Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


The Place beyond the Pines (Derek Cianfrance)

Publié par copa738 sur 28 Mars 2013, 09:12am

Catégories : #Films (Policier)

The-Place-Beyond-the-Pines2-e1363208585265.jpg

 

Synopsis : Cascadeur à moto, Luke est réputé pour son spectaculaire numéro du «globe de la mort». Quand son spectacle itinérant revient à Schenectady, dans l’État de New York, il découvre que Romina, avec qui il avait eu une aventure, vient de donner naissance à son fils… Pour subvenir aux besoins de ceux qui sont désormais sa famille, Luke quitte le spectacle et commet une série de braquages. Chaque fois, ses talents de pilote hors pair lui permettent de s’échapper. Mais Luke va bientôt croiser la route d’un policier ambitieux, Avery Cross, décidé à s’élever rapidement dans sa hiérarchie gangrenée par la corruption. Quinze ans plus tard, le fils de Luke et celui d’Avery se retrouvent face à face, hantés par un passé mystérieux dont ils sont loin de tout savoir…

Destins hors-normes qui se croisent à travers un espace réduit et un temps étalé sur 15 ans, le concept de The Place beyond the Pines est simple à comprendre, mais difficile à mettre en scène. Tout compte fait, le film se divise en trois parties, complètement différentes les unes des autres, mais qui ont un lien, malgré les divergences dans l'ambiance, dans le rythme, un peu comme dans Babel de Inàrritu (destins mêlés avec plusieurs histoires orchestrées différemment).

Une première partie semblable à Drive, avec un Ryan Gosling solitaire et taciturne, noyé dans la violence et la tendresse d'êtres aimés, avec une atmosphère métallique, sombre, débute un film qui s'affirme comme ayant une emprunte singulière. Le premier plan séquence met directement dans l'ambiance. On va en prendre plein la gueule et on s'y prépare. On ne sera pas déçu. Cet enchaînement de violence, cette histoire qui prend au tripes (un ''monstre'' et son enfant, un peu comme les scènes d'intimité entre Dexter et son fils dans la série éponyme), et se laisse glisser lentement, jusqu'à un premier dénouement qui glace le sang. La deuxième partie arrive, et on ne s'y attendait pas du tout. Cette seconde partie est très lente, très axée sur les sentiments et émotions d'un Bradley Cooper dont toute la sensibilité se traduit à l'écran. Certaines scènes sont un modèle de tension au cinéma (l'interrogatoire sur le lit d’hôpital, la ''descente'' des policiers dans la maison de Romina), d'autres sont vraiment soporifiques (le retour au travail de Avery, la relation avec sa femme – Rose Byrne dont le talent est scandaleusement inexploité). Flashforward de 15 ans, et nous voilà dans la dernière partie du film, tirée par les cheveux, cousue de fil blanc et très peu crédible. On y retrouve des acteurs très jeunes, qui brillent donc moins de charisme que leur prédécesseurs, mais qui parviennent à bien occuper l'espace. Tournée vers la drogue, l'idée de vengeance, et la cruelle vie des lycéens, cette troisième partie est peut-être la moins intéressante, car elle copie honteusement tous les clichés des teen-movies (grosse soirée + bagarre + le jeune puceau qui gâche l'occasion de perdre sa virginité + drogue) avec, en plus, un Dan DeHaan (l'acteur principal du bon Chronicle) fidèle à lui-même.

Au final, The Place beyond the Pines est très difficile à critiquer car il se décompose en trois parties complètement différentes (on pourrait vraiment croire qu'il y a 3 réalisateurs). Cependant, en fil rouge, on pourra y trouver des références flagrantes à ce cinéma qui cartonne, celui qui présente des petits malfrats issus de modestes villes américains, avec notamment l'apparition de Ben Mendelsohn (aperçu dans Cogan, Animal Kingdom), ou aux films de gangster (le fils de Avery qui ressemble à Brando jeune, Ray Liotta au casting). L'idée de départ est absolument géniale, le scénario l'est tout autant. Il y a peut-être un manque d'efficacité dans la réalisation, un manque de connexions entre les différentes parties et les personnages. La durée du film est intimidante et franchement trop longue, de plus, l'histoire se termine, hélas, comme on aurait pu le prévoir, en nœud de boudin, si bien qu'on a peu de conclusions à en faire. Un reproche que l'on pourrait faire : lors du bond en avant de 15 ans, les personnages n'ont pas vieilli du tout, ce qui vient foutre en l'air cette impression de maitrise des détails et des éléments que le réalisater Derek Cianfrance nous donnait en mettant en scène de manière minutieuse les deux premières parties. Maillon faible du film, la dernière séquence pêche par paresse, et semble affreusement bâclée.

En résumé, pas facile d'avoir un avis vraiment constructif sur ce film, beaucoup de défauts s'y trouvent, mais on a tout de même du mal à savoir ce qu'il aurait fallu de plus ou de moins pour que The Place beyond the Pines soit un excellent film.

3 étoiles

Commenter cet article

more information 23/05/2014 15:11

In my opinion, This is bold and innovative film-making from Cianfrance. Ryan Gosling is simply continuing to cement his reputation as the finest young actor. This is perhaps Cianfrance best movie after blue valentine. Anwyay it is a must watch one. Thanks

selenie 31/03/2013 13:27

Très bon film pour ma part. Par contre effectivement je trouve que les trois parties ne sont pas toujours en plaine cohérence. Notamment la première qui se place en prologue, un moyen-métrage
presque à part... 3/4

pierreAfeu 28/03/2013 11:01

Je ne comprends pas ce parallèle avec Drive... Hormis Gosling et un véhicule motorisé, je trouve qu'on n'est pas du tout dans le même trip, et que The place beyond the pines et bien meilleur. Je ne
trouve pas non plus que les styles des 3 parties soient si différents. Malgré les ruptures de rythmes, ou plutôt grâce à elles, ont est tout le temps dans le même film, puisqu'on les retrouve (les
ruptures de rythmes) à l'intérieur même des différentes parties.

Nous sommes sociaux !