Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Pearl Harbor (Michael Bay)

Publié le 13 Août 2010, 17:09pm

Catégories : #Films (Guerre)

 

Synopsis : Amis depuis la plus tendre enfance, Rafe McCawley et Danny Walker sont deux brillants pilotes de l'armée de l'air américaine. La Seconde Guerre mondiale a commencé, mais les Etats-Unis n'ont pas encore engagé les hostilités. Rafe succombe bientôt au charme d'Evelyn Johnson, une jeune infirmière. C'est le coup de foudre. Mais ce dernier part combattre aux côtés des Britanniques. Evelyn et Danny sont, quant à eux, transférés sur la base américaine de Pearl Harbor. La paisible existence de ces deux jeunes gens bascule lorsqu'ils apprennent la mort de Rafe. Evelyn partage son chagrin avec Danny et un amour naît de leurs confidences. Rafe est pourtant vivant. En cette journée du 7 décembre 1941, les retrouvailles et les explications vont devoir être reportées à plus tard : au même moment, près de 200 bombardiers japonais surgissent dans le ciel de Hawaï pour une attaque surprise.

Film de guerre à l'eau de rose rejeté par la critique, Pearl Harbor est un film incompris. La faute à son réalisateur, Michael Bay, grand ennemi des cinéphiles pour je ne sais quelles raisons. Il est vrai cependant qu'il est plus doué à la production qu'à la mise en scène. Plans fouillis, grosses fautes de raccords, retards entre chaque plan, mouvements de caméra instables, et autres gros et petits déchets visuels.

Cependant, il livre avec Pearl Harbor un film à la fois touchant et mythique. Touchant parce que l'histoire d'amour façon triangle idyllique marque les esprits (combien de déchirements, de trahisons et de passion ?). Mythique car la reconstitution des faits historiques et des paysages de l'avant-guerre sont méticuleusement respectés. Même si romantisme et batailles à couper le souffle se mélangent maladroitement par moments, l'assemblage des deux grands ingrédients du film se font harmonieusement sur certaines petites scènes qui font toute la différence. Les acteurs ne sont pas époustouflants, ils ne brillent pas forcement mais restent dans le rang et trouvent souvent le chemin de la crédibilité. Malgré quelques longueurs au début (histoire de se plonger dans le bain), le film trouve un rythme satisfaisant jusqu'à la fin qui n'est pas des plus heureuse mais qui reste à jamais gravée dans les mémoires.

Introduisant quelques images chocs et de la romance épique à tour de bras, Bay peut-être considéré comme un fin tacticien mais reste en même temps un mec un peu maladroit dans ses actes. Pourquoi tant de scènes inutiles ? Pourquoi tant d'explications superflues ? Bay s'enflamme par moment et s'essouffle par la même occasion. Il aurait pu faire simple mais il se complique la vie, essaie de donner le maximum d'informations sur les messages codés des Japonais et de l'organisation de la bataille. Pas la peine, on connait l'histoire. Reste quelques scènes intimistes et le déchirement des être à cause de la guerre. Le message est simple : guerre pas bien, Japon méchants, Américains héros. Une conclusion trop directe, trop téléphonée, pas assez subtile. Sans oublier les nombreux instants prévisibles. Mais fini de bouder. Il y a aussi du bon là-dedans. Les scènes de combats aériens, vertigineux, gerbants par moments. Du réalisme à l'état pur et de l'action débridée. Des images de guerres saisissantes et des effets visuels à la hauteur du budget. Niveau reconstitution historique et esthétisme (deux ou trois jolis plans larges), on frise la perfection. Mais le cocktail romance-guerre peut devenir cependant indigeste. Cela reste pour moi une réussite et un pari gagné pour Michael Bay (l'enfant bannit des terres cinéphiles).

En résumé, pas grand chose à dire, peut-être un grand manque d'inspiration ou peut-être ce sale temps qui fait dehors, dans tous les cas, Pearl Harbor m'a surpris, je m'attendais à une grosse soupe de navet, je suis tombé sur quelque chose de beaucoup pus raffiné (purée de brocolis ou encore gratin de choux fleurs, pour les amateurs).

Ma note : 7,5/10



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !