Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Copa Cinema

Copa Cinema

De la critique subjective mais juste


Scream 4 (Wes Craven)

Publié par copa738 sur 19 Avril 2011, 16:28pm

Catégories : #Films (Horreur)

null 

Synopsis : 10 ans se sont écoulés depuis les terribles meurtres commis par Ghostface. Sidney Prescott est parvenue à tourner la page mais c’est tout de même avec appréhension qu’elle retourne à Woodsboro pour le lancement de son premier roman. Ses retrouvailles avec sa cousine Jill ainsi qu’avec le duo de choc Dewey et Gale seront de courtes durées : Ghostface est de retour mais cette fois-ci les règles vont changer.

Après un premier volume considéré comme l'un des meilleurs films d'horreurs de tous les temps et deux suites huées que Craven commence presque à considérer comme ''une erreur de parcours'', l'annonce d'un quatrième Scream avait de quoi faire jaser par mal de monde. Le concept ? On prend les mêmes et on recommence. La trame de l'histoire se base essentiellement sur celle du premier épisode (comme si les 2 et 3 n'avaient jamais existé), c'est pour cela qu'on peut presque considérer Scream 4 comme un remake (ou reboot) de Scream. Le but de Wes Craven était de dévoiler (une nouvelle fois) ses connaissances en films d'horreurs, avec un coup de jeune (on ne parle plus de slashers, mais plutôt de torture porn, on ne parle plus d'Halloween, on parle de Saw). Il s'est donc adapté aux changements de styles et de modes, pour donner sa propre critique des films qu'il a pu voir entre 1996 et 2011.

Bien sûr, le concept n'a pas changé. Un tueur avec un masque de fantôme terrorise la vile et s'attaque aux jeunes adeptes de films d'horreurs et de sensations fortes. Des meurtres sanglants ont lieu, le tueur semble intouchable et maitriser tout ce qu'il fait. Il est cependant humain, et donc maladroit, n'arrivant pas toujours à ses fins (et si Sydney Prescott n'était pas tout simplement la représentation féminine de Michael Myers ?). Comme à son habitude, Craven nous régale avec des scènes particulièrement stéréotypées (les futures victimes qui s'isolent, la musique en crescendo, la peur de l'inconnu). On a presque l'impression de plus craindre Ghostface que les personnages. Tout comme dans le premier volet, le(s) tueur(s) se démasque(nt) de lui (d'eux) même et personne ne s'y attendait. Le tout se terminant dans un monstrueux bain de sang. Mais la vraie différence avec le Scream original, c'est la surprise. Rien de vraiment nouveau à se mettre sous la dent, rien de vraiment différent n'est ressenti dans ce quatrième opus. Alors oui on prend son pied devant les nombreuses allusions aux films d'horreurs et meurtres magistralement orchestrés, mais le manque de fraicheur (à part le fait que les films cités aient changé) vient un peu gâcher la fête.

Il n'y a rien de prétentieux dans le travail établi par Craven. Juste envie de refaire son film fétiche à travers une autre époque, pour les nostalgiques, mais peut-être également pour tester le nouveau public des années 2000. Avec de nombreux stratagèmes déboussolants (on arrive à sursauter lorsqu'une voiture passe vite, ou encore quand un des personnages se prend un pot de fleur dans la gueule) et une pointe d'humour savamment dosée (tout comme dans le premier film, on ne peut s'empêcher de rire devant la naïveté des personnages, ou encore le fait que certaines scènes sont téléphonées), les mêmes sensations qu'en 1996 refont doucement surface, pour le grand bonheur d'un public conquit, mais un poil moins convaincu qu'il y a 15 ans. Pour ce qui est du divertissement, l'ennuie n'est même pas envisageable tellement l'histoire nous prend aux tripes. C'est donc avec le sourire qu'on en ressort, avec son lot de bouffées de chaleur et de sursauts, mais tout de même un peu déçu d'avoir revu le même spectacle que dans le premier opus. Car, même avec de l'originalité et un effort dans les dialogues, la magie opère beaucoup moins qu'avant. On retiendra cependant le fait que ça faisait longtemps qu'on bon film d'horreur était pas sorti dans nos salles.

En résumé, dans un auto-remake plus ou moins proclamé, Craven parvient à nous divertir, faire peur et rire en même temps, l'effet de surprise en moins.

3 e¦ütoiles et demi

Commenter cet article

Jérémy 14/05/2011 20:08

Oui, un très bon retour à la toile pour le slasher culte !
Mon adolescence a tremblé avec le premier volet... les retrouvailles ont été très bonnes, toujours aussi ironiques et stressantes. J'en demandais pas plus.

copa738 07/05/2011 00:08

@ Neil : C'est quand même un specatacle assez loufoque !

@ Pink : Pas vu le 2 et le 3 : on me les a fort déconseillé !
PS : j'ai vu que t'avais déménagé, perso, je préférai l'ancien support, mais je te suis dans tes déménagements.

@ Magusneri : Je me suis revu le 1 le lendemain de la vision du 4, et c'est indéniablement le meilleur des deux. Parce qu'il y a une vraie réfléxion derrière. Semblable à celle du 4, mais l'effet de surprise n'étant pas dans le film de 2011...

Magusneri 06/05/2011 20:14

Je trouve franchement que ce nouveau Scream est une vraie bombe, dans la parfaite lignée des précédents. S'il ne créé pas directement de la surprise, il a tout de même le mérite de jouer des effets connus de tous pour mieux les réinventer. Craven fait du neuf avec du vieux, certes, mais c'est tellement préférable à une modernisation débile du mythe, qui l'aurait désinvesti de toute sa saveur. Scream restera pour toujours un symbole des années 90, une décennie que j'adore :)

pink/Videodrome 05/05/2011 23:56

Je l'ai trouvé du même niveau que son prédécesseur, c'est-à-dire assez indigne des deux premiers, mais honorable. Craven s'enferme dans son principe de mise en abyme, il emmène cette logique jusqu'à son paroxysme et risque de s'enfermer dans la caricature de ce qu'il dénonce. En somme, il y a une certaine complaisance dans cette dénonciation cynique. La fin a relevé le niveau (c'était l'inverse dans Scream 3) à mes yeux, et elle étend la réflexion de Craven de façon intéressante. Mais rien de génial.
Est-ce que tu as vu les 2 & 3, je ne trouve pas leurs chroniques ?

neil 24/04/2011 22:45

C'est clair, Wes Craven maîtrise parfaitement la mécanique du slasher et s'éclate. Le spectateur aussi d'ailleurs, d'autant que le film multiplie comme tu le dis les références et n'est pas si décérébré qu'on ne pourrait le penser.

Nous sommes sociaux !