Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Maison Close

Publié par copa738 sur 2 Mai 2011, 11:40am

Catégories : #Séries

null 

Canal +, créateur original de programmes originaux nous livre son petit bébé. Bijou d'originalité, Maison Close est une série qui ménage un certain suspense, qui dégage pas mal d'érotisme sans jamais choquer, et donc, est une série osée qui captive du début à la fin. Avec de beaux costumes, des couleurs froides, et une musique oppressante, les réalisateurs enferment les spectateurs dans la maison, comme s'ils étaient eux aussi piégés entre ces murs, eux aussi salis par d'autres pervers, eux aussi sans cesse obligé de plaire pour vivre. En nous faisant nous rapprocher des ''putes'', nous subissons autant qu'elles leur calvaire et cette sensation d'étouffement que l'on ressent à chaque scène qui se passe au ''Paradis'' (c'est à dire, plus de 95% du temps sur 8 épisodes) nous devient très vite familière. Ainsi commence Maison Close, sur une ouverture très hot, enchainant vite sur des complexités narratives qui nous dépassent rapidement. On comprend donc très vite que tout est fait pour se rejoindre au dernier épisode, là où tout se déclenchera magiquement pour laisser place à l'angoisse (présage d'une saison 2 ?).

La véritable force de Maison Close, sans compter les gros efforts de la mise en place des décors et des costumes, c'est l'atmosphère qui s'en dégage (une ambiance à la fois tendre et tendue, bien introduite par une musique de générique qui donne des frissons), souvent aidée par une composition musicale très contrastée. Pendant les scènes de sexe, de nombreux morceaux rock se font rapidement entendre, des chansons modernes, et donc un peu hors-sujet (l'histoire se passe en 1871). Mais tout cela étant fait pour montrer que que ces femmes étaient un peu hors du temps, hors de la réalité de l'époque, copieusement écartées du monde extérieur, et donc isolées de tout et de tous : une sorte de manière de dévoiler au grand public l'héroïsme de ces femmes punies par la vie. Le but était vraiment de montrer aux spectateurs que l'atrocité des bordels de l'époque ne se jouaient pas sur les malheurs des prostituées. Au contraire, on pourrait presque se laisser influencer par les scénaristes, qui veulent à tout pris nous montrer que ces femmes – bien qu'isolées – étaient tout ce qui se faisait de plus normal, et que leurs désirs de s'évader s'estompaient au fil du temps (Rose qui multiplie les tentatives d'évasion pour finalement se retrouver propriétaire du bordel), car ce ''métier'' qu'elles exercent les maintiennent envie, mais par-dessus ça les passionne et leur apporte beaucoup spirituellement (là où les valeurs intellectuelles sont presque inexistantes). Voulant valoriser la force du cœur de ces dames, plutôt que de leurs capacités intellectuelles, les scénaristes nous passent un véritable message, un message qui est toujours d'actualité aujourd'hui (encore une justification de la musique rock et des dialogues contemporains).

En offrant un portrait très positif des prostituées, Canal + devait réfléchir au monde qui les entourait, devait se demander ce qui poussait ces jolies fleurs à devenir ce qu'elles sont devenues. Le monde qui se dévoile autour d'elles est tout ce qu'il y a de plus pourri. C'est un Paris crade, c'est un Paris pourri par l'argent sale, le viol et la pauvreté. L'important dans ce qui est montré, c'est l'organisation métaphoriques des personnages et des décors (putes = fleur / autres personnages + Paris de l'époque = gravier). Ainsi, tout le monde sait qu'une magnifique tulipe (ou rose, ou pissenlit, enfin, toutes les fleurs que vous voulez) plantée dans un immense tonneau de gravier finit par pourrir. Les fille de Maison Close sont semblables à ces fleurs, le tonneau étant la maison close et le gravier toutes les personnes mal intentionnées et les dégâts causés par les épidémies et la pauvreté de l'époque. Un vrai message qu'est cette série érotique (il serait sympa de citer le fait que plus il y a d'épisodes, moins il y a de sexe, tout cela pour montrer que ce n'est qu'un accessoire pour faire passer la pilule), donc. Mais comme toute personne à des défauts, Maison Close possède aussi son lot d'imperfections : à savoir quelques dialogues assez ridicules, de trop grosses longueurs, et aussi une intrigue pas toujours très claire. Mais malgré tous ces défauts, cette série garde un certain charme, charme que j'espère retrouver dans la saison 2, en espérant également que tous les défauts seront corrigés.

3 e¦ütoiles et demi

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !