Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Le Jeu de la Mort (Thomas Bornot, Gilles Amado, Alain-Michel Blanc)

Publié le 3 Avril 2010, 08:22am

Catégories : #Films (Documentaire)

 

Documentaire poignant, Le Jeu de la Mort raconte le pouvoir que peut avoir la télé et l'autorité qu'elle exerce sur les gens même dans des situations compliquées. L'histoire commence avec des images de la télé du monde entier, des gens se font mutilés sur un plateau de télévision en direct, des gens célibataires viennent briser des couples sur une île déserte, des fan de skateboard sont filmés en sang après une mauvaise chute sous les rires du présentateur, un homme joue sa vie à la roulette russe en direct, des cadavres sont disséqués devant une centaine de spectateurs, ... La télé est devenue en quelques années une machine à sous redoutable et machiavélique. Pour faire une expérience, Christophe Nick réunit 80 personnes qui joueront à un jeu chacun leur tour, sans savoir que c'est une expérience. Le faux jeu appelé "La Zone Xtrème" est une succession de questions posées à un participant qui ne sait en aucun cas que ce jeu est en fait une expérience. Le but est de posé des questions à un homme dans un boite, attaché à des câbles électriques, à chaque mauvaise réponse, il reçoit une décharge provoquée par le questionneur qui est une personne normale, un monsieur ou madame Toulemonde. Bien sûr, celui qui doit se prendre une décharge est en fait un acteur qui simule une fausse décharge en criant de douleurs alors qu'il ne ressent rien. Les mauvaises réponses s'enchainent et les décharges sont de plus en plus mortelles. Certains continuent sans se poser de question, d'autres hésitent à continuer, et c'est là que l'expérience prends tout son sens : Tania Young, animatrice n'a pas de supériorité hiérarchique par rapport aux participants, les joueurs peuvent arrêter quand ils le souhaite mais Tania Young les "force" à continuer en leur disant juste ces paroles "Ne vous laissez pas impressionner, continuez", ces paroles ne sont rien, elle ne les force pas à continuer, mais rien que de dire ces phrases, elle devient autoritaire et les participants continue de leur plein gré (enfin, pas tout à fait). La télé à une autorité particulièrement puissante. Des gens sont prêt à infliger des décharges mortelles à un homme juste parce que la télé représentée par l'animatrice leur demande de continuer, finalement, ils sont en droit d'arrêter, pourtant, la majorité donneront l'ultime décharge alors que le cobaye ne donne plus signe de vie.

Les résultats (source Wikipedia) :

Bien que les participants aient été informés qu'ils ne gagneraient aucune somme d'argent puisqu'ils étaient censés participer à une émission test, l'autorité du contexte télévisuel et de l'animatrice amène les participants à se soumettre. Selon les premières estimations, le taux d'obéissance est de 81 % ; le documentaire compare ce résultat aux 62,5 % obtenus lors de l'expérience originale, mais oublie de préciser que plusieurs reproductions de l'expérience, aux USA ou en Europe, ont donné des taux supérieurs à 80 %.

De plus, les différences entre l'expérience originale de Milgram et La Zone Xtrême limitent la comparaison des résultats. Les différences principales entre les deux versions sont les suivantes :

Les participants reçoivent 5 injonctions dans la version de France Télévisions au lieu de 4 dans la version de Milgram, dont :

L'injonction « nous assumons toutes les conséquences », présente seulement dans des variantes de l'expérience originale

La présence d'un public (qui intervient à la cinquième injonction) ;

La mise en jeu d'une somme d'argent (même si les candidats étaient avertis qu'ils ne gagneraient rien, l'argent est une raison invoquée dans la quatrième injonction) ;

Le rôle de la télévision (qui a notamment incité 6 % des candidats de La Zone Xtrême à dire qu'ils avaient considéré qu'il était impossible que la télévision laisse souffrir un être humain).

Cette expérience avait déjà été faite des années auparavant, les résultats étaient moins élevés mais, contrairement à cette "nouvelle édition" il n'y avait pas de public. Le public, qui ne sait pas ce qui se passe encourage les participants à électrocuter le mec qui agonise. Je n'ai plus qu'une chose à dire après ça : elle est belle la France.

De plus, les participants savent qu'ils ne gagneront pas d'argent, le jeu fait croire aux spectateurs qu'il y a de l'argent en jeu mais aucune somme n'est mise en jeu. Devant ce documentaire choc, on apprends aussi comment fonctionne un jeu télé : les animateurs sont formatés, on leur souffle la quasi totalité de leurs répliques dans une oreillette. Cette expérience montre que n'importe qui serait prêt à tuer quelqu'un uniquement parce que quelqu'un qui vient de la télé le lui ordonne. La conclusion est triste, même si je pense que certains points sont truqués. Enfin bref, c'est un très bon documentaire qui montre des gens prêts à se mettre dans une situation morbide. Un débat qui suit montre que les participants ont eu du mal à ne pas y laisser des plumes. Certains ont longtemps été choqués de cette expérience.

Ce documentaire aura fait une excellente audience pour France 2 et aura fait jaser bons nombres de spectateurs, partagés entre le sentiments d'assister à la déchéance de la race humaine et le fait que tout de ce documentaire est peut-être truqué. Je n'irai pas jusqu'à dire que ce film m'a secoué, mais j'avoue avoir longuement réfléchi après avoir vu le film. Sur la cruauté de l'espèce humaine, sur l'autorité qu'exerce la télévision, sur le fait qu'un homme serait près à en tuer un autre pour une grosse masse d'argent. L'expérience ne m'aura finalement rien appris, j'en suis ressorti un peu chamboulé, avec la conviction qu'il est impossible d'apporter une note subjective à ce film.

En résumé, difficile d'apporter des conclusions à ce film, si ce n'est qu'il donne un sacré coup de massue sur nos têtes et que l'on apprend que la télévision à une immense influence sur des gens comme nous.

Ma note : 7/10



Commenter cet article

Nous sommes sociaux !