Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Sucker Punch (Zack Snyder)

Publié par copa738 sur 12 Avril 2011, 18:22pm

Catégories : #Films (Fantastique)

null 

Synopsis : Fermez les yeux. Libérez-vous l'esprit. Rien ne vous prépare à ce qui va suivre. Bienvenue dans l'imaginaire débordant d'une jeune fille dont les rêves sont la seule échappatoire à sa vie cauchemardesque… S'affranchissant des contraintes de temps et d'espace, elle est libre d'aller là où l'entraîne son imagination, jusqu'à brouiller la frontière entre réalité et fantasme…Enfermée contre son gré, Babydoll a toujours envie de se battre pour reconquérir sa liberté. Combative, elle pousse quatre autres jeunes filles – la timorée Sweet Pea, Rocket la grande gueule, Blondie la futée, et la loyale Amber – à s'unir pour échapper à leurs redoutables ravisseurs, Blue et Madame Gorski – avant que le mystérieux High Roller ne vienne s'emparer de Babydoll. Avec Babydoll à leur tête, les filles partent en guerre contre des créatures fantastiques, des samouraïs et des serpents, grâce à un arsenal virtuel et à l'aide d'un Sage. Mais ce n'est qu'à ce prix qu'elles pourront – peut-être – recouvrer la liberté…

Zack Snyder, geek parmi les geeks, complètement fou de jeux vidéos et d'hémoglobine nous livre son premier film non-inspiré d'autres œuvres antérieures. Son Sucker Punch, bien que très attendu, dépasse toutes les idées les plus folles que l'on pouvait se faire à propos des nanars absolus. Dénué de rythme, d'intelligence et de suspense, le dernier bébé de Snyder est ce qui se fait de pire actuellement : dialogues niais, scènes d'action mal filmées, scénario bidon et peu de temps pour s'attacher aux personnages. Comment un film aussi grotesque a-t-il pu se retrouver dans nos salles ? Est-ce que le fait d'être le papa de 300 et Watchmen peut permettre à Snyder de faire n'importe quoi, à l'image de ce film ?

Après une scène d'entrée correcte (mise en abîmes brutale, sans dialogues, mais avec une musique très puissante), Sucker Punch s'enfonce dans une sorte de cercle vicieux, où seul Snyder semble prendre son pied (un peu comme le Piranha de Aja). Son cinéma, bourré de clichés (le gros cuisinier, le beau-père manipulateur et diabolique) et d'une bonne grosse zik, est unique en son genre, mais est cependant très mauvais. Ce que nous offre Zack, c'est une espèce de soupe où le Seigneur des Anneaux et Donjons et Dragons sont mélangés, sans aucuns condiments, et donc, sans la moindre saveur. Aucunes sensations de ressenties devant cette fadeur presque insupportable, le tout étant d'une banalité affligeante (la mise à mort successive de Blondie et Amber, la mort du dragon, toutes ces scènes censées être riches en émotion et en suspense s'avèrent être gravement plates et dénuées d'intérêt). Des ralentis, des gros plans, de belles scènes d'actions filmées comme dans les jeux vidéos, voilà tout ce que sait faire Snyder. Avec deux ou trois bonnes idées de cadrage il nous sort un film. Et on devrait accepter ça ? Le contrat du rêve n'est même pas respecté (à part le coup de la danse, et les quelques renvois – genre : la bombe qui a pour nom de code ''couteau de cuisine'' – aucun véritable lien entre la réalité et le rêve n'est présent), et Snyder semble trop se lâcher. Mais il oublie que c'est un film qu'il réalise, et pas un jeu vidéo. Au cinéma, des dialogues aussi niais et autant de coups de chances ne passent pas inaperçus, car le cinéma reflète la réalité, même si c'est un film fantastique et/ou surréaliste. Il ne peut donc pas réaliser un film comme s'il jouait sur sa Xbox. Le cinéma est bien plus complexe qu'un simple jeu de baston où les personnages ont 40 vies et 18 000 balles dans leur kalachnikov.

Ainsi, les épreuves passent, et le spectateur regarde plus de fois sa montre en 1 h 40 qu'il ne l'a fait pendant toute sa vie. Snyder enchaine boulettes sur boulettes, persistant dans ces dialogues ridicules et dans un scénario peu crédible. Il atteint cependant les sommets avec quelques perles comme quand Babydoll contre les balles du pistolet d'un bad guy nazi avec son katana, ou encore lorsque le ''guide'' de Babydoll lui explique ce qu'elle devra faire pour s'évader de l'internat (gros fou-rire en perspective). Mais qu'est-ce qui a bien pu pousser Snyder à se lancer dans un scénario original ? Comment a-t-il fait pour atteindre le summum de la pitié aussi facilement, alors que le reste de sa filmographie semble honorable ? Faire du cinéma avec autre chose que le cinéma (ici, les jeux vidéos) n'est pas bon du tout. On ne mélange pas les genres de cette façon, et encore moins les ''arts'' entre eux. Peut-être que Sucker Punch est avant-gardiste, et que dans quelques années, il sera devenu un film culte, et que tous les autres films qui sortiront seront constitués de cette façon : des scènes d'actions longues et répétitives, entrecoupées par des dialogues explicatifs qui vont droit au but. Peut-être que le cinéma ne sera plus réfléchi, et que les effets visuels m'emporteront sur la maitrise et le talent. Fort heureusement, ce temps n'est pas encore arrivé.

En résumé, Snyder tente de nous faire rentrer dans son monde où la vie est comme un jeu vidéo, mais quelque chose de malveillant (notre conscience ?) nous pousse à rester au pas de la porte.

1 e¦ütoile 

Commenter cet article

counter 11/04/2014 13:18

Pour moi c'est un grand défouloir ce film et du grand spectacle, et le scénario est quand même plus complexe qu'il n'y parait, mais pas facile à appréhender ça c'est clair...

copa738 01/05/2011 19:58

A la limite, je pourrai comprendre que "300" puise te toucher moralement et emotionnellement, mais "Sucker Punch" (?!), tu défends l'indéfendable !

Bob Morane 25/04/2011 14:59

Je ne partage pas vos avis. Pour ma part j'adoré le film en tout point. Même si ce n'est pas le chef d'oeuvre de Snyder, ce n'est pas la merde que vous décrivez. J'y ai vu une émotion plus profonde. Mais bon...

copa738 18/04/2011 17:09

C'est très bien résumé, j'avais aussi remarqué l'effet clippesque (qui se ressent essentiellement sur la scène de début, qui est pour moi réussie). En fait, Snyder est un bousier pour ce qui est des dialogues, parce que bizarrement, la seule scène qui a envouté tout le monde est muette. Coïncidence ? Je ne pense pas. Ce qui est sûr, c'est que pour un film sorti de son imaginaire, il s'y prend un peu n'importe comment !

Magusneri 18/04/2011 14:35

Aussi fumeux qu'Au-delà dans ses intentions, aussi chiant que Somewhere pour son non-rythme. On néglige le scénario, on rajoute une pseudo esthétique clipesque, des actrices fadasses et une bande-son bourrine. On secoue le tout dans un gros shaker de prétention héritée des lauriers de Watchmen (qui était un bon film), on obtient une bouillie indigeste et ingrate, puant l'irrespect envers le public à des kilomètres : Sucker Punch ! Le nouveau cocktail imbuvable de Snyder. Espérons un miracle pour la sortie de Superman : Man of Steel...

Nous sommes sociaux !