Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Passion (Brian De Palma)

Publié par copa738 sur 13 Février 2013, 20:33pm

Catégories : #Films (Thriller)

passion.jpg

 

Passion, l'avis de Brian

 

Synopsis : Deux femmes se livrent à un jeu de manipulation pervers au sein d'une multinationale. Isabelle est fascinée par sa supérieure, Christine. Cette dernière profite de son ascendant sur Isabelle pour l'entraîner dans un jeu de séduction et de manipulation, de domination et de servitude.


Naviguant entre films de gangster et thrillers empruntant un peu à Hitchcock et Argento (pour ne citer qu'eux), Brian De Palma a toujours été un réalisateur à part entière, avec beaucoup de films adulés et d’œuvres passées complètement inaperçues. C'est alors qu'arrive Passion, remake de Crime d'amour, bon petit film de 2010 réalisé par Alain Corneau. Si on fait abstraction quelques minutes du film dont Passion s'inspire, on peut en extraire quelques idées, avec du négatif mais aussi beaucoup de points positifs.

Tout d'abord, il y a une atmosphère, une tension palpable. Elle se traduit par une bande sonore atroce, qui met mal à l'aise dans des instants sans musique, et encore plus lorsque cette dernière retentit. Cette ambiance à la fois sombre et venimeuse, est renforcée par un trio d'actrice formidable : la patronne blonde, femme fatale, vicieuse, la petite cadre brune naïve et discrète, et la simple employée rousse, qui cache très bien son jeu. L'impression de bizarrerie est aussi présente dans cette représentation, sensuelle et déroutante, de l'homosexualité féminine (l'affiche du film fait penser à Mulholland Drive). Tout cela colle à la vie d'entreprise, avec concurrences, jalousies, adultères, enfin des trucs que l'on a déjà vu des milliers de fois. Seulement, et si le film n'adopte aucun point de vue (on n'a pas l'impression qu'il y ait quelconque critique ou éloge de quoi que ce soit), ni de sous-intrigues, on a la véritable impression qu'on va au-delà de la simple histoire de manipulation.

La première partie du film est une sorte de longue introduction, dont la tension évolue en crescendo. On passe de quelques scènes marquantes (le pétage de plombs dans le parking, la campagne novatrice de publicité, la sex-tape) à des séquences assez ennuyeuses. Et au final, l'heure où De Palma instaure le cadre spatio-temporel, les personnages et l'ambiance générale ne ''passionne'' guère. Cependant, elle a une réelle utilité pour la suite des événements.

En effet, l'arrivée d'un split-screen (curieux mais efficace) change complètement la donne : le film qui avait quitté une réalisation plate pour une ambiance sombre et des plans plus travaillés, passe au niveau supérieur. C'est simple, on a l'impression que le film a été réalisé par deux mecs, le premier étant très simple dans sa façon de voir les choses, le second basculant dans une folie jubilatoire (pour nous en tous cas). A partir de ce moment, s'ensuit un cercle de violence, un suspense comme on en a rarement vu, de l'horreur, des rebondissements, et un final qui laisse sans voix. Conscients de la claque monumentale que l'on s'est pris au moment où l'on était sur le point de s'endormir, on ressort de Passion avec plein de choses dans la tête, le cœur battant la chamade, les mains moites et les jambes engourdies. Cela n'a pas été parfait jusqu'au bout, mais on pourra au moins affirmer qu'on s'est pris une vilaine baffe en pleine gueule, et ça, c'est plutôt signe d'un bon moment passé et surtout, d'un film réussi.

 

rachel-mcadams-strokes-noomi-rapace-for-passion-movie.jpg

 

Passion, un crime d'amour

 

Un peu plus anecdotique, faire quelques lignes sur la comparaison entre un original et son remake ne fera de mal à personne. On commencera pas un détail simple : chez De Palma, la manipulatrice est blonde et la ''victime'' est brune, chez Corneau, c'était l'inverse.

Il faut souligner que la première partie un peu lente de Passion est presque la copie conforme de la longue introduction dans le film de Corneau. Peu de musique, des actrices qui jouent parfaitement. Pour être complet, on remarquera que De Palma a nettement plus poussé l’ambiguïté dans la relation entre les deux femmes, que son prédécesseur.

Ensuite, les secondes parties respectives des deux films sont bien trop opposées pour en faire une comparaison complète. On dira simplement que De Palma a un talent inné pour représenter un crime : son meurtre est d'un beauté visuelle éclatante, et d'un suspense effrayant (le split-screen est un atout plus qu'un accessoire). Corneau avait préféré nous montrer le meurtre et le visage du criminel était mis en évidence, tout comme son identité. De Palma laisse planer le suspense jusqu'à la fin, faisant naître un vrai rythme dû au suspense, au déroulé de l'intrigue. Cela nous donne une impression que Passion est abouti, là où Crime d'amour se terminait un peu en nœud de boudin, laissant le spectateur de marbre (mais dans le mauvais sens du terme). Enfin, malgré une version américaine visuellement et scénaristiquement supérieure, on notera que la platitude du film de Corneau lui donna plus de crédibilité que le film dense en déjanté de De Palma.

 

En résumé, un peu irrégulier, Passion se regarde pourtant avec grand plaisir ; la tension met du temps à s'installer, mais le résultat final est à la hauteur des attentes : on a frissonné comme jamais, et été agréablement surpris de l'aisance de De Palma, qui a su parfaitement saisir le climat tendu du film initial, et de le remanier et le perfectionner (surtout visuellement), pour en faire un film bien meilleur.

4 étoiles-copie-1

Commenter cet article

pierreAfeu 17/02/2013 22:05

Le split-screen est sublime. Et le film nous poursuit longtemps. Ça c'est du cinéma !

heavenlycreature 17/02/2013 13:22

Pas vu le Corneau... mais tout ce que j'ai adoré ici c'est tout ce qu'il y a de purement propre à De Palma : mise en scène magnifique, scène de crime d'exception, ambiance qui navigue entre réel et
rêve... Plutôt très d'accord avec toi ! J'ai vraiment beaucoup aimé !! ;)

Wilyrah 17/02/2013 11:56

Pour moi ce n'est pas complètement réussi. Ca fonctionne après le mauvais split screen :)

selenie 15/02/2013 19:26

Pas d'accord non plus... Sensualité vénéneuse qui n'est qu'illusion, split-screen inutile, mise en scène maitrisée oui mais peu inspirée... Bref ça manque de chair et de vice... 1/4

mymp 15/02/2013 12:12

Mais dis-moi, le film t'a carrément enflammé quoi ! C'est effectivement loin d'être "parfait jusqu'au bout" vu qu'il n'y a que la deuxième moitié du film qui vaut vraiment le coup. C'est bien qu'il
ait changé la fin par rapport à Crime d'amour qui m'avait un peu déçu aussi (tout ça pour ça ?).

Nous sommes sociaux !