Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


La Planète des Singes - les origines (Rupert Wyatt)

Publié par copa738 sur 22 Août 2011, 14:41pm

Catégories : #Films (Science-Fiction)

llio.jpg 

Synopsis : Dans un laboratoire, des scientifiques expérimentent un traitement sur des singes pour vaincre la maladie d’Alzheimer. Mais leurs essais ont des effets secondaires inattendus : ils découvrent que la substance utilisée permet d’augmenter radicalement l’activité cérébrale de leurs sujets. César, est alors le premier jeune chimpanzé faisant preuve d’une intelligence remarquable. Mais trahi par les humains qui l’entourent et en qui il avait confiance, il va mener le soulèvement de toute son espèce contre l’Homme dans un combat spectaculaire.

1968. Franklin J. Schaffner bouleverse le monde du cinéma en adaptant le livre de Pierre Boule. Doté d'effets spéciaux décoiffant, de dialogues ravageurs et d'un sacré budget costumes/maquillage, La Planète des Singes, premier film d'une longue et hétérogène saga surprend surtout par un twist final, sûrement le plus inattendu et le plus connu de toute l'histoire du cinéma. Laissant une grosse poignée de spectateurs sans réponses et (disons-le) sur le cul, un novice du cinéma, Rupert Wyatt sort un prequel en 2011, plus de 50 ans après. Que fallait-il expliquer ? Comment les singes sont devenus intelligents ? Comment l'homme a-t-il disparu et pourquoi ? Pourquoi ? Toutes les réponses que l'on attend (ou pas) seront bientôt annoncées. Mais La Planète des Singes avait-il besoin d'un réel sens, d'une certaine logique, et donc, d'explications ? Pas sûr. Seulement, en plus de livrer des explications satisfaisantes et du très grand spectacle, ce prequel mouvementé est en plus une sorte de remake-miroir, où les répliques se répondent entre lui et son original et où les rôles sont inversés (enfermements, rébellion, considération entre les deux espèces).

Avec un casting quatre étoiles (James Franco, Freida Pinto, John Lithgow, Tom Felton et le célèbre Andy Serkis), des effets visuels terrifiants (Avatar n'a plus qu'à s'enterrer), et un scénario vraiment brillant (longue première partie qui permet aux spectateurs de s'attacher aux personnes qu'ils veulent - du côté singe pour moi ; pour une dernière partie riche en émotions et en rebondissements), cette nouvelle Planète des Singes établie une connexion avec le premier, balayant d'un coup sec tous les autres épisodes pour n'en garder que deux, deux films que tout opposent (époque, technique, rythme, histoire) mis à part leurs qualités respectives. La performance en motion-capture d'Andy Serkis, les nombreuses scènes d'acrobaties de César (peut-être les plus abouties techniquement de l'histoire du cinéma), et la rigueur de la réalisation (pas de miracles mais une mise en scène propre) en font déjà un petit classique à lui tout seul, et le meilleur blockbuster de l'été.

Avec une réelle envie de rendre hommage au film de 1968, Wyatt n'hésite pas à reproduire des scènes (le jet d'eau ou encore la ''chasse'' en début de film) et certaines répliques. En offrant des effets spéciaux à la pointe de la technologie (là où ceux du premier films étaient novateurs pour l'époque, mais pas assez avancés pour faire des miracles), il redonne un coup de jeune à la saga, amputée par de nombreuses suites laides et inutiles. Bien plus qu'une superproduction, ce film est également une œuvre forte, portant un vrai message (à la limite misanthrope, certes), et doté d'un remarquable travail (dialogues tranchants, scénario bien construit, véritable émotion), La Planète des Singes – les origines est un film qu'on aimerai voir plus souvent, c'est à dire un mélange homogène entre le spectacle grand public, et celui que les cinéphiles préfèrent (du rythme, de belles images, un scénario bien construit et des personnages attachants). Déjà dans le classement (très fermé) des excellents films 2011, on ne se mouillerait pas trop en disant qu'il va remporter un petit Oscar (effets spéciaux au hasard) et qu'il risque fortement de passer à la postérité.

En résumé, film incontournable de l'été, La Planète des Singes – les origines offre du rêve et du spectacle, mais ne se contente pas que de cela : il puise son efficacité avec de gros moyens, dans la comparaison que l'on peut faire avec son alter-ego, le film de 1968.

4 étoiles

Commenter cet article

goodfeles 04/09/2011 00:10

Trés agréablement surpris egalement ! Voici l'adresse de mon nouveau blog !

A trés vite !

Gabriel 31/08/2011 00:17

Je trouve pas le film si beau que ça visuellement (à part si on regarde la prouesse technique sur les singes). Pour moi, c'est une de ses faiblesses. Le scénario, si on considère l'évolution de César comme le centre de l'intrigue, est plutôt bon. Et justement, le film fait des allusions à celui de 68 mais fonctionne de manière tout à fait autonome, ce qui est un gros plus.

Ben 30/08/2011 18:19

Bon film c'est vrai, bonne surprise assurément, je m'attendais pas à aimer, et le résultats ( notamment visuel ) est surprenant quoique parfois exploités de manière un peu ridicule. Mais un travail phénoménal sur la psychologie fait de ce film un bon blockbuster pas trop con même s'il joue quelque fois la facilité.

abyp 23/08/2011 15:53

Le divertissement est de très bonne facture, c'est indéniable. Les effets-spéciaux sont éblouissants et le parallèle avec le film original est astucieux. Toutefois un nombre conséquent de défauts gênants vient régulièrement ponctuer le film.
Je trouve que la révolution primate n'est pas aussi terrifiante qu'elle le devrait. Les singes semblent mériter la Terre bien plus que les Hommes. Les nombreuses guests sont relégués au 118ème plan et Freida Pinto ne sert à rien. Vraiment dommage, on aurait frôlé la perfection.

Nous sommes sociaux !