Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Perfect Sense (David MacKenzie)

Publié par copa738 sur 7 Avril 2012, 07:49am

Catégories : #Films (Drame)

perfect-sense_i02.jpg

 

Synopsis : Au milieu d'un monde frappé par une étrange épidémie qui détruit progressivement les cinq sens, un cuisinier et une brillante chercheuse tombent amoureux...

Il y a moins d'un an, Contagion sortait et (re)lançait la mode des films de virus. Avec plus ou moins de réussite, Contagion avait finalement réussi à nous rendre hypocondriaque, paranoïaque. Cette année, sort un Perfect Sense s'annonçant grandiose : casting de rêve (Ewan McGregor et Eva Green au premier plan), histoire originale, et durée plus courte de presque une heure par rapport à Contagion (on a compris que trop faire durer ce genre de film fait perdre en qualité, et ennuie). Alors maintenant que Perfect Sense vient de se terminer, on a vraiment l'impression d'être tombé sur une perle rare, une sorte de chef d'œuvre un peu malade, qui vous percute littéralement, vous assomme, jusqu'à un final attendu mais si puissant qu'on en a mal aux yeux.

Pour synthétiser, l'histoire, on parlera seulement de ce cuisinier qui demande une cigarette a la femme qui habite tout prêt de son restaurant, à leur rapprochement, à leur amour éphémère, troublé par un virus qui fait peu à peu perdre leurs sens. La détresse des personnages est perceptible à des dizaines de kilomètres, à chaque perte d'un sens. Les scènes où le virus fait effet sont incroyablement bien filmées, montées, et surtout jouées (les figurants sont aussi très bons dans leurs genres). Plus qu'un film d'anticipation apocalyptique, Perfect Sense est un drame poignant, qui se vit plus qu'il ne se regarde. La sensation de malaise est constante, et se répertorie également sur nous, spectateurs. La scène où toute la population du monde se met à avoir faim est peut-être l'un des plus gros chocs de ces dernières années, le tout étant filmé en mode ''accumulation'', si bien qu'on a tous envie que cette scène prenne fin. Il y a donc une véritable maitrise de l'horreur, mais aussi de la romance : les nombreuses scènes où nos deux héros sont ensemble nous rapprochent du couple, autant que les deux membres de cette union amoureuse se rapprochent.

Il est très difficile de parler de cet OCNI (objet cinématographique non identifié), comme si le virus du film avait contaminé le public en le privant de parole, pendant au moins quelques minutes. Il se passe véritablement quelque chose entre nous et l'écran, une sensation d'échange si puissante, qu'on n'avait rien vu de tel depuis Black Swan. La beauté des images, la justesse du scénario, quelques larmes, de petites décharges, parfois un peu de comique, et vous avez la nouvelle bombe de ce début d'année : un condensé de tout ce qui se fait de mieux dans le cinéma actuel. On pourrait s'agenouiller, ouvrir la bouche en grand, applaudir, mais lorsque l'absence de son depuis bientôt 20 minutes laisse place à une obscurité pétrifiante, laissant au spectateur le choix de terminer l'histoire du film, on a tout simplement le réflexe de frissonner, de contempler ces dernières images, et de se taire, car les meilleurs moments se vivent en silence, et qu'aucun mot n'existe sur terre pour décrire ce qu'il vient de se passer à l'écran.

En résumé, pour savoir comment est le film de David MacKenzie, il suffit de retirer le mot Sense à son titre...   4 étoiles et demi

 

Commenter cet article

Wilyrah 30/04/2012 11:36

Un très joli film, poétique et culotté. Une belle oeuvre, imparfaite, mais sincère.

ASBAF 15/04/2012 14:07

Excellente review, congratz.

Wilyrah 08/04/2012 22:09

Un très beau film que j'attendais depuis un an au moins. Content qu'il plaise !

Bob Morane 07/04/2012 10:38

Comme toi, j'ai été tétanisé et ça m'a hanté longtemps

Nous sommes sociaux !