Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Sinister (Scott Derrickson)

Publié par copa738 sur 11 Novembre 2012, 13:35pm

Catégories : #Films (Horreur)

sinist.jpg

Synopsis : Ellison est un auteur de romans policiers inspirés de faits réels. Dans l’espoir d’écrire un nouveau livre à succès, il emménage avec sa famille dans une maison où les anciens propriétaires ont été retrouvés inexplicablement pendus. Ellison y découvre dans le grenier des bobines 8mm contenant les images de meurtres d’autres familles. Qui a filmé ces tueries et pour quelle raison ? Ellison va tenter de répondre à ces questions tandis que le tueur présumé, une entité surnaturelle présente sur les films, menace de plus en plus sa famille.

En constatant que Sinister était produit par les producteurs de Insidious et Paranormal Activity, on attendait deux choses : soin et efficacité. Le film de James Wan de l'an passé avait su nous faire mourir de peur, tout en apportant un scénario construit et surtout un aspect visuel vraiment intéressant. Nous voilà donc en face de ce nouveau film d'horreur qui reprend les codes des vieux du genre, pour en faire meilleur usage, grâce à une technique qui évolue. Contrairement à son homologue Insidious, Sinister se concentre seulement sur un des personnages (celui d'Ethan Hawke, véritablement hanté par son rôle, perlant à grosses gouttes de sueur dans les couloirs sombres, une batte à la main), ce qui rend la lecture des protagonistes plus facile, mais créé une certaine distance entre eux et nous. Mais comme presque tous les films d'épouvante jouant sur les peurs primaires (sursauts, notamment), on a le droit à des clichés du genre : portes qui grincent, coupures de courant, fausses alertes, musique en crescendo...

Ce qui frappe dans le film, c'est la pureté de sa réalisation, très propre, sortant de l'ordinaire sans trop faire dans l'immense. Son scénario n'est pas l'idée du siècle, mais il a le mérite de nous tenir en haleine. Et puis, il y a ce concept plutôt génial de la projection des vidéos des meurtres en direct en Super 8, que le personnage principal découvre en même temps que nous. Accompagnées d'une légère musique aux tons glauques, ces petites séquences choquent réellement, de part la cruauté des actes auxquels ils nous font assister.

Pour le reste, le film reste d'un classicisme effrayant, mais la mayonnaise prend. Certains passages parviennent même à nous surprendre totalement (l'image d'ordinateur qui s'anime), tandis que d'autres nous font sursauter, malgré leur coté prévisible (Ethan Hawke qui regarde la photo devant la fenêtre). Sinister aurait pu prétendre détrôner Insidious de son statut de film majeur de ce nouveau pseudo sous-genre que l'on peut appeler le néo-classicisme des films d'horreur... Mais c'est sans compter sur un final qui vient casser l'atmosphère si lourde et pesante qui régnait. Des explications logiques mais peu convaincantes (car mal orchestrées ?), et un dernier plan absolument inutile (histoire de faire sursauter un dernier coup, cette dernière courte séquence est complètement étrangère au film en lui-même, et ce choix de facilité agace). Dommage que cette fin vienne tout gâcher.

En résumé, même si le dénouement est foiré, Sinister reste l'un des films les plus flippant de ces dernières années.3 étoiles et demi-copie-1

Commenter cet article

selenie 11/11/2012 18:44

Wouah quelle critique élogieuse... Pour ma part c'est surestimé car au final c'est très classique et surtout je n'ai pas spécialement eu le grand frisson. Excellente atmosphère, bons acteurs et ça
reste relativement efficace mais de là à en faire un must... 2/4

Nous sommes sociaux !