Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Piranha 3D (Alexandre Aja)

Publié le 4 Septembre 2010, 18:10pm

Catégories : #Films (Horreur)

 

Synopsis : Alors que la ville de Lake Victoria s'apprête à recevoir des milliers d'étudiants pour le week-end de Pâques, un tremblement de terre secoue la ville et ouvre, sous le lac, une faille d'où des milliers de piranhas s'échappent. Inconscients du danger qui les guette, tous les étudiants font la fête sur le lac tandis que Julie, la shérif, découvre un premier corps dévoré... La journée va être d'autant plus longue pour elle que Jake, son fils, a délaissé la garde de ses jeunes frères et sœurs pour servir de guide à bord du bateau des sexy Wild Wild Girls !

Véritable gala, grand show à l'américaine parsemé de gore et de sang, le dernier film de la paire Aja-Levasseur (2 frenchies à Hollywood) n'a cependant rien à voir avec le film de Joe Dante de 1978. D'une parce que l'histoire n'a rien en commun, et de deux car les poissons tueurs ne sont pas de la même race. Alors que vaut véritablement le film de l'été ? Le récit sera-t-il si gore et sanglant qu'on aurait pu le prédire ? Les bonnes critiques et l'engouement des spectateurs se justifieront-ils ? Vérification en 3D évidemment (ils nous laissent plus le choix maintenant) de ce fameux Piranha 3D, le film qui utilisa 300 000 litres de faux-sang pour le besoin des scènes sanglantes.

Tout d'abord, Aja veut à coup sur nous faire revivre les années 1980 qui avaient bercé sa tendre enfance de fan de films gores. On retrouve Richard Dreyfuss qui joue le même rôle qu'il avait dans Jaws (on peut conclure qu'il passe des jours paisibles dans sa petite retraite et qu'il va au seul endroit où il ne peut pas croiser de requins tueurs). Erreur cher Richard (qui est l'un des acteurs que j'aime le moins, pour l'info), car de méchants poissons de la taille d'un écran d'ordinateur sèment la terreur et s'échappent d'une crevasse découverte par une bouteille de bière (et c'est repartit pour le message écologique à deux balles). On retrouve également le génial Ving Rhames qui retrouve son arme favorite : le fusil à pompe (le Marsellus Wallace de Pulp Fiction avait déglingué son petit copain Zed avec la même arme qui lui a permis de zigouillé quelques piranhas). Christopher Lloyd retrouve son labo qu'il avait quitté dans Retour vers le futur et Elizabeth Shue le rejoint pour la route (elle a tournée dans Back to the futur 2&3).

C'est bien gentil tout cela, mais faire venir des stars pour évoquer une certaine nostalgie c'est bien, mais on aimerai peut-être avancer dans l'intrigue n'est-ce pas ? Quoi qu'il en soit, le film d'Aja est grossier, malsain, souvent pataud et niais dans ses dialogues. On a de nombreuses scènes à la limite de la pornographie souvent irritantes, gênantes mais en aucun cas ''appétissantes'' comme l'annonçait Aja. Il descend ses plans de nudité comme de vulgaires éjaculations précoces et se diverti, s'amuse, se marre, prend peut-être du plaisir à voir deux belles gonzesses se toucher sous un bateau pendant 5 minutes (et sans prendre leur respiration) mais abruti son spectateur. Mettant en scène un réalisateur de film X accros à la drogue et à l'alcool entouré de bimbos qui n'ont véritablement rien dans le citron, il promettait de faire de tous ces personnages des gens peu attachants et détestables. C'est le cas et c'est uniquement pour que les scènes gores ne soient pas trop dures qu'il fait ça. Après avoir vu 500 seins à l'air, on se prend dans le décors où les victimes deviennent des steak hachés après 3 morsures. Ces piranhas sont de grosses saloperies mais ne prennent pas le temps d'évoluer, on ne les voit pas avancer, on sait s'ils sont là seulement après les premières attaques (même si elles sont prévisibles).

Si le scénario est simplet et que les dialogues sont idiots (pour ne citer qu'un exemple, voici un petit dialogue tout droit sorti du crâne ultra-développé d'Aja, ces phrases sont situées au début du film juste après que Jake se soit pris du soda sur ses vêtements : « Joli T-Shirt » dis la belle fille aux gros nichons, « Ah, toi aussi t'as envie de jeter des trucs dessus » rétorque Jake en état de grâce après cette fabuleuse répartie; avouez que c'est aberrant), la réalisation se montre à la hauteur du reste, pas de prises de risques, du filmage direct, simple et plat. Reste ce final long d'une demie-heure quasi-orgasmique qui trouve une réelle forme par son côté ultra-gore et par l'effet qu'elle produit sur nous. Comment ne pas avoir envie de gerber en voyant (attentions aux spoilers) deux filles se faire trancher en deux par un câble métallique ? Comment ne pas être chamboulé après la vue de la mort atroce d'Eli Roth qui fait un bref et inutile caméo (il se fait exploser la tête entre deux bateaux) ? En montrant un œil bouloté, des cheveux pris dans des hélices, un pénis qui flotte et deux implants mammaires déchiquetés, Aja nous inquiète, nous met mal à l'aise et provoque en nous un profond dégout, une envie de quitter la salle et de foutre à la poubelle ces foutues lunettes 3D. Et en parlant de relief, je tiens à dire qu'il y a eu quelques efforts de fournis. Le poisson que pêche Dreyfuss semble nous percuter et la bouteille qui tombe dans l'eau paraît nous rentrer dedans. De même pour le petit œuf de poisson et pour un plongeur qui fond sur nous. Pour le reste, une platitude platement plate.

En provoquant ce faramineux bain de sang final déjà culte, Aja choque la salle entière et même si les protagonistes polluent et ne respectent rien, on ne leur souhaite pas ces atroces souffrances. L'effet escompté ne marche donc pas, on est paralysé devant autant de farandoles gores et horripilantes. Je n'ai jamais eu peur, mais j'ai souvent trouvé ça morbide, à la limite du supportable. Comme le cinéma d'aujourd'hui permet de faire des effets spéciaux à la pointe de la technologie, reproduire des effets gores n'est donc pas un problème en soi. Mais rien de terrifiant, juste une intrigue qui ballote et qui avance cependant très vite (1h30 passées en un seul éclair). Et même si l'ensemble se veut trépidant, on n'arrive jamais à s'identifier à quelqu'un si ce n'est d'avoir mal aux jambes en voyant les corps sans chair des victimes. Les scènes d'horreurs sont tellement violentes et suffocantes que même les gags glauques ne sont pas drôles et si les producteurs veulent que le film se prenne au second degré, pourquoi ne pas faire mourir la shérif ou un des membres de sa famille. C'était cousu de fil blanc que les actrices pornos allaient se faire bouffer pour laisser de l'air à Jake et Kelly. Par contre, le final est surprenant et nous laisse un certain goût acide dans le fond de la gorge. Je suis quand même reparti en état de choc avec la certitude que le travail accompli avait une grosse odeur d'inachevé et de gros craquage cinématographique. Il est certain que le résultat est spectaculaire, mais un film aussi ''déconneur'' doit alors prendre des risques, se lancer dans un scénario loufoque et avec des dialogues débiles mais structurés. Aja nous fait croire que tout ça n'est qu'une sombre farce où tout le monde à pris son pied, moi je ne vois qu'un film sérieux complétement raté par un manque cruel d'imagination et de concentration. Pour les idées morbides, il n'y a aucun problème mais pour ce qui est du reste...

En résumé, par grand chose à se mettre sous la dent, les fans de gros lolos et de sang qui gicle à foison seront ravis de cette gloutonnerie grotesque où seul les producteurs ont l'air de se marrer, navrant, inutile et décevant, reste la bonne prestation de Jerry O'Connell et une musique élektro entrainante.

Ma note : 2,5/10



Commenter cet article

pinksataniste 07/09/2010 22:03

Deuxième avis négatif seulement que j'ai lu jusqu'ici. Je crains également la grosse pantalonnade beauf au possible, ce qu'annonçait déjà la pitoyable affiche (enfin, c'est du "second degré" et on sait que le second degré veut bien tout dire et pardonner...). Mais c'est Aja, donc je verrais.

mymp 07/09/2010 10:14

Ça y est, vu aussi, pas emballé non plus, pas spécialement pour les mêmes raisons que toi, mais pas emballé quand même. Critique sous peu...

Nous sommes sociaux !