Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Transformers (Michael Bay)

Publié le 30 Août 2010, 12:14pm

Catégories : #Films (Science-Fiction)

 

Synopsis : Une guerre sans merci oppose depuis des temps immémoriaux deux races de robots extraterrestres : les Autobots et les cruels Decepticons. Son enjeu : la maîtrise de l'univers... Dans les premières années du 21ème siècle, le conflit s'étend à la Terre, et le jeune Sam Witwicky devient, à son insu, l'ultime espoir de l'humanité. Semblable à des milliers d'adolescents, Sam n'a connu que les soucis de son âge : le lycée, les amis, les voitures, les filles... Entraîné avec sa nouvelle copine, Mikaela, au cœur d'un mortel affrontement, il ne tardera pas à comprendre le sens de la devise de la famille Witwicky : "Sans sacrifice, point de victoire !"

Comme vous avez pu le lire dans la critique de Pearl Harbor, Michael Bay est l'ennemi des cinéphiles. Pourquoi tant de haines envers lui ? Pourquoi cet acharnement sur ce type qui m'a laissé une plutôt bonne impression après avoir vu son fameux film de guerre l'autre jour sur France 3 ? Même si cette fois-ci, c'est sur TF1 que j'ai vu une œuvre de Bay, je me rend compte (à la vue de la première heure et demie) que ce type-là est sous-estimé. Mais c'est à la vue de cette atroce dernière heure que j'ai pu comprendre qu'il fasse figure d'imposteur dans la blogosphère, l'asthénosphère et la lithosphère. Et cette critique un peu salée me permettra aussi de critiquer à ma manière la première chaine de France pour l'irrespect qu'elle donne à son public en y mettant des quantités incalculables de publicités (inter)minables.

Pour commencer, Transformers s'annonçait une réussite pour moi. Des effets spéciaux époustouflants, des scènes imprévisibles, des dialogues efficaces et de l'humour à l'américaine savamment dosée. On découvre en même temps que les protagonistes les évènements qui suivent. Les moments passés au Qatar sont de très beaux instants de cinéma. Des combats acharnés, une belle photographie à la manière de Pearl Harbor et des personnages attachants. L'intrigue se met en place et chacun possède une personnalité (certes, caricaturale) différente. Et puis il y a les séquences avec Sam (l'excellent, l'amusant Shia LaBeouf) et Mikaela (la séduisante, la sexy Megan Fox). Les caprices de la voiture, les plans drague foireux de Sam, les situations familiales et les attaques surprises, tout réussit à Bay dans le plan technique et scénaristiques. Mais on ressent déjà les faiblesses du metteur en scène, il subit son film plus qu'il ne le commande et en devient laborieux et extrêmement catastrophique. Mais on s'en fiche royalement, on adore cette histoire mouvementée et on apprécie les mystères qui planent même si on se doute que ce sont des extraterrestres qui tentent de voler des secrets d'états.

Et puis l'ensemble commence à se faire lourd. Après plusieurs détours publicitaires plutôt longs, on s'agace d'en savoir trop, c'est finalement nous qui subissons le film. Tout est expliqué, rien n'est dû au hasard et certains passages sont trop faciles (les gentils robots qui parlent notre langue et qui font comprendre à nos deux héros ce qui se passe dans les moindres détails). Trop d'explications vaines et donc pas très alléchantes, le tout servi par d'interminables scènes avec la S7 où les locaux de Police. Plus grand chose à se mettre sous la dent en effet, pas (plus) de surprises, pas d'effets capricieux ou même de l'action. La fin est déjà servie et prévisible : tout s'organise pour un combat final où il y aura explosions et victimes humaines. Bay pédale dans la semoule, patauge dans la boue, glisse sur son propre vomis. Il amène au film une conclusion où gentils battent les méchants et c'est ça pendant une heure. Rien d'intrigant, plus d'innovations qui m'avaient fait tant de bien au début du film. Les personnages principaux qui étaient très bons sont relégués de figurants pour laisser place aux gentils martiens dont les voix françaises sont juste ridicules. Présentant à merveille l'archétype du film d'action exceptionnels par leurs effets visuels, Transformers s'enlise dans une sorte de cire gluante dont on ne peut sortir avant le générique. Alors que pouvons nous penser ? Que le début si prometteur du film n'était qu'un leurre ? Que Bay vient de faire l'un des plus gros gâchis de sa vie ? Qu'il sabote en quelques minutes toutes les bonnes choses antérieures ? Qu'il explose littéralement la bonne idée de départ d'adapter les fameuses figurines ? En tous cas, je peux affirmer dors et déjà que la haine des cinéphiles à l'égard de Michael Bay est totalement justifiée à la vue de ce final gerbant et déconcertant. Et merde...

En résumé, démarrant son film sous les chapeaux de roue en incluant effets visuels déroutants et humour ravageur, Bay le termine en sur-dosant ces ingrédients, le tout en incorporant des scènes chiantes et superflues, du gaspillage à l'état pur et brut.

Ma note : 5/10



Commenter cet article

copa738 30/08/2010 19:31

Mais alors est-ce qu'un réalisateur qui se moque de sa propre connerie peut avoir l'audace de gâché un film qui s'annoncait si prometteur ? Qu'il s'auto-parodie, je veux bien (pour citer un exemple, on a un auto-hommage dans les dialogues où un jeune gros parle d'Armageddon), tant que le film est drôle. Et c'est d'ailleurs le cas dans la première partie. Mais tout est trop calculé, tout est servi d'un coup, tout s'explique en 35 secondes chrono et Bay se noie dans sa bêtise. S'il avait voulut faire de "Transformers" un film parodique, il fallait qu'il continue jusqu'au bout. Et pas qu'il face un final où tout est pris au sérieux. Enfin, il y a du bon à commencer par les acteurs et les effets spéciaux. Mais le final n'est que pur sabotage et je reste fidel à mon avis même si le tien est plutôt interessant.

MillionDollrasBaby 30/08/2010 19:12

Je n'ai pas perçu le film de la même manière j'ai publié l'article aussi donc je ne vais pas le réécrire ici, mais j'y vois un contre pied assez sympa sur sa propre façon d'aborder le cinéma. j'ai l'impression que Bay se moque de lui même c'était assez sympa de la part d'un gars comme ça, de voir que Bad Boys n'était pas une brebis égaré, et que Mika a de l'humour, un peu, quand même.

Nous sommes sociaux !