Ils ignoraient qu’il s’agissait de Machete, un ancien agent fédéral hors pair, une légende… Laissé pour mort après son affrontement avec le puissant baron de la drogue mexicain Torrez, Machete s’est réfugié au Texas, où il cherche à oublier son passé. L’assassinat d’un sénateur et un coup monté font de lui l’homme le plus recherché du pays. Cette fois, Machete est bien décidé à se laver de ces accusations et à dénoncer une corruption rampante et tentaculaire. Mais il va trouver sur sa route Booth, un homme d’affaires prêt à tout entouré d’innombrables tueurs à sa solde ; Von, à la tête de sa petite armée personnelle, et Sartana, une employée des services d’immigration prise entre le respect de la loi et son désir de faire ce qui est juste. Pour l’aider, Machete va faire appel à Luz, la belle au cœur de révolutionnaire, et au Padre, un prêtre aussi doué pour les bénédictions que dans le maniement des armes à feu. Se frayant un chemin à coups de rafales, de sang et de cœurs brisés, Machete cherche à la fois la vengeance et la rédemption…

Tarantino rencontre les frères Coen... Tarantino because l'effet Grindhouse, les dialogues savamment déjantés et malins, mélangés à l'affection aux scènes sanglantes magnifiquement esthétiques. Coen bros because le scénario qui, malgré un manque cruel de crédibilité reste simple et diaboliquement efficace, tout comme l'excellent No country for old men. D'abord une fausse bande-annonce entre les deux films du diptyque en hommage aux films d'exploitations des années 1970 sorti quelques années plus tôt (mas je ne vous apprends strictement rien), Machete est devenu un long-métrage ambitieux, réalisé par le talentueux Robert Rodriguez (élève modèle du mythe Tarantino) et Ethan Maniquis (Ethan Mani... quoi ?). Si vous avez toujours rêvé de voir Steven Seagal dans le rôle d'un méchant ainsi que d'avoir réunit sur un même film les délicieuses Jessica Alba, Michelle Rodriguez et Lindsay Lohan, pensez qu'il est peu probable que cela se reproduise. Avec en plus, enfin un rôle intéressant et à la hauteur de Danny Trejo et la bonne participation de Robert De Niro, il serait regrettable de bouder notre plaisir.

Alors c'est parti. Et là où Inglourious Basterds avait réussi à nous faire exploser de rire alors que des méchants se faisaient défoncer les tête par une bande de salopards chatouilleux du couteau, Machete (avec l'accent mexicain, s'il vous plait)parvient également à vous faire rire alors que du sang gicle et que des boyaux sortent dans tous les sens. Ça va dans tous les sens et personne n'a le temps de s'ennuyer... ni de réfléchir. Parce que ce qu'oublient les réalisateurs de nos jours, c'est de ce prendre moins au sérieux. Une bonne dose de fun ne peut faire de mal à personne, surtout si le scénario est bien construit et que la réalisation est efficace. Coup de bol, c'est curieusement le cas dans ce film, et on ne peut rien y faire.

Outre un casting prodigieux, des cascades explosives, de l'humour noir (et very sanguinolent) et d'excellentes trouvailles, c'est surtout le fait que ce sujet soit totalement pris en dérision qu'il fait du bien dans notre tête. Imaginez un No country for old men qui croise Kill Bill, le tout dans une ambiance joyeuse avec environ autant de fous rires qu'en regardant un sitcom style Friends, et vous aurez Machete, un cocktail explosif qui ne se prend pas au sérieux et qui fait défiler les scènes d'anthologies sans aucun tant morts, le tout en maintenant un scénario au-dessus du regardable, avec au final un film divertissent où l'on a pas vraiment le temps de penser, ni d'avoir quelconque esprit critique. C'est vrai qu'il y a quelques passages lourds et anachronismes (enfin, pas des anachronismes genre faux raccords, mais des trucs genre : Alba, jeune femme belle et intelligente qui vit seule et qui tombe raide dingue amoureuse d'un bad boys qui sait pas se servir d'un portable qui fait en gros 15 ans de plus qu'elle), c'est vrai qu'il y a des défauts et que la scène de bataille finale, c'est du grand n'importe quoi... Mais le moment passé est unique, et avec quelques passages particulièrement bien trouvés (en guise de comparaison : la scène où Machete descend de l'hôpital avec les boyaux d'un type est presque comparable avec la scène de Marvin Shot dans Pulp Fiction) comme par exemple le coup du thermomètre (grand moment de rigolade en perspective), Rodriguez... et Maniquis (je l'avais oublié celui-là) nous donnent une bonne leçon : un film réussi est avant tout une œuvre réfléchie qui sort du cœur du ou des réalisateur(s). Après, on adhère... ou pas, à vous de voire.

En résumé, Tarantino n'aurait guère pu faire mieux dans ce film bourré de testostérone qui alterne joliment passages violents (mais drôles) et dialogues particulièrement bien trouvés (« Avec ça tu dégomme la biroute d'un moustique qui pisse à 1 kilomètre sans lui défroisser la peau des couilles ») : un pari gagné pour Rodriguez et Maniquis.

4 étoiles et demi

PS : J'attends de pied ferme les fameux Machete Kill et Machete Kill Again, même si je dois être le seul à espérer que ces vraies-fausses-suites de Machete aboutissent à deux films aussi jubilatoires que le premier épisode... Pero esperanza hace vivir (merci Google Translate).



Commenter cet article

La bobine bordelaise 07/07/2011 15:46

Moi ma grande déception c'est l'esthétisme perdue dans Machete. Le film ne fait pas aussi vieille pellicule que dans les deux premiers Grindhouse et c'est bien dommage.

copa738 07/01/2011 18:50

Nan, pas vu ces deux films, c'est peut-être pour cette raison que j'ai apprécié "Machete" : le Grindhouse était tout nouveau pour moi...

Ben 06/01/2011 19:41

Je comprends ce que tu y trouves, le côté volontairement agressif et provocateur, mais je peu plus Grindhouse ,stop.
As-tu vu Planet Terror et Boulevard de la mort, j'avais moyennement aimé ces deux films mais là je les reverrais ça serait juste pas possible.
Oui j'ose le répéter stop Grindhouse

Squizzz 15/12/2010 10:24

Je me suis fait la même réflexion que toi à la fin du film. Rodriguez transformera-t-il ces fausses suites en films comme il l'a fait avec sa fausse bande annonce ? Il en est bien capable, mais il faudra qu'il se renouvelle et qu'il fasse preuve d'autant d'originalité.

copa738 12/12/2010 19:05

Oui, je sais ce que tu as pensé du dernier film de Tarantino... Après, le film ne se repose pas que sur cette réplique (et heureusement d'ailleurs). C'est juste que c'est fun, et qu'après l'avoir vu, tu as la pêche. Et un film qui te fait rire alors qu'il y a des morts, ça montre que c'est en parti réussit... mais ça dépend des gouts de chacun.

Nous sommes sociaux !