Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Elysium (Neil Blomkamp)

Publié par copa738 sur 7 Septembre 2013, 10:01am

Catégories : #Films (Science-Fiction)

Elysium (Neil Blomkamp)

Synopsis : En 2154, il existe deux catégories de personnes : ceux très riches, qui vivent sur la parfaite station spatiale crée par les hommes appelée Elysium, et les autres, ceux qui vivent sur la Terre devenue surpeuplée et ruinée. La population de la Terre tente désespérément d’échapper aux crimes et à la pauvreté qui ne cessent de ne propager. Max, un homme ordinaire pour qui rejoindre Elysium est plus que vital, est la seule personne ayant une chance de rétablir l’égalité entre ces deux mondes. Alors que sa vie ne tient plus qu’à un fil, il hésite à prendre part à cette mission des plus dangereuses - s’élever contre la Secrétaire Delacourt et ses forces armées – mais s’il réussit, il pourra sauver non seulement sa vie mais aussi celle de millions de personnes sur Terre.

 

A Hollywood, les blockbusters se divisent en deux catégories : les bons et les mauvais. Elysium fait partie des plus gros ratés de l'année, réalisateur de District 9 ou pas. On part d'une idée plutôt bonne, déjà exploitée dans des films comme Wall-E ou Oblivion, avec donc un univers futuriste pessimiste mais avec matière à trouver un bon scénario. Seulement, l'histoire proposée vaut à peine le script d'un mauvais jeu vidéo, on se croirait dans la tête du petit Andy de Toy Story qui s'invente des histoires fantastiques avec ses jouets. Quel est l'intérêt cinématographique là-dedans ? On donne du muscle à Matt Damon, on lui file une maladie incurable (due aux radiations, parce que l'anti-nucléaire c'est devenu tendance), une grosse armure qui le rend indestructible, et il part combattre des méchants vraiment très méchants pour sauver sa vie et sauver le monde.

 

Voila comment on pulvérise un environnement de qualité, un casting prometteur, un talent de réalisateur, à cause d'un scénario catastrophique. Rien, rien, rien n'est exploité. La machine qui soigne est éclipsée (Ridley Scott en avait fait l'objet principal de sa scène phare dans Prometheus), le rôle de Jodie Foster est réduit à quelques phrases sèches et une tronche de 10km (autrement dit : le réalisateur vous indique que c'est une méchante, que vous devez la détester, et être contents quand elle se fait trucider), et les scènes finales montrent à quel point tout est bâclé (les terriens qui s'infiltrent sur Elysium et connaissent tout comme leur poche). Et puis, arrêtez, messieurs les scénaristes de nous bassiner avec des histoires d'amour à la con, arrêtez d'essayer de nous faire pleurer avec une petite leucémique, avec la pauvreté des bidonvilles (pour l'instant, le cinéma de Blomkamp se résumé à un combat entre riches et pauvres), et de nous donner des leçons de courage avec la notion de sacrifice (seule notion bien exploitée du film). C'est bon, on a compris que faire dans le pathétique ça ''marche'' pour le spectateur moyen.

 

Quelques lignes pour les rares points positifs du film. Déjà un aspect visuel plutôt sympathique, très proche de celui de District 9, une réalisation moins fébrile, et aussi une fin réussie, même si c'était prévisible, tire-larme, et cliché, une larme a failli couler. C'est la maigre satisfaction d'un film bien pâle, aussi gonflé que les pectoraux de Matt Damon.

 

En résumé, je reprendrai la phrase de mon collègue : « Blomkamp s'est construit un super jouet, mais ne joue qu'avec l'emballage. » qui résume parfaitement le potentiel gâché du film.

 

1 e¦ütoile et demi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

wilyrah 08/09/2013 11:53

Je ne peux que rejoindre cet avis :
http://www.lebleudumiroir.fr/?p=6082

Et puis franchement, ce n'est plus acceptable de nous pondre de tels méchants en 2013.

Nous sommes sociaux !