Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Maps to the stars (David Cronenberg)

Publié par copa738 sur 1 Juin 2014, 15:19pm

Catégories : #Films (Drame)

Maps to the stars (David Cronenberg)

Synopsis : A Hollywood, la ville des rêves, se télescopent les étoiles : Benjie, 13 ans et déjà star; son père, Sanford Weiss, auteur à succès et coach des célébrités; sa cliente, la belle Havana Segrand, qu’il aide à se réaliser en tant que femme et actrice. La capitale du Cinéma promet aussi le bonheur sur pellicule et papier glacé à ceux qui tentent de rejoindre les étoiles: Agatha, une jeune fille devenue, à peine débarquée, l’assistante d’Havana et le séduisant chauffeur de limousine avec lequel elle se lie, Jerome Fontana, qui aspire à la célébrité. Mais alors, pourquoi dit-on qu’Hollywood est la ville des vices et des névroses, des incestes et des jalousies ? La ville des rêves fait revivre les fantômes et promet surtout le déchaînement des pulsions et l’odeur du sang.

 

Quel est le but premier de cette œuvre de cinéma ? A mi-chemin entre comédie satirique et drame familial, cette pseudo-fresque aux destins croisés n'a comme fonction que de faire perdre du temps. Totalement insipide, Maps to the stars, malgré un grand amas de talent devant et derrière la caméra, est une anecdote du cinéma, un film mou qui ne sert à rien. David Cronenberg semble basculer dans la logomachie cinématographique. Là où son Cosmopolis nous anesthésiait, son dernier film nous endors. De plus, son antépénultième œuvre de cinéma avait une ligne directrice, une intrigue fondée, un but, un sens et une direction. Là, on ne sait pas trop dans quel rétroviseur regarder. Crimes, fantômes, inceste, incendies, rien ne semble cohérent, et même si le film se dénoue (relativement) vers la fin, on ne sait pas trop quoi en penser. La seule certitude que l'on a, c'est qu'on s'est bien fait chier.

 

On s'est fait chier parce qu'on n'y croyait pas. L'actrice en perte d'élan (jouée par une Julianne Moore des grands jours) hantée par sa mère qui la violait, et qui a le même agent que ce jeune garçon de 13 ans, acteur et millionnaire, qui se shoote au GHB et tue le chien de son pote, lui-même lié à cette femme au visage brûlé qui sort avec un chauffeur de taxi qui rêve de devenir acteur : tout cela, c'est très beau, mais ce n'est pas du cinéma. C'est Plus Belle la Vie version Hollywood donc ça n'a plus de gueule que grâce au cadre (et encore, les cameramans de France 3 filment mieux la Plage du Prado que Cronenberg ne filme Hollywood Boulevard). Critique du show-business ou pas, Maps to the stars est ce genre de films qui énervent, car ils ne sont le fruit que d'un trip très (trop) personnel de leur réalisateur. Même les scènes ''violentes'' n'ont aucun impact, ainsi que l'humour, très discret, ou tout simplement parce qu'il ne fonctionne pas. Il y avait peut-être (sûrement) mieux à faire.

 

En résumé, Maps to the stars est un film raté, malgré quelques rares belles images et un scénario intéressant. 

 

1 étoile

Commenter cet article

mymp 02/06/2014 12:07

Tellement d'accord. Un film vieillot et ennuyeux. Cronenberg s'enlise. Il est fini !

Nous sommes sociaux !